En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 13 heures 52 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 15 heures 1 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 19 heures 11 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 20 heures 40 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 21 heures 6 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 21 heures 25 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 14 heures 40 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 15 heures 40 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 19 heures 58 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 21 heures 26 sec
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 21 heures 15 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 21 heures 36 min
Brutus et César ?

Et pan le boomerang : comment Emmanuel Macron retourne contre François Hollande ses propres armes rhétoriques

Publié le 25 avril 2016
Quelles que soient les intentions réelles d’Emmanuel Macron, François Hollande serait bien inspiré de méditer la phrase de Nietzsche : « on honore bien mal un maître en restant toujours son disciple ».
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelles que soient les intentions réelles d’Emmanuel Macron, François Hollande serait bien inspiré de méditer la phrase de Nietzsche : « on honore bien mal un maître en restant toujours son disciple ».

Cette citation ne doit pas être inconnue de l’ancien collaborateur du philosophe Paul Ricoeur, dont la solide formation littéraire fait par ailleurs, sinon un grand orateur (son indéniable charisme demande à être travaillé), du moins un habile rhétoricien.

D’où un choix très précis des mots dans chacune de ses déclarations, que les médias accueillent un peu vite comme l’expression d’une fraîche et revigorante « spontanéité ». Car ce choix vise aussi à ménager une porte de sortie en cas de complications. En ce sens, Emmanuel Macron s’inscrit bel et bien dans la filiation de François Hollande et de François Mitterrand. Si l’on parle beaucoup du « père », n’oublions pas le « grand-père », qui aurait sans nul doute beaucoup apprécié ce brillant jeune homme et qui, on le sait, fut un orfèvre de l’énoncé à double sens. Souvenons-nous de l’oxymore de la « force tranquille » et du balancement du « ni, ni ». Au « ni privatisation, ni nationalisation » de 1988, le « ni de droite, ni de gauche » d'aujourd'hui ne fait-il pas étrangement écho ? « Par-delà la droite et la gauche », pour reprendre encore Nietzsche, aurait eu meilleure allure.  Mais comment aller dans ce sens, si l’on doit en même temps faire allégeance personnelle et permanente à LA GAUCHE, ministère oblige ? 

Emmanuel Macron - et la divergence frappante des commentaires que suscite son aventure en est la meilleure preuve –  pourrait donc bien s’inscrire dans une riche tradition française : celle de l’ambiguïté. Ecole où il faudrait également placer un Dominique Strauss-Kahn, déjà « social libéral » avant l’heure mais aussi champion des 35 heures, on l’oublie trop souvent. Rapprochement rarement fait entre les deux hommes et pourtant d’autant plus justifié que leur positionnement et surtout leurs soutiens sont très exactement les mêmes.    

Le cœur de la rhétorique macronienne est donc sans surprise le discours à deux temps. De même que François Hollande, qui n’avait pas de mots assez durs sur la déchéance de nationalité, s’en est ensuite fait le champion, de même Emmanuel Macron, qui fustigeait en 2014 comme une « provocation » le plaidoyer de Pierre Gattaz contre l'ISF, en instruit lui-même le procès aujourd'hui. Revirements très classiques en politique mais que la mémoire omniprésente d’internet rend aujourd'hui plus risqués. Plus typiquement « hollandais », la présence dans une même déclaration, voire une même phrase de tout et son contraire, que le fils spirituel pratique avec la même aisance que son modèle : cf. « mesures radicales » et « consensus ».

La grande originalité du Ministre de l’économie reste le changement de pied d’un jour sur l’autre. Comme François Hollande, Il adore les ballons d’essai mais il les lance lui-même, quitte à les crever aussi lui-même. La liste de ses repentirs s’enrichit à vue d’œil, depuis les ouvrières « illettrées » de Gad jusqu'à la suppression de l'ISF. Mais si l’on y regarde de plus près, l’homme a une telle maîtrise rhétorique qu’il ne se contredit jamais littéralement. Ainsi dans le cas des ouvrières de Gad, il n’est pas revenu sur le fond de sa déclaration mais a présenté ses « excuses les plus plates ». De même, il n’a jamais dit qu’il n’était pas redevable à François Hollande mais que François Hollande ne l’avait pas « nommé pour en faire son obligé ». Ce qui est fort différent. L’on retrouve la patte de son mentor et la géniale « inversion de la courbe du chômage » qui ne signifie nullement la baisse du chômage par rapport à 2012 - et c’est bien pourquoi, ne s’étant engagé à RIEN DE MESURABLE en la matière, contrairement à ce qu’on lit partout, François Hollande sera candidat en 2017, sauf catastrophe. 

En attendant, ce dernier doit observer, avec un mélange d’admiration et de rage, l’habileté de son « fils rhétorique » qui pratique avec brio à son égard ce que lui-même a si longtemps réussi vis-à-vis des Français : ne jamais donner prise, se rendre INSAISISSABLE.

Ce véritable jeu du furet rhétorique a toutefois ses limites. Le risque est grand de ne plus être compris donc suivi. Trop d’habileté peut finir par lasser. Ainsi sur l’ISF : la préférence personnelle du Ministre qui ne va pas à cet impôt ne signifie pas, dit-il, qu’il en demande la suppression. Certes, mais l’on est bien près du double langage comme du précipice de « l’insincérité », dans lequel, à force d’ambiguïtés, le Président est justement en train de tomber.

Mésaventure qui pourrait bien guetter Emmanuel Macron s’il ne clarifie pas, et le plus vite sera le mieux, ses thèses et son message. En quittant le gouvernement, par exemple ?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/04/2016 - 12:06
Beaucoup plus intéressant que Macron, clone d'Attali...
Aucun des médias de propagande gauchiste ne vous en a informé: Le parti anti-islam et anti-immigrationniste arrive en tête des élections en Autriche! Le Parti populaire Autrichien FPÖ peut remporter les Présidentielles! Le candidat du parti FPÖ, Norbert Hofer, anti-immigrationniste, remporterait 36,7% des voix des élections autrichiennes, éliminant d'emblée les deux partis de droite et de gauche archaïque qui se partagent le pouvoir depuis la guerre...bravo au FPÖ!
J'accuse
- 25/04/2016 - 11:41
Plus beaucoup de temps pour convaincre
Hollande ne voulait pas un disciple, mais un serviteur zélé et entièrement dévoué à sa cause. L'habileté de Macron à louvoyer, c'est pour cacher sa peur de se lancer : il a envie mais il n'ose pas. Il sort des phrases alors qu'on attend des actes, et il se rétracte après, effrayé par son "audace". La seule chose qu'il ait lancée, c'est un mouvement immobile. Macron attend, mais quoi sinon lui-même ? Il veut incarner un renouveau, mais il reste ministre d'un gouvernement qui fait le contraire de ce qu'il souhaite, et membre d'une fonction publique qu'il critique. Pour l'instant, il montre surtout son hypocrisie, sa soif de pouvoir, sa peur d'agir, et des postures politiciennes : pas vraiment du neuf !