En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
light > Media
Déconfinement
Jean-Pierre Pernaut sera de retour sur le plateau du journal de 13H de TF1 dès le lundi 8 juin
il y a 3 heures 11 min
pépite vidéo > Santé
Longue interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien de Didier Raoult sur BFMTV
il y a 4 heures 31 min
pépites > International
Menace du Covid-19 ?
Tiananmen : des milliers de manifestants défilent à Hong Kong malgré la répression policière
il y a 5 heures 43 min
pépites > Europe
Prédictions
La BCE prévoit une chute de 8,7% du PIB de la zone euro en 2020
il y a 7 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cœurs. Du romantisme dans l’art contemporain" : le cœur romantique

il y a 8 heures 3 min
light > France
Place de la Concorde
14 juillet : le traditionnel défilé militaire sera remplacé par une cérémonie et un hommage aux soignants
il y a 10 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Elections municipales
Rachida Dati défend son projet pour Paris et critique la décision d’Agnès Buzyn de se maintenir au second tour
il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Le Point pense que Macron endort les Français à coup de milliards qu’il n’a pas; L’Express s’inquiète pour nos salaires; VA tire à vue sur les ennemis de Raoult; Onfray décline l’invitation de Buisson
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Science
Calcul mental

La méthode de calcul basée sur le boulier chinois qui pourrait révolutionner la façon dont nous concevons les mathématiques

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Second tour

Elections municipales : quand le Conseil d'Etat joue la montre...

il y a 14 heures 22 min
pépites > France
Liberté de circulation
La France a l’intention de proposer la réouverture des frontières de l'espace Schengen pour le 1er juillet
il y a 3 heures 54 min
pépite vidéo > People
Eglise Saint-Germain-des-Prés
Célébrités et anonymes rendent un dernier hommage à Guy Bedos pour ses obsèques
il y a 5 heures 10 min
pépites > Justice
Chemin vers la vérité ?
Affaire Maddie McCann : un nouveau suspect a été identifié par la police allemande
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'officier de fortune" de Xavier Houssin : un bon et court récit écrit à la pointe sèche, un père peut en croiser un autre

il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Derniers jours
Impôts : une dizaine de millions de contribuables n'ont pas encore déclaré leurs revenus
il y a 10 heures 16 min
pépites > Santé
Vague de colère
Des syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une "journée d'action nationale et de grève" le 16 juin
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Economie
Monde d'après

Les plateformes d’indépendants nous permettent collectivement d’être plus résilients face à la crise

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelles cibles

Ce que l’étrange communiqué de presse récent de Daech qui vise uniquement et seulement le Qatar dit des guerres "proxi" à venir

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Economie
Méthode face à la crise

Miser sur l'intelligence collective : le secret du leadership intelligent

il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
La condition humaine

"Il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat" (Baudelaire). Pourquoi avons-nous permis qu’ils disparaissent ?

il y a 14 heures 42 min
Brutus et César ?

Et pan le boomerang : comment Emmanuel Macron retourne contre François Hollande ses propres armes rhétoriques

Publié le 25 avril 2016
Quelles que soient les intentions réelles d’Emmanuel Macron, François Hollande serait bien inspiré de méditer la phrase de Nietzsche : « on honore bien mal un maître en restant toujours son disciple ».
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelles que soient les intentions réelles d’Emmanuel Macron, François Hollande serait bien inspiré de méditer la phrase de Nietzsche : « on honore bien mal un maître en restant toujours son disciple ».

Cette citation ne doit pas être inconnue de l’ancien collaborateur du philosophe Paul Ricoeur, dont la solide formation littéraire fait par ailleurs, sinon un grand orateur (son indéniable charisme demande à être travaillé), du moins un habile rhétoricien.

D’où un choix très précis des mots dans chacune de ses déclarations, que les médias accueillent un peu vite comme l’expression d’une fraîche et revigorante « spontanéité ». Car ce choix vise aussi à ménager une porte de sortie en cas de complications. En ce sens, Emmanuel Macron s’inscrit bel et bien dans la filiation de François Hollande et de François Mitterrand. Si l’on parle beaucoup du « père », n’oublions pas le « grand-père », qui aurait sans nul doute beaucoup apprécié ce brillant jeune homme et qui, on le sait, fut un orfèvre de l’énoncé à double sens. Souvenons-nous de l’oxymore de la « force tranquille » et du balancement du « ni, ni ». Au « ni privatisation, ni nationalisation » de 1988, le « ni de droite, ni de gauche » d'aujourd'hui ne fait-il pas étrangement écho ? « Par-delà la droite et la gauche », pour reprendre encore Nietzsche, aurait eu meilleure allure.  Mais comment aller dans ce sens, si l’on doit en même temps faire allégeance personnelle et permanente à LA GAUCHE, ministère oblige ? 

Emmanuel Macron - et la divergence frappante des commentaires que suscite son aventure en est la meilleure preuve –  pourrait donc bien s’inscrire dans une riche tradition française : celle de l’ambiguïté. Ecole où il faudrait également placer un Dominique Strauss-Kahn, déjà « social libéral » avant l’heure mais aussi champion des 35 heures, on l’oublie trop souvent. Rapprochement rarement fait entre les deux hommes et pourtant d’autant plus justifié que leur positionnement et surtout leurs soutiens sont très exactement les mêmes.    

Le cœur de la rhétorique macronienne est donc sans surprise le discours à deux temps. De même que François Hollande, qui n’avait pas de mots assez durs sur la déchéance de nationalité, s’en est ensuite fait le champion, de même Emmanuel Macron, qui fustigeait en 2014 comme une « provocation » le plaidoyer de Pierre Gattaz contre l'ISF, en instruit lui-même le procès aujourd'hui. Revirements très classiques en politique mais que la mémoire omniprésente d’internet rend aujourd'hui plus risqués. Plus typiquement « hollandais », la présence dans une même déclaration, voire une même phrase de tout et son contraire, que le fils spirituel pratique avec la même aisance que son modèle : cf. « mesures radicales » et « consensus ».

La grande originalité du Ministre de l’économie reste le changement de pied d’un jour sur l’autre. Comme François Hollande, Il adore les ballons d’essai mais il les lance lui-même, quitte à les crever aussi lui-même. La liste de ses repentirs s’enrichit à vue d’œil, depuis les ouvrières « illettrées » de Gad jusqu'à la suppression de l'ISF. Mais si l’on y regarde de plus près, l’homme a une telle maîtrise rhétorique qu’il ne se contredit jamais littéralement. Ainsi dans le cas des ouvrières de Gad, il n’est pas revenu sur le fond de sa déclaration mais a présenté ses « excuses les plus plates ». De même, il n’a jamais dit qu’il n’était pas redevable à François Hollande mais que François Hollande ne l’avait pas « nommé pour en faire son obligé ». Ce qui est fort différent. L’on retrouve la patte de son mentor et la géniale « inversion de la courbe du chômage » qui ne signifie nullement la baisse du chômage par rapport à 2012 - et c’est bien pourquoi, ne s’étant engagé à RIEN DE MESURABLE en la matière, contrairement à ce qu’on lit partout, François Hollande sera candidat en 2017, sauf catastrophe. 

En attendant, ce dernier doit observer, avec un mélange d’admiration et de rage, l’habileté de son « fils rhétorique » qui pratique avec brio à son égard ce que lui-même a si longtemps réussi vis-à-vis des Français : ne jamais donner prise, se rendre INSAISISSABLE.

Ce véritable jeu du furet rhétorique a toutefois ses limites. Le risque est grand de ne plus être compris donc suivi. Trop d’habileté peut finir par lasser. Ainsi sur l’ISF : la préférence personnelle du Ministre qui ne va pas à cet impôt ne signifie pas, dit-il, qu’il en demande la suppression. Certes, mais l’on est bien près du double langage comme du précipice de « l’insincérité », dans lequel, à force d’ambiguïtés, le Président est justement en train de tomber.

Mésaventure qui pourrait bien guetter Emmanuel Macron s’il ne clarifie pas, et le plus vite sera le mieux, ses thèses et son message. En quittant le gouvernement, par exemple ?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/04/2016 - 12:06
Beaucoup plus intéressant que Macron, clone d'Attali...
Aucun des médias de propagande gauchiste ne vous en a informé: Le parti anti-islam et anti-immigrationniste arrive en tête des élections en Autriche! Le Parti populaire Autrichien FPÖ peut remporter les Présidentielles! Le candidat du parti FPÖ, Norbert Hofer, anti-immigrationniste, remporterait 36,7% des voix des élections autrichiennes, éliminant d'emblée les deux partis de droite et de gauche archaïque qui se partagent le pouvoir depuis la guerre...bravo au FPÖ!
J'accuse
- 25/04/2016 - 11:41
Plus beaucoup de temps pour convaincre
Hollande ne voulait pas un disciple, mais un serviteur zélé et entièrement dévoué à sa cause. L'habileté de Macron à louvoyer, c'est pour cacher sa peur de se lancer : il a envie mais il n'ose pas. Il sort des phrases alors qu'on attend des actes, et il se rétracte après, effrayé par son "audace". La seule chose qu'il ait lancée, c'est un mouvement immobile. Macron attend, mais quoi sinon lui-même ? Il veut incarner un renouveau, mais il reste ministre d'un gouvernement qui fait le contraire de ce qu'il souhaite, et membre d'une fonction publique qu'il critique. Pour l'instant, il montre surtout son hypocrisie, sa soif de pouvoir, sa peur d'agir, et des postures politiciennes : pas vraiment du neuf !