En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 4 heures 57 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 11 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 44 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 33 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 6 heures 51 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 9 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 13 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Green

Les dessous d’une imposture écologiste : pourquoi une transition au 100% électrique d’ici 2050 est strictement impossible

Publié le 27 mars 2016
Trop chers, pas assez sécurisés, dénoncés par les riverains : l'éolien et le photovoltaïque, comme première source d'énergie, coulent l'économie et alourdissent au final le bilan carbone.
Jean-Pierre Schaeken Willemaers est président du pôle Energie, Climat, Environnement à l'Institut Thomas More. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schaeken Willemaers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schaeken Willemaers est président du pôle Energie, Climat, Environnement à l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop chers, pas assez sécurisés, dénoncés par les riverains : l'éolien et le photovoltaïque, comme première source d'énergie, coulent l'économie et alourdissent au final le bilan carbone.

Atlantico: La transition au tout électrique en 2050, comme le désire Green Peace, est-elle possible?

Jean-Pierre Schaeken Willemaers: Il est impossible d’atteindre cet objectif, à cet horizon, tant pour des raisons économiques que sociales. Une telle politique ne pourrait, en effet, pas assurer la sécurité d’approvisionnement électrique à des prix compétitifs. Elle nécessiterait des investissements énormes en production d’électricité, dans les réseaux électriques haute et basse tension  (qui devraient être restructurés, c.à.d. renforcés et étendus vu la dispersion géographique de la production et l’intermittence de celle-ci, le renouvelable restant très largement éolien et photovoltaïque à cette date) ainsi que dans le " stockage " d’électricité indispensable pour la stabilité du système. Outre le fait que dans ce dernier cas, la technologie n’est pas encore disponible, elle est extrêmement chère.

 

Les prix d’électricité très élevés qui en résultent, affectent gravement les exportations des entreprises européennes énergivores et provoquent la fuite des investissements industriels vers les pays concurrents de l’Union européenne (carbon leakage) et pèsent lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages.

 

D’autre part, une politique du renouvelable intermittent ne conduit pas à une création nette d’emplois, contrairement à ce que prétendent les associations qui promeuvent ce type de production d’électricité. En effet, les emplois dans les secteurs de la fabrication ou de l’assemblage et de l’installation ne sont pas nécessairement nouveaux, mais résultent également de transferts d’autres secteurs d’activités vers l’industrie du renouvelable. Ils sont, en outre,  plus que compensés par la destruction d’emplois résultant des licenciements, voire des faillites comme ce fut le cas en Allemagne, entre autres, avec la faillite de Q-Cell, principal fabricant de panneaux photovoltaïques ; au Danemark, avec le licenciement de milliers de personnes en 2012/2013 chez Vestas ; en Espagne, chez Gamesa etc.

 

En outre, une opposition de plus en plus grande des populations à l’installation d’éoliennes (en raison des nuisances qu’elles occasionnent : sonore, visuelle, dévalorisation des propriétés avoisinantes, dangers qu’elles présentent tels que bris de pales qui peuvent être projetées à des dizaines, voire des centaines de mètres dans les cas extrêmes, incendie etc.) devient un obstacle à son développement.

 

Quelle est votre solution de transition énergétique ?

Deux remarques préliminaires :

-       l’électricité nucléaire n’émet pas plus de gaz à effet de serre que l’éolien sur terre " onshore " (terrestre) ou que le photovoltaïque, et moins que l’éolien offshore (maritime) ;

-       une production d’électricité thermique est indispensable pour compenser l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque, et ainsi assurer la sécurité d’approvisionnement électrique.

Dès lors, et en tenant compte du coût global du renouvelable (incluant les coûts de compensation précités, de la restructuration des réseaux électriques et du stockage d’électricité), une alternative plus réaliste au tout renouvelable consisterait :

-       au plafonnement du renouvelable intermittent à un niveau permettant d’éviter, en grande partie, les lourds investissements rappelés ci-dessus et le déploiement du renouvelable non-intermittent ;

-       un prolongement de la durée de vie des centrales nucléaires existantes moyennant les investissements requis, accordant ainsi le temps nécessaire pour permettre leur remplacement par des centrales de troisième génération, la  construction de centrales de quatrième génération (régénérant leur combustible et " brûlant " une grande partie des déchets hautement radioactifs) ne pouvant être envisagée qu’à partir de 2035/2040 ;

-       un recours aux centrales au gaz, dont la technologie est bien maîtrisée et performante, et dont les coûts de production sont relativement bas (pour autant que le marché ne soit pas biaisé), pour compenser l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque.Ces centrales thermiques seraient remplacées par du renouvelable non-intermittent, en temps voulu, pour autant que des progrès technologiques en permettent une exploitation économiquement et socialement acceptable.

 

 

Le nucléaire n’émettant pas plus de gaz à effet de serre que l’éolien ou que le photovoltaïque, pourquoi est-il tant diabolisé ?

Ceux qui sont opposés au nucléaire considèrent que cette forme de production d’électricité est dangereuse, d’une part, en raison du caractère radioactif du combustible et, d’autre part, des déchets radioactifs résultant de sa fission. Les accidents de Tchernobyl et du Fukushima sont cités en exemple. Il faut d’abord souligner que ces deux exemples ne sont pas transposables en Europe.

 

La conception des réacteurs européens est incomparablement plus sûre que celle des réacteurs soviétiques de l’époque. En outre, sans entrer dans les détails, il est essentiel de rappeler que les manipulations des opérateurs soviétiques seraient inconcevables dans nos pays occidentaux. Enfin, les " liquidateurs " envoyés sur place pour arrêter les émissions radioactives étaient excessivement mal protégés contre les radiations, ce qui a été de loin la principale cause de décès.

 

Quant à Fukushima, il ne s’agit pas d’un accident nucléaire en tant que tel, mais d’un phénomène naturel, un tsunami, dont l’ampleur, non prévue, a noyé les pompes de refroidissement des réacteurs. Par contre, les réacteurs avaient bien résisté au tremblement de terre. Il y a lieu également de remarquer qu’il ne faut déplorer aucun décès d’origine nucléaire et qu’ils sont tous dus au tsunami. Quant aux cancers éventuellement causés par les radiations, l’avenir nous dira ce qu’il en est.

 

Dans l’Union européenne, aucun réacteur n’est construit au voisinage d’une zone sismique.

Les décisions qui ont été prises dans certains pays européens à la suite de Fukushima sont essentiellement émotionnelles, de pareilles circonstances ne pouvant se reproduire en Europe.

De telles décisions précipitées sont d’autant plus dommageables que la production nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre et que les centrales européennes sont sûres et amorties, et donc produisent une électricité bon marché.

 

Reste la question du stockage des déchets radioactifs. C’est un problème politique. Le stockage souterrain apparaît comme une solution adéquate. Il a été adopté en Finlande après les tests requis sur une période suffisamment longue. Le site d’Olkiluoto a été choisi par les autorités finlandaises et les travaux de construction des installations de stockage ont commencé. Les autorités suédoises ont également choisi un site. Toutefois, les travaux n’y ont pas encore commencé.

 

Dans ces deux pays, un travail pédagogique important a été entrepris auprès de la population. Un consensus a été obtenu.

 

Quelles leçons tirer de la conversion accélérée de l’Allemagne au renouvelable ?

Il faut rappeler qu’avant Fukushima, c"est-à-dire avant 2011, l’Allemagne avait envisagé une " renaissance " du nucléaire, celui-ci permettant de produire de l’électricité bon marché, non intermittente et suffisamment sûre. L’émotion provoquée par Fukushima a conduit le gouvernement Merkel à décider la fermeture immédiate d’environ la moitié des centrales nucléaires allemandes, les autres devant être mises hors service d’ici à 2022.

 

Cette décision, en plus de la loi EEG (Erneuerbare Energien Gesetz) mise en vigueur en 2000 dans le cadre de l’Energie Wende, ont fait flamber les prix de l’électricité qui sont devenus les plus chers de l’Union européenne avec ceux du Danemark et de l’Irlande, trois pays connaissant la plus forte pénétration du renouvelable intermittent. Au vu de l’impact négatif sur les grandes entreprises énergivores exportatrices, le gouvernement a dû exempter ces dernières du surcoût dû aux renouvelables, reportant ces coûts principalement sur les ménages et les PME, et diminuant, par conséquent, le pouvoir d’achat des premiers et le compétitivité des seconds.

 

Cerise sur le gâteau, la politique " verte allemande " n’a pas atteint son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre ; bien au contraire, les émissions ont augmenté et sont parmi les plus élevées de l’Union par tête d’habitant. En effet, pour compenser l’intermittence de la production éolienne et photovoltaïque, les électriciens allemands ont eu recours aux centrales thermiques et, plus particulièrement, aux centrales au charbon en plus de celles au lignite, et non aux centrales au gaz vu que le prix du charbon est nettement meilleur marché que celui du gaz en raison de la grande quantité  de charbon disponible.  Cette abondance est le résultat du remplacement du charbon par du gaz de schiste très bon marché aux Etats-Unis, comme combustible pour les centrales thermiques américaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
foxlynn
- 31/03/2016 - 19:10
mafia ...
L'Ardèche est une magnifique région qui est en train de s'équiper d'éolien qui bousille les paysages ... les paysans seront déposédés de leurs terres puisqu'elles seront "taxées industrielles" .mais le chantage fait par les minus sortis de l'école Centrale les impressionne ... bien entendu rien n'est prévu pour le démantellement puisque les sociétés créees pour leur gestion ont un capital qui ne dépasse pas 10000 euros ... et en cas de faillite, 10 000 euros , c'est rien .... la catastrophe écologique est en marche ... et quand on connait les tonnes de terres rares utilisées par ces machines , vendues pas la Chine en priorité au prix de centaines de morts dans les mines , qu'on ne me dise pas que c'est écologique ! non, c'est mafieux !
Anguerrand
- 28/03/2016 - 20:49
A essentimo
Vous avez raison, nos écolos auraient oublié que meme en Afrique il fait noir la nuit, au moment même où la demande électrique est la plus forte. De plus il n'y a pas de soleil 365 jours par ans. Que répondent les écolos à ces évidences que les contribuables européens paieront . Idem en France la facture EDF nous facture déjà ces énergies.....tres alternatives, idem pour les éoliennes. Coût environ 10 fois plus chere de ces énergie " écolos"
essentimo
- 28/03/2016 - 07:55
Pourquoi
tous les pays africains n'ont-ils pas de panneaux solaires ?