En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

04.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

05.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

06.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

07.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 5 min 31 sec
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 1 heure 54 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 4 heures 8 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 19 heures 46 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 20 heures 54 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 22 heures 34 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 1 jour 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 50 min 6 sec
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 6 heures 37 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 20 heures 10 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 21 heures 12 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 23 heures 7 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Atlantico Green

Les dessous d’une imposture écologiste : pourquoi une transition au 100% électrique d’ici 2050 est strictement impossible

Publié le 27 mars 2016
Trop chers, pas assez sécurisés, dénoncés par les riverains : l'éolien et le photovoltaïque, comme première source d'énergie, coulent l'économie et alourdissent au final le bilan carbone.
Jean-Pierre Schaeken Willemaers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Schaeken Willemaers est président du pôle Energie, Climat, Environnement à l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trop chers, pas assez sécurisés, dénoncés par les riverains : l'éolien et le photovoltaïque, comme première source d'énergie, coulent l'économie et alourdissent au final le bilan carbone.

Atlantico: La transition au tout électrique en 2050, comme le désire Green Peace, est-elle possible?

Jean-Pierre Schaeken Willemaers: Il est impossible d’atteindre cet objectif, à cet horizon, tant pour des raisons économiques que sociales. Une telle politique ne pourrait, en effet, pas assurer la sécurité d’approvisionnement électrique à des prix compétitifs. Elle nécessiterait des investissements énormes en production d’électricité, dans les réseaux électriques haute et basse tension  (qui devraient être restructurés, c.à.d. renforcés et étendus vu la dispersion géographique de la production et l’intermittence de celle-ci, le renouvelable restant très largement éolien et photovoltaïque à cette date) ainsi que dans le " stockage " d’électricité indispensable pour la stabilité du système. Outre le fait que dans ce dernier cas, la technologie n’est pas encore disponible, elle est extrêmement chère.

 

Les prix d’électricité très élevés qui en résultent, affectent gravement les exportations des entreprises européennes énergivores et provoquent la fuite des investissements industriels vers les pays concurrents de l’Union européenne (carbon leakage) et pèsent lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages.

 

D’autre part, une politique du renouvelable intermittent ne conduit pas à une création nette d’emplois, contrairement à ce que prétendent les associations qui promeuvent ce type de production d’électricité. En effet, les emplois dans les secteurs de la fabrication ou de l’assemblage et de l’installation ne sont pas nécessairement nouveaux, mais résultent également de transferts d’autres secteurs d’activités vers l’industrie du renouvelable. Ils sont, en outre,  plus que compensés par la destruction d’emplois résultant des licenciements, voire des faillites comme ce fut le cas en Allemagne, entre autres, avec la faillite de Q-Cell, principal fabricant de panneaux photovoltaïques ; au Danemark, avec le licenciement de milliers de personnes en 2012/2013 chez Vestas ; en Espagne, chez Gamesa etc.

 

En outre, une opposition de plus en plus grande des populations à l’installation d’éoliennes (en raison des nuisances qu’elles occasionnent : sonore, visuelle, dévalorisation des propriétés avoisinantes, dangers qu’elles présentent tels que bris de pales qui peuvent être projetées à des dizaines, voire des centaines de mètres dans les cas extrêmes, incendie etc.) devient un obstacle à son développement.

 

Quelle est votre solution de transition énergétique ?

Deux remarques préliminaires :

-       l’électricité nucléaire n’émet pas plus de gaz à effet de serre que l’éolien sur terre " onshore " (terrestre) ou que le photovoltaïque, et moins que l’éolien offshore (maritime) ;

-       une production d’électricité thermique est indispensable pour compenser l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque, et ainsi assurer la sécurité d’approvisionnement électrique.

Dès lors, et en tenant compte du coût global du renouvelable (incluant les coûts de compensation précités, de la restructuration des réseaux électriques et du stockage d’électricité), une alternative plus réaliste au tout renouvelable consisterait :

-       au plafonnement du renouvelable intermittent à un niveau permettant d’éviter, en grande partie, les lourds investissements rappelés ci-dessus et le déploiement du renouvelable non-intermittent ;

-       un prolongement de la durée de vie des centrales nucléaires existantes moyennant les investissements requis, accordant ainsi le temps nécessaire pour permettre leur remplacement par des centrales de troisième génération, la  construction de centrales de quatrième génération (régénérant leur combustible et " brûlant " une grande partie des déchets hautement radioactifs) ne pouvant être envisagée qu’à partir de 2035/2040 ;

-       un recours aux centrales au gaz, dont la technologie est bien maîtrisée et performante, et dont les coûts de production sont relativement bas (pour autant que le marché ne soit pas biaisé), pour compenser l’intermittence de l’éolien et du photovoltaïque.Ces centrales thermiques seraient remplacées par du renouvelable non-intermittent, en temps voulu, pour autant que des progrès technologiques en permettent une exploitation économiquement et socialement acceptable.

 

 

Le nucléaire n’émettant pas plus de gaz à effet de serre que l’éolien ou que le photovoltaïque, pourquoi est-il tant diabolisé ?

Ceux qui sont opposés au nucléaire considèrent que cette forme de production d’électricité est dangereuse, d’une part, en raison du caractère radioactif du combustible et, d’autre part, des déchets radioactifs résultant de sa fission. Les accidents de Tchernobyl et du Fukushima sont cités en exemple. Il faut d’abord souligner que ces deux exemples ne sont pas transposables en Europe.

 

La conception des réacteurs européens est incomparablement plus sûre que celle des réacteurs soviétiques de l’époque. En outre, sans entrer dans les détails, il est essentiel de rappeler que les manipulations des opérateurs soviétiques seraient inconcevables dans nos pays occidentaux. Enfin, les " liquidateurs " envoyés sur place pour arrêter les émissions radioactives étaient excessivement mal protégés contre les radiations, ce qui a été de loin la principale cause de décès.

 

Quant à Fukushima, il ne s’agit pas d’un accident nucléaire en tant que tel, mais d’un phénomène naturel, un tsunami, dont l’ampleur, non prévue, a noyé les pompes de refroidissement des réacteurs. Par contre, les réacteurs avaient bien résisté au tremblement de terre. Il y a lieu également de remarquer qu’il ne faut déplorer aucun décès d’origine nucléaire et qu’ils sont tous dus au tsunami. Quant aux cancers éventuellement causés par les radiations, l’avenir nous dira ce qu’il en est.

 

Dans l’Union européenne, aucun réacteur n’est construit au voisinage d’une zone sismique.

Les décisions qui ont été prises dans certains pays européens à la suite de Fukushima sont essentiellement émotionnelles, de pareilles circonstances ne pouvant se reproduire en Europe.

De telles décisions précipitées sont d’autant plus dommageables que la production nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre et que les centrales européennes sont sûres et amorties, et donc produisent une électricité bon marché.

 

Reste la question du stockage des déchets radioactifs. C’est un problème politique. Le stockage souterrain apparaît comme une solution adéquate. Il a été adopté en Finlande après les tests requis sur une période suffisamment longue. Le site d’Olkiluoto a été choisi par les autorités finlandaises et les travaux de construction des installations de stockage ont commencé. Les autorités suédoises ont également choisi un site. Toutefois, les travaux n’y ont pas encore commencé.

 

Dans ces deux pays, un travail pédagogique important a été entrepris auprès de la population. Un consensus a été obtenu.

 

Quelles leçons tirer de la conversion accélérée de l’Allemagne au renouvelable ?

Il faut rappeler qu’avant Fukushima, c"est-à-dire avant 2011, l’Allemagne avait envisagé une " renaissance " du nucléaire, celui-ci permettant de produire de l’électricité bon marché, non intermittente et suffisamment sûre. L’émotion provoquée par Fukushima a conduit le gouvernement Merkel à décider la fermeture immédiate d’environ la moitié des centrales nucléaires allemandes, les autres devant être mises hors service d’ici à 2022.

 

Cette décision, en plus de la loi EEG (Erneuerbare Energien Gesetz) mise en vigueur en 2000 dans le cadre de l’Energie Wende, ont fait flamber les prix de l’électricité qui sont devenus les plus chers de l’Union européenne avec ceux du Danemark et de l’Irlande, trois pays connaissant la plus forte pénétration du renouvelable intermittent. Au vu de l’impact négatif sur les grandes entreprises énergivores exportatrices, le gouvernement a dû exempter ces dernières du surcoût dû aux renouvelables, reportant ces coûts principalement sur les ménages et les PME, et diminuant, par conséquent, le pouvoir d’achat des premiers et le compétitivité des seconds.

 

Cerise sur le gâteau, la politique " verte allemande " n’a pas atteint son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre ; bien au contraire, les émissions ont augmenté et sont parmi les plus élevées de l’Union par tête d’habitant. En effet, pour compenser l’intermittence de la production éolienne et photovoltaïque, les électriciens allemands ont eu recours aux centrales thermiques et, plus particulièrement, aux centrales au charbon en plus de celles au lignite, et non aux centrales au gaz vu que le prix du charbon est nettement meilleur marché que celui du gaz en raison de la grande quantité  de charbon disponible.  Cette abondance est le résultat du remplacement du charbon par du gaz de schiste très bon marché aux Etats-Unis, comme combustible pour les centrales thermiques américaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
foxlynn
- 31/03/2016 - 19:10
mafia ...
L'Ardèche est une magnifique région qui est en train de s'équiper d'éolien qui bousille les paysages ... les paysans seront déposédés de leurs terres puisqu'elles seront "taxées industrielles" .mais le chantage fait par les minus sortis de l'école Centrale les impressionne ... bien entendu rien n'est prévu pour le démantellement puisque les sociétés créees pour leur gestion ont un capital qui ne dépasse pas 10000 euros ... et en cas de faillite, 10 000 euros , c'est rien .... la catastrophe écologique est en marche ... et quand on connait les tonnes de terres rares utilisées par ces machines , vendues pas la Chine en priorité au prix de centaines de morts dans les mines , qu'on ne me dise pas que c'est écologique ! non, c'est mafieux !
Anguerrand
- 28/03/2016 - 20:49
A essentimo
Vous avez raison, nos écolos auraient oublié que meme en Afrique il fait noir la nuit, au moment même où la demande électrique est la plus forte. De plus il n'y a pas de soleil 365 jours par ans. Que répondent les écolos à ces évidences que les contribuables européens paieront . Idem en France la facture EDF nous facture déjà ces énergies.....tres alternatives, idem pour les éoliennes. Coût environ 10 fois plus chere de ces énergie " écolos"
essentimo
- 28/03/2016 - 07:55
Pourquoi
tous les pays africains n'ont-ils pas de panneaux solaires ?