En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 57 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 6 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 10 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 13 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 27 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 18 heures 49 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 21 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 19 heures 52 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 59 min
Rhétorico-laser

"La-jeunesse-dans-la-rue-contre-la-précarité !" : voyage au cœur d’un mensonge français

Publié le 21 mars 2016
Les sorties « des jeunes » contre la loi Travail sont l’objet de rhétoriques variées. Mais souvent à côté de la plaque : le problème de la jeunesse française réside dans un mensonge fondamental et complaisamment entretenu.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les sorties « des jeunes » contre la loi Travail sont l’objet de rhétoriques variées. Mais souvent à côté de la plaque : le problème de la jeunesse française réside dans un mensonge fondamental et complaisamment entretenu.

Le discours médiatique dominant sur la protestation de « la jeunesse » contre la loi travail repose d’abord sur une belle figure de rhétorique : la métonymie (la partie pour le tout) qui fait passer quelques dizaines milliers de jeunes pour « la jeunesse » française, qui compte quelque 7 millions d’individus (15-24 ans). Métonymie double au demeurant, car la partie de la jeunesse qui (se) manifeste ne représente même pas un pourcentage significatif de la catégorie à laquelle elle appartient : les lycées d’enseignement général et les universités. Bref, nous avons à faire à une petite partie d’une petite partie du tout…

Quant à la « précarité » qui est sur toutes les lèvres, elle relève également d’une technique rhétorique bien connue : la péjoration, qui consiste à reprendre l’argumentaire adverse en le reformulant de manière négative : « la souplesse » devient « la loi de la jungle », « le pragmatisme », « l’arbitraire patronal » et la « flexibilité », « la précarité ».

Et si puissante est la force de ces images qu’elles masquent aisément, dans un pays qui se dit cartésien, les sophismes les plus ahurissants : en France, un stage à 400 euros est ainsi plus désirable qu’un CDD à 1300, un CDD d’un mois, plus attractif qu’un CDI assoupli et, pour tout dire, le chômage moins « précaire » que le travail. En vertu de quoi, les milliers de non-qualifiés, souvent venus des quartiers, et qui ont trouvé leur salut dans la funeste « ubérisation », sont priés de retourner sagement à Pôle emploi…

C’est ainsi que l’on voit défiler des 16-25 ans pour sauver les indemnités prud'hommales réservées aux plus anciens, empêcher le licenciement économique de ceux déjà en place et assurer la carrière de futurs apparatchiks.  Sans se demander si, par hasard, la surprotection des uns ne se payait pas par la précarisation des autres, la leur notamment ; et encore moins pourquoi l’Etat, premier producteur français de travail précaire voire non-déclaré, ne s’applique pas à lui-même les règles qu’il impose à l’horrible secteur privé. 

Signe parmi tant d’autres d’une école où l’ignorance le dispute à l’idéologie au nom de la sainte égalité, où « le travail se partage », où « l’Etat crée des emplois » et où l’enseignement de l’économie est toujours dominé par la vulgate keynésienne des années 1970. 

Signe aussi d’une éducation parentale reflétée dans les commentaires de certains « experts », souvent parents de manifestants, où la tendresse pour les chers petits le dispute à la nostalgie de leurs propres combats (« Ah, Devaquet !), à la nécessité des « rites de passage » et… à l’intérêt bien compris de leurs confortables CDI lestés d’ancienneté. Après tout, comme on a pu l’entendre, cette bonne vieille « politisation » de la jeunesse n’est-elle pas plus rassurante que le djihad ?

Mais il se pourrait bien qu’il n’y ait non pas une, ni même deux, mais trois, voire quatre jeunesses : haut du panier des grandes écoles et des (trop rares) formations universitaires d’excellence ; diplômés des universités générales ; éjectés des parcours universitaires (au moins la moitié) ; et jeunes sans aucune qualification (150.000 par an). Catégories promises à des destinées bien divergentes, mais baignées dans le même illusionnisme ambiant qui va du taux de réussite et de l’inflation des mentions au bac à la mastérisation à tout va, en passant par le refus (Ô combien sélectif !) de la « sélection ».  

Une immense entreprise d’infantilisation en somme, qui conduit la grande majorité des jeunes à une terrible frustration lorsque vient la confrontation avec le très réel marché du travail, dont ils n’ont reçu ni les codes, ni les clefs. Frustration redoutable pour eux-mêmes, mais aussi pour la société. 

Et c’est là que réside le vrai terreau révolutionnaire, car les révolutions, depuis 1789, naissent toujours du heurt entre attentes de la jeunesse et blocages de la société. Et en ce sens, les manifestations contre la loi Travail même si elles reposent sur un contresens et l’ignorance de son contenu, traduisent bien un malaise profond qui pourrait un jour cristalliser.

A moins que le Pouvoir actuel n’ait trouvé (sans doute involontairement) un providentiel exutoire : l’émigration massive des jeunes les plus dynamiques, les plus talentueux… et les plus lucides. Par centaines de milliers, les voilà partis, non pour un beau « voyage qui forme la jeunesse », comme on fait semblant de le croire mais pour longtemps, sinon pour toujours. 

Ouf ! Les redoutables Cohn-Bendit, les Geismar, les Cambadélis et autres Dray d'aujourd’hui ne sont plus là pour mener la rébellion : ils étudient à Londres ou lancent leur start-up à Berkeley. 

Il nous reste William Martinet.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 27/03/2016 - 13:12
le concours administratif
comme papa et maman (qui sont divorcés plusieurs fois) c'est évidemment le Graal! Et vivre dans 50m2 à Paname centre, le nec plus ultra. Ailleurs on risquerait de rencontrer des Français attardés, monogames, hétéros, voire pire, je m'en étouffe, ....judéo-chrétiens, arrrrgh vite une mantra pour respirer; CRS-SS, CRS-SS. Pour résumer Paris est ce que l'on appelait jadis du temps de l'analogique; un disque rayé
zouk
- 22/03/2016 - 11:18
Manifestations, manipulées, de la "jeunesse"
Parfaitement d'accord avec cette analyse de Chr. De Voogd; Aveuglement, aveuglement.... (Marc Ferro) multiplié par le rôle méconnu de la bêtise en politique (Lucien Jerphagnon, il écrivait même connerie)
vangog
- 22/03/2016 - 02:04
S'ils avaient manifesté contre l'article 6...
je les aurai soutenu! Mais comme cet article 6, instituant le droit d'ingérence de l'islam dans les entreprises ( pour les autres religions, ce n'est pas grave, aussi discriminant que cela soit...) ne fait pas partie des mots-d'ordre trotskystes, ceci confirme que les djeuns manipulés ont déjà choisi leur soumission future...ils sont quasi perdus pour l'humanité, les bambins biberonnés au lait gauchiste!