En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 3 heures 31 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 27 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 23 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 9 heures 39 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 23 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 20 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 5 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 4 heures 48 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 9 heures 31 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 12 heures 52 min
Rhétorico-laser

Le mot du moment : "jusqu'au bout !" … mais au bout de quoi ?

Publié le 07 mars 2016
Le "jusqu'auboutisme" affiché à droite et à gauche recèle bien des ambiguïtés et néglige un détail : le quinquennat actuel est en fait terminé sur le fond.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le "jusqu'auboutisme" affiché à droite et à gauche recèle bien des ambiguïtés et néglige un détail : le quinquennat actuel est en fait terminé sur le fond.

On le savait depuis longtemps pour les candidats déclarés à la primaire de la droite : ils iront tous « jusqu'au bout ». Certains l’ont d’autant plus martelé qu’ils étaient suspectés d’une volonté à éclipse ou crédités de bien maigres perspectives. Nul doute que les prochains impétrants affirmeront avec la même force leur volonté d’aller « jusqu'au bout ». La capacité des « Grands à trop s’estimer eux-mêmes » est en effet sans limite, notait déjà Montesquieu. Mais ce « bout » pourrait être bien proche pour nombre d’entre eux, faute de parrainages ou de financement suffisants… Reste la situation très délicate de Nicolas Sarkozy qui, lui, ne peut se permettre de voir « le bout » de sa candidature fixé par les juges.

Petite illustration des multiples sens de ce mot d’apparence si simple : « jusqu'au bout ». Il peut en effet désigner une date butoir fixée par les institutions ; ou bien la fin d'un processus parvenu à son terme ; ou encore un résultat précis que l’on veut atteindre « coûte que coûte ».

Ce sont ces multiples sens que l’on voit aujourd'hui tournoyer dans l’espace médiatique à propos de la politique gouvernementale, au risque (voulu ?) d’une confusion totale. « Réformer jusqu'au bout » dit sans cesse le Président ; « j’irai jusqu'au bout » de la loi Travail, clame Manuel Valls ; « je souhaite aller jusqu'au bout »dit plus prudemment la ministre en charge. Quant à Michel Sapin, prince de l’équivoque rhétorique, il promet d’aller « jusqu'au bout dans le dialogue ».Et la plupart des commentateurs de relever ce jusqu'auboutisme apparent, sans noter les sens très différents de ces déclarations : François Hollande veut dire qu’il veut réformer jusqu'au TERME de son mandat ; Manuel Valls, qu’il voit dans la réforme du droit du travail une OBLIGATION de résultat ; alors que sa ministre du travail n’évoque qu’un VOEU de succès et son ministre des finances, une simple obligation de MOYEN (le « dialogue »).

Dans les trois cas, des questions gênantes viennent aussitôt à l’esprit : au Président, quelles réformes précisément ? Pourquoi si tard ? Avec quelle majorité ? Au Premier ministre, quel résultat final ? Au prix de quels renoncements ? A la ministre du travail, ce vœu n’est-il pas pieux ? Et au ministre des Finances, quid si « le dialogue » ne donne rien ?

En fait, après l’audace initiale, tout le dispositif rhétorique « hollandien » est désormais en place pour un enterrement de la loi El Khomri : rhétorique circulaire où l’on ménage la chèvre et le chou (d’un côté liberté des entreprises, de l’autre la sécurité des salariés) ; recul à la première escarmouche ; transfert de la responsabilité de l’échec final sur les autres (syndicats, Parlement et bien sûr opposition). Le plus étonnant est que l’on s’en étonne encore, tant le système est éprouvé. L’abandon probable des dispositions centrales du projet de loi assure d’ores et déjà que« la montagne va encore accoucher d’une souris » (N. Sarkozy). Peut-être même pas la moindre « souris » cette fois-ci, vu la force des oppositions conjuguées et l’impopularité abyssale d’un président en fin de mandat. Et, fait rédhibitoire dans la perspective d’une réélection, l’hostilité au projet très majoritaire dans l’opinion qui révèle, par-delà un désir affiché de « rénovation » purement abstrait, un conservatisme viscéral à la moindre réforme.

Les choses devraient désormais être claires : le gouvernement n’a plus aucun moyen de réformer, quand bien même il en aurait l’intention.

Ce n’est donc pas « jusqu'au bout » qu’il faudrait dire pour qualifier l’action de l’exécutif, mais « à bout ». De deux choses l’une : ou la loi El Khomri (comme la déchéance de la nationalité bientôt) sombre corps et biens, échec qui disqualifiera d’avance tout autre projet ultérieur. Le quinquennat s’achèvera alors « en roue libre », ballotté d’une urgence à l’autre dans une impuissance totale. Ou bien Manuel Valls s’entête sur le texte et la crise politique (et probablement sociale) est assurée. Qui peut alors garantir que le quinquennat ira alors « jusqu'au bout » dans sa configuration actuelle ?Aussi bien le Président que le Premier ministre pourraient bien y trouver leur intérêt : l’enlisement assuré ne constitue-t-il pas le plus grand danger pour l’Exécutif ?

Éventualité d’un chambardement politique qui, par ricochet, perturberait sérieusement les candidats de droite car le calendrier actuel, sur lequel ils misent tout, ne serait alors pas respecté… « jusqu'au bout » !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
karenotsoa
- 09/03/2016 - 01:09
Jusqu'au bout
implique un début identifiable, une action claire et maintenue et une destination, un objectif... Gouverner depuis 2012 a plutôt consisté à tourner en ronds et en roue libre... comme sur un pédalo à la dérive, au gré des vagues et du vent, sans pédalier...
Nicolas V
- 08/03/2016 - 17:52
"Chambardement politique "?
Que voulez-vous dire ? Dissolution ? (Il n'osera jamais) appel à un gouvernement d'union nationale avec Juppé, Bayrou, Raffarin, etc... et dont les membres se coopteront entre eux ? Parlement réuni 3/4 fois par an pour la forme, ne riez pas, c'est le modèle suédois , évidemment , plus d'élections "reportées ". C'est Ça ? C'est ce qui est dans les cartons ?
Dites-nous
zouk
- 08/03/2016 - 11:22
Jusqu'au bout
Fr. Hollande prétend gouverner jusqu'au dernier jour de son mandat! Il ne fera qu'aggraver ses dégâts déjà considérable. Dieu veuille qu'il s'enferme dans la délectation morose de l'inaction.