En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 45 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 57 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 27 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 45 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 25 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 13 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 30 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
Rhétorico-laser

"Dernier tiers du mandat de François Hollande" : quand notre génie national invente un nouveau système arithmétique, le "calcul quinquennal"

Publié le 08 février 2016
Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans.

En ce début février 2016, les calculs vont bon train sur la proximité de l’échéance de 2017 et son impact sur le quinquennat finissant. « Calcul » est peut-être un mot un peu fort car certaines évaluations temporelles ont de quoi surprendre, telles que « le président est entré dans le dernier tiers de son mandat » ou bien « nous sommes à un an de la grande échéance ». Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans : allongement de la durée restante pour ceux qui voient avec effroi le terme du mandat approcher ; raccourcissement pour ceux qui souhaitent (et pas seulement à droite !) que l’on tourne vite la page… Des deux, c’est clairement la « version longue » qui l’emporte, indicateur sûr des préférences média politiques. A l’automne 2015, nous en étions ainsi « à la moitié du quinquennat » ; aujourd'hui, c’est « le dernier tiers »… 

C’est évidemment faux dans un cas comme dans l’autre. D'abord, arithmétiquement : François Hollande étant entré en fonctions le 15 mai 2012, il est arrivé à mi-mandat dès le 15 novembre… 2014 ; et à son dernier tiers depuis le 15 septembre 2015, il y a donc près de 6 mois. Il lui reste donc un peu plus de 15 mois à l’Elysée. Autrement dit, il va entrer dans le dernier quart de son mandat dès la semaine prochaine…  

Mais à ce calcul purement arithmétique, il faut bien sûr préférer celui du temps politique : non seulement le premier tour des élections aura lieu dès le 23 avril 2017, mais en plus, la campagne électorale aura déjà gelé l’action gouvernementale. La peau de chagrin se réduit d’autant.

Elle se réduit encore plus si l’on tient compte de la lenteur du processus législatif, du contrôle de constitutionnalité et des innombrables « aléas » bureaucratiques. Ils rendront inapplicable toute décision postérieure au vote du budget 2017, c’est-à-dire en décembre prochain. Et ceci dans la meilleure des hypothèses, c’est-à-dire la plus rare, vu l’inapplication totale ou partielle de lois ou de décrets adoptés depuis belle lurette : cf. la loi Macron ou le processus de « simplification » que tout l’art de notre bureaucratie s’ingénie à complexifier. Coup de grâce : la perspective d’une alternance n’est évidemment pas propice à l’accélération de ce rythme de sénateurs (et de fonctionnaires). Sauf en matière de reclassements individuels qui constituent l’activité principale des cabinets en fin de vie...

Soyons charitables et retenons quand même, comme terme véritable du quinquennat actif, décembre 2017 ; soit juste après le second tour de la primaire de la droite (27 novembre). Nul doute que celle-ci va marquer le début de la pré-campagne présidentielle qui absorbera alors totalement François Hollande, face à son challenger désigné et légitimé par un vote qui s’annonce massif. 

Résumons-nous : il reste au mieux au président en exercice 10 mois utiles. Sans même tenir compte de crises internationales majeures, tant sur le plan économique que politique.  

C’est à cette aune qu’il faut donc mesurer la pertinence des mesures annoncées tambour battant sur la formation professionnelle, la réforme du code du travail, la réforme pénale, la suite de la réforme territoriale etc… Vastes chantiers sur la réalisation desquels, à voir les atermoiements sur la révision de la constitution, on peut avoir des doutes. Et plus encore sur leurs résultats : que dire de la formation de 500.000 chômeurs supplémentaires quand, à grand peine, l’on en fait aujourd'hui la moitié - et plutôt mal ? Et pourquoi le Président ferait-il subitement mieux que ce qu’il a fait jusqu'ici ? L’objection ne semble curieusement valoir que pour Nicolas Sarkozy.

Et pourtant, malgré un scepticisme croissant, les déclarations présidentielles sont encore prises au pied de la lettre, y compris par l’opposition. Celle-ci devrait adopter un sage wait and see, au lieu de se précipiter « à la télé » commenter les dires du Président, au risque d’être prise à contre-pied par les incessantes variations du Prince : cf. la déchéance de la nationalité. 

Il n’en est pourtant qui ne se trompent pas : comme Nicolas Hulot qui a bien compris qu’un ministère, aussi boursouflé soit-il, n’était qu’un hochet vain à ce stade du quinquennat.

Et bien entendu, François Hollande lui-même, grand maître du temps politique, qui sait fort bien que tout cela n’est qu’« effets d’annonce ». Ou plutôt promesses de campagne : une campagne qu’il a, pour sa part, bel et bien commencée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sna-hyper
- 09/02/2016 - 16:02
il reste 10 mois utiles?
Si c'est dans la continuité des 45 mois écoulés le terme "utile" est de trop.
GRAR
- 09/02/2016 - 14:34
Quid ?
Vous décrivez avec une concision remarquable l'état "d'embolie" de notre pays (lui seulement ?) Cela semble conséquent puisque - sur des critères de rejet - notre peuple a élu cet homme en "thrombe"... :)
Mais les facteurs que vous reliez dans votre analyse - qui semble présager d'une "nécrose" de notre système à défaut de notre pays - ne se résument pas à l'inventeur du "calcul quinquennal". Pourriez-vous, à l'occasion, approfondir votre diagnostic ? Où se situe la cause et quel serait donc alors le remède ? Le quinquennat, l'architecture constitutionnelle, le profil du leader, l'état "mental" de notre société, celui de notre haute administration, la consanguinité "énarchique" de nos "élites" actuelles, le racornissement faussement utilitariste de notre système de formation ? Quid ? Ah ! les humanités... seul Georges Pompidou est issu de Normale Sup ! Cela doit vous donner une toute autre ampleur subtile de conscience, non ?
zouk
- 09/02/2016 - 13:12
Temps présidentiel
L'horloge n'est décidément pas la même que celle des gens ordinaires que nous sommes. Etrange dérive... à laquelle la réduction du mandat présidentiel à 5 ans + élections, législatives simultanées,n'est pas étrangère. Elle oblige le "monde" politique à la campagne électorale permanente, alors que nous,simples citoyens avons cru l'élire pour gouverner.