En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 14 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 52 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 32 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 30 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 13 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 43 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 39 min
Rhétorico-laser

"Dernier tiers du mandat de François Hollande" : quand notre génie national invente un nouveau système arithmétique, le "calcul quinquennal"

Publié le 08 février 2016
Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans.

En ce début février 2016, les calculs vont bon train sur la proximité de l’échéance de 2017 et son impact sur le quinquennat finissant. « Calcul » est peut-être un mot un peu fort car certaines évaluations temporelles ont de quoi surprendre, telles que « le président est entré dans le dernier tiers de son mandat » ou bien « nous sommes à un an de la grande échéance ». Etrange élasticité du temps selon les commentateurs, où se révèlent à la fois notre culture politique décidément plus littéraire que mathématique, l’affolement naturel des hommes devant la fuite des jours, mais aussi les inconscients partisans : allongement de la durée restante pour ceux qui voient avec effroi le terme du mandat approcher ; raccourcissement pour ceux qui souhaitent (et pas seulement à droite !) que l’on tourne vite la page… Des deux, c’est clairement la « version longue » qui l’emporte, indicateur sûr des préférences média politiques. A l’automne 2015, nous en étions ainsi « à la moitié du quinquennat » ; aujourd'hui, c’est « le dernier tiers »… 

C’est évidemment faux dans un cas comme dans l’autre. D'abord, arithmétiquement : François Hollande étant entré en fonctions le 15 mai 2012, il est arrivé à mi-mandat dès le 15 novembre… 2014 ; et à son dernier tiers depuis le 15 septembre 2015, il y a donc près de 6 mois. Il lui reste donc un peu plus de 15 mois à l’Elysée. Autrement dit, il va entrer dans le dernier quart de son mandat dès la semaine prochaine…  

Mais à ce calcul purement arithmétique, il faut bien sûr préférer celui du temps politique : non seulement le premier tour des élections aura lieu dès le 23 avril 2017, mais en plus, la campagne électorale aura déjà gelé l’action gouvernementale. La peau de chagrin se réduit d’autant.

Elle se réduit encore plus si l’on tient compte de la lenteur du processus législatif, du contrôle de constitutionnalité et des innombrables « aléas » bureaucratiques. Ils rendront inapplicable toute décision postérieure au vote du budget 2017, c’est-à-dire en décembre prochain. Et ceci dans la meilleure des hypothèses, c’est-à-dire la plus rare, vu l’inapplication totale ou partielle de lois ou de décrets adoptés depuis belle lurette : cf. la loi Macron ou le processus de « simplification » que tout l’art de notre bureaucratie s’ingénie à complexifier. Coup de grâce : la perspective d’une alternance n’est évidemment pas propice à l’accélération de ce rythme de sénateurs (et de fonctionnaires). Sauf en matière de reclassements individuels qui constituent l’activité principale des cabinets en fin de vie...

Soyons charitables et retenons quand même, comme terme véritable du quinquennat actif, décembre 2017 ; soit juste après le second tour de la primaire de la droite (27 novembre). Nul doute que celle-ci va marquer le début de la pré-campagne présidentielle qui absorbera alors totalement François Hollande, face à son challenger désigné et légitimé par un vote qui s’annonce massif. 

Résumons-nous : il reste au mieux au président en exercice 10 mois utiles. Sans même tenir compte de crises internationales majeures, tant sur le plan économique que politique.  

C’est à cette aune qu’il faut donc mesurer la pertinence des mesures annoncées tambour battant sur la formation professionnelle, la réforme du code du travail, la réforme pénale, la suite de la réforme territoriale etc… Vastes chantiers sur la réalisation desquels, à voir les atermoiements sur la révision de la constitution, on peut avoir des doutes. Et plus encore sur leurs résultats : que dire de la formation de 500.000 chômeurs supplémentaires quand, à grand peine, l’on en fait aujourd'hui la moitié - et plutôt mal ? Et pourquoi le Président ferait-il subitement mieux que ce qu’il a fait jusqu'ici ? L’objection ne semble curieusement valoir que pour Nicolas Sarkozy.

Et pourtant, malgré un scepticisme croissant, les déclarations présidentielles sont encore prises au pied de la lettre, y compris par l’opposition. Celle-ci devrait adopter un sage wait and see, au lieu de se précipiter « à la télé » commenter les dires du Président, au risque d’être prise à contre-pied par les incessantes variations du Prince : cf. la déchéance de la nationalité. 

Il n’en est pourtant qui ne se trompent pas : comme Nicolas Hulot qui a bien compris qu’un ministère, aussi boursouflé soit-il, n’était qu’un hochet vain à ce stade du quinquennat.

Et bien entendu, François Hollande lui-même, grand maître du temps politique, qui sait fort bien que tout cela n’est qu’« effets d’annonce ». Ou plutôt promesses de campagne : une campagne qu’il a, pour sa part, bel et bien commencée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sna-hyper
- 09/02/2016 - 16:02
il reste 10 mois utiles?
Si c'est dans la continuité des 45 mois écoulés le terme "utile" est de trop.
GRAR
- 09/02/2016 - 14:34
Quid ?
Vous décrivez avec une concision remarquable l'état "d'embolie" de notre pays (lui seulement ?) Cela semble conséquent puisque - sur des critères de rejet - notre peuple a élu cet homme en "thrombe"... :)
Mais les facteurs que vous reliez dans votre analyse - qui semble présager d'une "nécrose" de notre système à défaut de notre pays - ne se résument pas à l'inventeur du "calcul quinquennal". Pourriez-vous, à l'occasion, approfondir votre diagnostic ? Où se situe la cause et quel serait donc alors le remède ? Le quinquennat, l'architecture constitutionnelle, le profil du leader, l'état "mental" de notre société, celui de notre haute administration, la consanguinité "énarchique" de nos "élites" actuelles, le racornissement faussement utilitariste de notre système de formation ? Quid ? Ah ! les humanités... seul Georges Pompidou est issu de Normale Sup ! Cela doit vous donner une toute autre ampleur subtile de conscience, non ?
zouk
- 09/02/2016 - 13:12
Temps présidentiel
L'horloge n'est décidément pas la même que celle des gens ordinaires que nous sommes. Etrange dérive... à laquelle la réduction du mandat présidentiel à 5 ans + élections, législatives simultanées,n'est pas étrangère. Elle oblige le "monde" politique à la campagne électorale permanente, alors que nous,simples citoyens avons cru l'élire pour gouverner.