En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 42 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 39 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 41 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 27 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 11 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 41 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 16 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Petit manuel de « vérification » à l’usage des apprentis « fact-checkers »

Publié le 18 janvier 2016
Comment le fact-checking est devenu le grand refuge de la rhétorique partisane.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment le fact-checking est devenu le grand refuge de la rhétorique partisane.

Le « fact-checking » est à la mode. De nombreux médias, écrits et audiovisuels, y consacrent désormais une chronique régulière. Souci des chiffres et des faits très bien venu dans un débat politique trop marqué par les approximations, voire par les francs mensonges… et dans une presse traditionnellement plus portée à l’opinion qu’à l’information et à la conviction qu’à l’investigation. Et qui a trop longtemps préféré « avoir tort avec Sartre que raison avec Aron »…

Mais voilà : chassez le naturel, il revient au galop ! Le fact-checking est trop souvent devenu l’un des grands instruments de la rhétorique partisane, d’autant plus redoutable que celle-ci peut désormais dérouler ses artifices à l’abri de l’objectivité des chiffres et des faits « bruts ».

Et, sans surprise au profit de la gauche : en raison de la rareté du fact-checking à droite (mais au fait pourquoi cette pudeur ?)

En tout cas, la règle non écrite aboutit à un score final moyen de 7 à 3 : c’est-à-dire 7 « faux » pour la droite contre 3 « vrais » ; proportion inverse pour la gauche. Pour le FN, l’on arrive à 99 « faux » contre 1 vrai (eh oui, l’on a pu trouver une exception !). Même s’il cite une statistique officielle ou reprend un fait avéré, le FN ne peut, par principe, avoir raison : « Résistance » oblige !

Mais, plus subtilement, au-delà du clivage partisan, le vrai critère est le respect du « politiquement correct » : on le constate au nombre croissant des « faux » infligés à l’actuel gouvernement depuis qu’il donne dans le soutien aux entreprises et le « sécuritaire ». A quoi s’ajoute une large ignorance des réalités étrangères, certes habituelle en France ;mais, ce qui l’est moins, de l’histoire de la France elle-même,avant mai 1968.

En revanche, les techniques majeures de la rhétorique inventées dans la Grèce antiques sont parfaitement maîtrisées, en particulier les vastes ressources (attribution injuste au demeurant) de la sophistique.

D'abord la falsification pure et simple : elle est assez rare mais plutôt gênante vu la nature de l’exercice. Systématique en revanche, la sélectivité des faits et des déclarations, pour évacuer données gênantes et sources contrariantes. De même, l’élasticité des critères qui se traduit par de nouvelles catégories logiques, telles que le« plutôt vrai » ou le « plutôt faux », voire l’admirable « faux, mais de peu » ! La technique la plus rodée reste la substitution : glisser du fond à la forme, de ce qui est dit à celui qui le dit(voire à un autre), et de la vérification pure et simple au commentaire tous azimuts.

En effet notre pays, plus littéraire que cartésien en politique, comme l’avait si bien vu Tocqueville, préfère toujours les mots aux chiffres. De là, ces coupages de cheveux en quatre ces « certes, mais », ces « on pourrait croire que mais regardons-y de plus près » et le sacro-saint « il faut contextualiser » : comprendre la différence de contexte donne « plutôt tort » à la droite, « plutôt raison » à la gauche). Voilà qui donne le tournis : on ne sait plus si, ou pourquoi,le propos à vérifier disait vrai ou faux…. D'autant que les bons vieux sophismes tiennent souvent lieu de raisonnements : la cause devient la conséquence, « celui qui a menti une fois mentira toujours », le détail remplace l'ensemble et le fait accidentel, la tendance de fond...

Ce qui nous conduit aux 12 conseils suivants (tous repris, hélas, d’exemples attestés) à suivre impérativement pour tout apprenti voulant devenir un fact-checker confirmé:

1/ Un homme de droite demande de porter le nombre de places en prison à 80.000 : lui faire dire « 80.000 places supplémentaires ».

2/ Un gouvernement de droite fait moins mal sur le plan économique que la moyenne européenne : ne pas comparer.

3/ Un gouvernement de gauche fait pire que la moyenne européenne : ne pas comparer (ou parler de « crise européenne »).

4/ Un homme de droite se trompe de 10% : dire « plutôt faux ».

5/ Un homme de gauche se trompe de 30% : dire « plutôt vrai ».

6/ En deux ans la droite augmente les impôts de 13 milliards, la gauche de 27 : « dire moitié, moitié ».

7/ Le chômage augmente de 25% plus vite sous la gauche que sous la droite : dire « hausse continue du chômage ».

8/ Déchéance de la nationalité : dire « c’est une idée qui vient de Jean-Marie le Pen ». Ne pas mentionner la Seconde République et la déchéance de la nationalité pour esclavagisme.

9/ Inégalités devant la mort : par définition, toujours « socio-économiques » : insister sur l’inégalité cadre/ouvrier. Taire l’inégalité fondamentale entre hommes et femmes. Surtout ne jamais dire qu'une ouvrière vit plus longtemps qu’un patron.

10/ Droit du sol. Dire « tradition républicaine ! ». Ne pas rappeler son origine monarchique ni le fait qu’une Française qui épousait un étranger perdait sa nationalité jusqu'en 1927.

11/ Think tanks : toujours rappeler la proximité politique d’un think tank s’il est marqué à droite ; à éviter s’il l’est à gauche.

12/ Justice : 100.000 condamnations à la prison ne sont pas exécutées : dire que « l’argument relève de la  rengaine et du recyclage ».

Attention ! Tout ceci ne signifie nullement que « l’on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut » ! Adage paresseux. Le traitement des statistiques - et des textes - en sciences sociales répond à des règles bien précises : respect des données, homogénéité des sources, constance et productivité de l’interprétation. Et, plus que tout, une règle déontologique première : l’équité vis-à vis des uns et des autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/01/2016 - 01:13
Philippe Dessertine
Une des escroqueries les plus couramment pratiquées : juger de la situation économique d'un pays, en se basant uniquement sur son pourcentage de chômage. Même sur Atlantico, mr Goetzmann se complaît régulièrement dans cette infamie ! Tout en publiant de temps en temps des articles rectificatifs, où il admet qu'il faut au moins un indicateur des inégalités, comme au minimum, le taux de pauvreté. Entendu ce lundi soir sur ''C'est dans l'Air'', France 5, un invité permanent, Philippe Dessertine affirmer de façon péremptoire : en Europe, tous les pays vont mieux, sauf la France ! Se foutre aussi ouvertement de la gueule du public, c'est crapuleux !
vangog
- 18/01/2016 - 13:59
99 faux pour un vrai pour le Front National...
les propagandistes ont du se faire violence pour trouver ce "vrai"...ou bien a-t-il été pris au hasard dans l'ensemble des déclarations des dirigeants FN, afin de ne pas frôler le sectarisme?...
Pig
- 18/01/2016 - 13:52
moitié moitié
Si l'opposition arrivant au pouvoir, n'annule pas les augmentations d'impôts du gouvernement précédant, qu'elle a pourtant combattues, c'est qu'elle les reprend à son compte. Ainsi, si, comme on l'entend dire, Hollande avait augmenté les impôts autant que Sarkozy, il les a en réalité augmenté du double. Si donc "En deux ans la droite augmente les impôts de 13 milliards, la gauche de 27", c'est en réalité la gauche trois fois plus que la droite. (avis au prochain gouvernement de droite : on ne pourra considérer qu'il a diminué les impôts qu'à partir du moment où il aura déjà ramené la pression fiscale au niveau où la droite l'avait laissée...)
On est obligé de compter de cette manière, à peine de gratifier un gouvernement immobile : un prochain gouvernement qui n'augmenterait pas les impôts, oh mais il fait infiniment mieux que le précédent ! (j'ai lu sur ce site ce genre de raisonnement)