En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
light > Justice
Témoignages
Affaire Epstein : un appel à témoins international a été lancé afin de retrouver d'éventuelles victimes
il y a 6 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : arrestation de deux nouveaux suspects liés à l'ultra-droite
il y a 7 heures 30 min
pépites > Environnement
Tri des déchêts
La décharge géante chinoise de Xi'an atteint déjà ses limites avec 25 ans d'avance
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 14 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Culture

"Le Mur des cons, le vrai pouvoir des juges" de Philippe Bilger : les dérives de la justice dénoncées dans un essai revigorant

il y a 10 heures 36 min
pépite vidéo > Terrorisme
Coopération internationale
La Turquie poursuit sa politique d'expulsions de djihadistes
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Politique
Sondages

Cette volatilité croissante de l'électorat qui renforce le risque de crise sociale

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Education
Comme les chemises brunes…

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Media
France Télévisions

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

il y a 15 heures 47 min
décryptage > High-tech
Maîtres des données personnelles

Ce que Margrethe Vestager ne semble pas comprendre à la phase 2 de la conquête du monde par les GAFAM

il y a 16 heures 27 min
pépites > Justice
Derniers mystères
Chokri Wakrim, témoin-clé dans l'affaire Benalla, pourrait livrer des informations sur un deuxième coffre-fort et souhaiterait être entendu par la justice
il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Patience
Venise : les digues pour protéger la ville ne seront pas opérationnelles avant 2021
il y a 7 heures 56 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Éclatement des positions kurdes en Syrie : une aubaine pour l’État islamique ?
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La famille Ortiz" de jean-Philippe Daguerre : ce n’est pas un beau roman, mais c’est une belle histoire !

il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Mars regarde la Terre et quand les stylos écrivent l’heure : c’est l’actualité des montres aux premières neiges
il y a 12 heures 28 min
pépites > Social
Montoir-de-Bretagne
Les Gilets jaunes ont bloqué brièvement une usine chimique classée Seveso en Loire-Atlantique
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Sport
Euro 2020

France - Moldavie : Olivier Giroud se rapproche du record de buts de Michel Platini... ou pas

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Science
Espace

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Société
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Social
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

il y a 16 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Petit manuel de « vérification » à l’usage des apprentis « fact-checkers »

Publié le 18 janvier 2016
Comment le fact-checking est devenu le grand refuge de la rhétorique partisane.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment le fact-checking est devenu le grand refuge de la rhétorique partisane.

Le « fact-checking » est à la mode. De nombreux médias, écrits et audiovisuels, y consacrent désormais une chronique régulière. Souci des chiffres et des faits très bien venu dans un débat politique trop marqué par les approximations, voire par les francs mensonges… et dans une presse traditionnellement plus portée à l’opinion qu’à l’information et à la conviction qu’à l’investigation. Et qui a trop longtemps préféré « avoir tort avec Sartre que raison avec Aron »…

Mais voilà : chassez le naturel, il revient au galop ! Le fact-checking est trop souvent devenu l’un des grands instruments de la rhétorique partisane, d’autant plus redoutable que celle-ci peut désormais dérouler ses artifices à l’abri de l’objectivité des chiffres et des faits « bruts ».

Et, sans surprise au profit de la gauche : en raison de la rareté du fact-checking à droite (mais au fait pourquoi cette pudeur ?)

En tout cas, la règle non écrite aboutit à un score final moyen de 7 à 3 : c’est-à-dire 7 « faux » pour la droite contre 3 « vrais » ; proportion inverse pour la gauche. Pour le FN, l’on arrive à 99 « faux » contre 1 vrai (eh oui, l’on a pu trouver une exception !). Même s’il cite une statistique officielle ou reprend un fait avéré, le FN ne peut, par principe, avoir raison : « Résistance » oblige !

Mais, plus subtilement, au-delà du clivage partisan, le vrai critère est le respect du « politiquement correct » : on le constate au nombre croissant des « faux » infligés à l’actuel gouvernement depuis qu’il donne dans le soutien aux entreprises et le « sécuritaire ». A quoi s’ajoute une large ignorance des réalités étrangères, certes habituelle en France ;mais, ce qui l’est moins, de l’histoire de la France elle-même,avant mai 1968.

En revanche, les techniques majeures de la rhétorique inventées dans la Grèce antiques sont parfaitement maîtrisées, en particulier les vastes ressources (attribution injuste au demeurant) de la sophistique.

D'abord la falsification pure et simple : elle est assez rare mais plutôt gênante vu la nature de l’exercice. Systématique en revanche, la sélectivité des faits et des déclarations, pour évacuer données gênantes et sources contrariantes. De même, l’élasticité des critères qui se traduit par de nouvelles catégories logiques, telles que le« plutôt vrai » ou le « plutôt faux », voire l’admirable « faux, mais de peu » ! La technique la plus rodée reste la substitution : glisser du fond à la forme, de ce qui est dit à celui qui le dit(voire à un autre), et de la vérification pure et simple au commentaire tous azimuts.

En effet notre pays, plus littéraire que cartésien en politique, comme l’avait si bien vu Tocqueville, préfère toujours les mots aux chiffres. De là, ces coupages de cheveux en quatre ces « certes, mais », ces « on pourrait croire que mais regardons-y de plus près » et le sacro-saint « il faut contextualiser » : comprendre la différence de contexte donne « plutôt tort » à la droite, « plutôt raison » à la gauche). Voilà qui donne le tournis : on ne sait plus si, ou pourquoi,le propos à vérifier disait vrai ou faux…. D'autant que les bons vieux sophismes tiennent souvent lieu de raisonnements : la cause devient la conséquence, « celui qui a menti une fois mentira toujours », le détail remplace l'ensemble et le fait accidentel, la tendance de fond...

Ce qui nous conduit aux 12 conseils suivants (tous repris, hélas, d’exemples attestés) à suivre impérativement pour tout apprenti voulant devenir un fact-checker confirmé:

1/ Un homme de droite demande de porter le nombre de places en prison à 80.000 : lui faire dire « 80.000 places supplémentaires ».

2/ Un gouvernement de droite fait moins mal sur le plan économique que la moyenne européenne : ne pas comparer.

3/ Un gouvernement de gauche fait pire que la moyenne européenne : ne pas comparer (ou parler de « crise européenne »).

4/ Un homme de droite se trompe de 10% : dire « plutôt faux ».

5/ Un homme de gauche se trompe de 30% : dire « plutôt vrai ».

6/ En deux ans la droite augmente les impôts de 13 milliards, la gauche de 27 : « dire moitié, moitié ».

7/ Le chômage augmente de 25% plus vite sous la gauche que sous la droite : dire « hausse continue du chômage ».

8/ Déchéance de la nationalité : dire « c’est une idée qui vient de Jean-Marie le Pen ». Ne pas mentionner la Seconde République et la déchéance de la nationalité pour esclavagisme.

9/ Inégalités devant la mort : par définition, toujours « socio-économiques » : insister sur l’inégalité cadre/ouvrier. Taire l’inégalité fondamentale entre hommes et femmes. Surtout ne jamais dire qu'une ouvrière vit plus longtemps qu’un patron.

10/ Droit du sol. Dire « tradition républicaine ! ». Ne pas rappeler son origine monarchique ni le fait qu’une Française qui épousait un étranger perdait sa nationalité jusqu'en 1927.

11/ Think tanks : toujours rappeler la proximité politique d’un think tank s’il est marqué à droite ; à éviter s’il l’est à gauche.

12/ Justice : 100.000 condamnations à la prison ne sont pas exécutées : dire que « l’argument relève de la  rengaine et du recyclage ».

Attention ! Tout ceci ne signifie nullement que « l’on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut » ! Adage paresseux. Le traitement des statistiques - et des textes - en sciences sociales répond à des règles bien précises : respect des données, homogénéité des sources, constance et productivité de l’interprétation. Et, plus que tout, une règle déontologique première : l’équité vis-à vis des uns et des autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Univers : les physiciens commencent à comprendre les structures géantes qui connecteraient des galaxies distantes de milliards d’années lumière

05.

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

06.

Fac de Jussieu : une conférence sur le terrorisme interdite par des terroristes d'un nouveau genre !

07.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

04.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/01/2016 - 01:13
Philippe Dessertine
Une des escroqueries les plus couramment pratiquées : juger de la situation économique d'un pays, en se basant uniquement sur son pourcentage de chômage. Même sur Atlantico, mr Goetzmann se complaît régulièrement dans cette infamie ! Tout en publiant de temps en temps des articles rectificatifs, où il admet qu'il faut au moins un indicateur des inégalités, comme au minimum, le taux de pauvreté. Entendu ce lundi soir sur ''C'est dans l'Air'', France 5, un invité permanent, Philippe Dessertine affirmer de façon péremptoire : en Europe, tous les pays vont mieux, sauf la France ! Se foutre aussi ouvertement de la gueule du public, c'est crapuleux !
vangog
- 18/01/2016 - 13:59
99 faux pour un vrai pour le Front National...
les propagandistes ont du se faire violence pour trouver ce "vrai"...ou bien a-t-il été pris au hasard dans l'ensemble des déclarations des dirigeants FN, afin de ne pas frôler le sectarisme?...
Pig
- 18/01/2016 - 13:52
moitié moitié
Si l'opposition arrivant au pouvoir, n'annule pas les augmentations d'impôts du gouvernement précédant, qu'elle a pourtant combattues, c'est qu'elle les reprend à son compte. Ainsi, si, comme on l'entend dire, Hollande avait augmenté les impôts autant que Sarkozy, il les a en réalité augmenté du double. Si donc "En deux ans la droite augmente les impôts de 13 milliards, la gauche de 27", c'est en réalité la gauche trois fois plus que la droite. (avis au prochain gouvernement de droite : on ne pourra considérer qu'il a diminué les impôts qu'à partir du moment où il aura déjà ramené la pression fiscale au niveau où la droite l'avait laissée...)
On est obligé de compter de cette manière, à peine de gratifier un gouvernement immobile : un prochain gouvernement qui n'augmenterait pas les impôts, oh mais il fait infiniment mieux que le précédent ! (j'ai lu sur ce site ce genre de raisonnement)