En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Revue de blogs

Revenons sur terre : la floraison de la permaculture sur les blogs

Publié le 24 novembre 2015
La permaculture envahit les blogs. La permaculture envahit les blogs. Ces méthodes de culture respectueuses de l'environnement décollent en France, portées par le mouvement bio, de la végétalisation et une éthique du partage.
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La permaculture envahit les blogs. La permaculture envahit les blogs. Ces méthodes de culture respectueuses de l'environnement décollent en France, portées par le mouvement bio, de la végétalisation et une éthique du partage.

Photo Milkwood.net sur Flickr, licence CC. Cohabitation de légumes variés, un précepte de la permaculture.

Depuis deux ans, le mot permaculture surgit de plus en plus souvent sur les réseaux sociaux. Stages, ateliers, expériences, conférences, journée de partage de boutures, se multiplient.

Une très ancienne philosophie jardinière et maraichère renait : au début du 20ème siècle, différents théoriciens en Australie et aux Etats-Unis préchaient "des méthodes culturales qui permettent aux terres de conserver leur fertilité naturelle". Nous y sommes, à la française, après l'explosion de cette pratique jardinière en Grande Bretagne.  Le blog Korakor propose une bonne initiation à cette nouvelle tendance verte où  surgissent des expressions encore étranges comme "hôtel à insectes", "planche à légumes", "forêt comestible'", ou "cultiver avec des ronces".

 

"Cultivez de la nourriture, pas des pelouses", photo du blog Korakor.

A quoi ressemble donc un jardin en permaculture ? "Les formes sont souvent atypiques. On retrouve des arrondis, des spirales et des buttes surélevées. On cherche, avec l’architecture du jardin, a créer du mouvement et des zones de microclimats.On favorise la diversité et la densité. Il y a donc un riche mélange de variétés dans un espace réduit. On optimise ainsi l’espace et on met à profit les caractéristiques intrinsèques des plantes. On voit par exemple les haricots et les petits pois grimper sur les maïs et les topinambours qui leur donnent de l’azote en échange. On plante aussi le raisin et les kiwis aux pieds des fruitiers pour qu’ils s’en servent de tuteurs. Les fruitiers sont même d’ailleurs plantés au milieu du jardin pour augmenter la fertilité et favoriser la biodiversité. On fusionne donc le verger et le potager et on en fait une sorte de jardin forêt. On voit aussi une grande variétés de plantes non-comestibles au milieu du potager. Certaines fleurs attirent les insectes qui viendront ensuite polliniser nos légumes alors que d’autres éloigneront les prédateurs de nos choux."  En Normandie, la Ferme du Bec-Helouin produit des vidéos sur ces méthodes.

De nombreux projets de ces forêts au nom étrange, souvent financées par le crowdfunding, sont en cours de plantation ou de conception en France. Permaculture.fr résume le credo des forêts "nourricières", et de ses différents étages, que l'on appelle scientifiquement l'agroforesterie. "Sur le sol est d’abord plante un premier étage de fruits et légumes, voir de céréales. – On trouve au dessus les buissons, arbustes fruitiers qui peuvent donner des fruits, des baies. – La couche supérieure est constituée des arbres fruitiers, tels que les cerisiers, pommiers, pruniers etc (pour les climats tempérés). – Puis enfin la canopée, la couche d’arbres les plus hauts, dont le rôle peut être : remonter des nutriments pour ses congénères du sous-sol, fixer l’azote atmosphérique de l’air, produire des noix, du bois de chauffe, d’œuvre etc… – Les autres couches qui composent cette foret nourricière sont les racines, tubercules comme les carottes, topinambour...". On peut  trouver dans un "jardin de fraternité" en Belgique une illustration de l'agro-foresterie : plus de 2000 essences d'arbres sur un espace réduit, où des groseilles poussent sur des pommiers, dans un climat pourtant peu clément, et dans l'Hérault, un maraicher qui cultive ses légumes à l'ombre des arbres (voir la vidéo).

Un produit dérivé de cette percée de la permaculture est la conception et la création de micro-fermes, sur un hectare, qui permettent d'acquérir une parcelle, de la gérer avec peu de mains mais avec une production élevée, selon des témoignages. Consoglobe s'interroge sur l'avenir de ces toutes petites exploitations, qui, espère-t-il, pourraient constituer la relève d'une agricuture intensive et en difficultés en France : 

"Les premiers résultats de l’étude ont été encourageants. Au cours de l’année 2012-2013 marquée par des conditions climatiques défavorables, les 1000m2 cultivés ont permis de dégager un revenu de 32 000 euros pour une charge de travail de 1400 heures pour une personne."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 24/11/2015 - 15:39
On va sortir enfin de la politique intensive d'après guerre
Cette politique n'a plus lieu d'être. Une terre martyrisée avec pour conséquences une dégradation de la santé santé de ses hommes. Ces hommes, -car c'est, c'était, surtout un monde masculin-, ont été mis dans un état de dépendance étatique. Ils subissent aussi de plein fouet la mondialisation. Ils peuvent retrouver leur indépendance en rompant des liens par le biais d'une politique responsabilisante. Avec une terre respectée et une fierté revenue. La qualité permet de retrouver de meilleurs revenus en n'étant plus des pions dans l'appoint de politiques manipulatrices sans contexte de réel.
zouk
- 24/11/2015 - 12:11
Permaculture
Combien d'âneries peut-on lire sur ce sujet!