En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
« Politico Scanner »
Pouvoir d'achat, un thème central de la campagne pour les Français
Publié le 14 décembre 2011
Cette semaine, un sondage Ipsos nous livre l’opinion des Français sur le pouvoir d’achat, thématique sensible s’il en est. L’enquête offre une approche originale qui donne du sens à cette notion devenue classique dans le débat public.
Guillaume Peltier est porte-parole des Républicains et conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Il est maire de Neung-sur-Beuvron et chef de l’opposition en Région Centre-Val de Loire. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Peltier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Peltier est porte-parole des Républicains et conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Il est maire de Neung-sur-Beuvron et chef de l’opposition en Région Centre-Val de Loire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, un sondage Ipsos nous livre l’opinion des Français sur le pouvoir d’achat, thématique sensible s’il en est. L’enquête offre une approche originale qui donne du sens à cette notion devenue classique dans le débat public.

En année électorale, les thématiques prennent une résonance particulière. Cette semaine, un sondage Ipsos nous livre l’opinion des Français sur le pouvoir d’achat. L’institut note qu’à la définition (trop sophistiquée ?) des indices répond le ressenti (simpliste ?) des consommateurs. D’un côté, une notion statistique de « pouvoir d’achat du revenu disponible brut », de l’autre, des vécus partagés par une majorité de Français. Décryptage de ces vécus.

  1. De la définition du pouvoir d’achat

Pour une large majorité des Français (56%), le pouvoir d’achat est ce qui leur reste, chaque mois, après les dépenses incompressibles (loyer, assurances, gaz/électricité …). En somme, le pouvoir d’achat serait ce qui reste pour se faire plaisir, une fois les dépenses de fonctionnement du quotidien effectuées. Trois autres façons d’évaluer son pouvoir d’achat existent, bien plus minoritaires auprès des Français. 17% d’entre eux évaluent leur pouvoir d’achat en faisant la comparaison entre l'évolution de ses revenus et des prix des produits de consommation courante. 15% l’estiment en fonction de l’évolution de leur qualité de vie et 12% au regard de leurs revenus.

  1. Raison et sentiment de la dégradation du pouvoir d’achat

Contexte de crise oblige, une écrasante majorité de Français, 80%, ressent une dégradation de son pouvoir d’achat. 37% ont le sentiment qu’il s’est beaucoup dégradé, 43% un peu, 15% qu’il est resté stable et 5% qu’il a un peu (4%) ou beaucoup (1%) augmenté. Et dans le détail, quand on s’attache à trouver les raisons de cette perte de pouvoir d’achat, c’est l’augmentation du prix de l’essence qui est cité en premier lieu (76%) devant celle des prix des produits de supermarchés (75%), le prix de l’énergie (62%), l’augmentation des impôts et taxes (59%) puis des produits alimentaires des marchés (54%).

Une illustration de cette dégradation du pouvoir d’achat se trouve sur le graphique ci-dessous : un tiers des Français affirme faire ses courses… à l’euro près et un Français sur cinq à 5 euros près.

  1. Pouvoir d’achat et politique

Cette enquête montre un lien de corrélation entre le pouvoir d’achat et l’emploi. Cette idée se confirme lorsque l’on regarde à qui les Français font confiance  pour prendre les décisions pour stopper la baisse du pouvoir d’achat. Premier enseignement, aucun acteur ne recueille la confiance d’une majorité de Français. En tête, c’est l’employeur à 42%, le plus à même d’avoir une incidence positive sur le pouvoir d’achat des Français. Les grandes enseignes de la distribution (19%) et les industries de l’agro-alimentaire (13%) ne sont pas considérées comme des acteurs efficaces.  De même que les acteurs politiques, que ce soit l’opposition (26%), ou le Gouvernement (12%).

Comme pour le domaine de l’emploi, la fatalité sur le pouvoir d’achat semble être de mise. Comme si le contexte économique global et les crises successives annihilaient le pouvoir politique et rendaient inéluctables le sentiment de dégradation. Pourtant, ce sujet fera partie de la campagne présidentielle pour les Français, pas comme sujet principal, 18% seulement des Français le pensent, mais comme l’un des sujets principaux (66%) ou un sujet parmi d’autres (16%). En 2007, Nicolas Sarkozy avait placé le politique au cœur de la campagne, qu’en est-t-il cinq ans après ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
05.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cybians
- 19/12/2011 - 14:30
@Mani
Votre deux remarques ne sont pas sans fondement ; j'ajoute que la deuxième question est mal posée: on imagine le sous entendu (je compte à N euros près, parce que je n'ai pas assez d'argent), alors qu'on peut compter pour les courses simplement parce qu'on fait attention sans pour autant être indigent.
Mani
- 14/12/2011 - 12:10
En plus, ces enquêtes...
... passent totalement à côté du problème n°1 du pouvoir d'achat : le logement. Dans l'immense majorité des cas, c'est la part du loyer qui limite fortement le pouvoir d'achat. Quand on consacre 33% de ses revenus au loyer, c'est forcément plus difficile que quand c'est 25% La baisse des loyers, voilà l'objectif. Mais comme c'est difficile (impossible ?), on préfère l'occulter...
Mani
- 14/12/2011 - 12:07
Au passage :
beaucoup de français mentent. C'est impossible à prendre en compte évidemment, mais quand on entend le nombre de personnes qui se plaignent (se vantent ?) de trop travailler, au mieux ça fait sourire. Il est plus que jamais de bon ton de se plaindre et de se "misérabiliser" - mais curieusement, même au coeur de la crise, la consommation n'a pas chuté... bizarre, quand même, pour des pauvres.