En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 14 min 47 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 58 min 31 sec
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 15 heures 15 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 16 heures 14 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 21 heures 22 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 33 sec
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 40 min 37 sec
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 15 heures 26 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 20 heures 51 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 21 heures 55 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 22 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Débats-spectacles dans la bataille des régionales : et le parti qui remporte la palme de la rhétorique est…

Publié le 07 novembre 2015
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.

Les récents débats des régionales en "PACA" et en "NPCP" (au fait, il faudrait peut-être commencer par donner de vrais noms à ces belles régions !) organisés par itélé-Europe 1 et les grands quotidiens régionaux ont donné le la de la campagne qui s’ouvre : pour le meilleur (un peu) et pour le pire (surtout).

Non qu’il n’y ait de grosses différences entre ces deux territoires situés aux deux extrémités de l’hexagone. Pourtant les difficultés partagées (haut niveau de chômage), leur caractère frontalier (crise migratoire), les rivalités internes (Nice/Marseille, Picardie/Nord) les analogies entre les différents candidats (la tante et la nièce Le Pen, deux anciens ministres UMP, deux barons locaux du PS) créent suffisamment de points communs pour assurer des problématiques partagées. Et donc des stratégies rhétoriques similaires.

On a pu maintes fois le vérifier au cours de ces émissions, d’autant que le même duo d’animateurs a assuré une homogénéité dans le style du débat.

Visiblement préparée au niveau central, la stratégie des deux Le Pen a été d’une clarté limpide : traduction systématique des grands enjeux nationaux autour de la "préférence régionale" ; insistance sur la crise migratoire ; procès de "l’UMPS" coupable de toutes les connivences ; attaque particulière contre les deux "UMP" (pardon, Républicains !) sur leur bilan aussi bien national que local.

Les deux ténors de la droite, très menacés par la montée du FN et voulant dissiper l’argument de "l’UMPS", ont réservé la plupart de leurs flèches à leurs rivales frontistes : Xavier Bertrand s’est signalé par une violence particulière ("ça va bien !" "on en a assez !"), tandis que Christian Estrosi mettait en cause les insuffisances économiques de la "tata" (sic) pour disqualifier la nièce…

Le duel principal ainsi structuré, les "outsiders" socialistes se trouvaient placés en confortable position d’arbitres, physiquement installés d’ailleurs entre Républicains et FN. Pierre de Saintignon inconnu du grand public national jusque-là, fit preuve d’une modération et d’un style bonhomme plutôt reposants dans l’électricité ambiante. Christophe Castaner affirma son énergie et son pragmatisme (mais aussi son sectarisme…). Mais surtout le duel Républicains / FN leur a permis d’esquiver leur principal handicap : celui d’être les sortants d’exécutifs régionaux au bilan médiocre, voire catastrophique pour PACA. L’ignorance ou le désintérêt des intervieweurs pour les dossiers proprement régionaux, que la discrétion forcée des partenaires de la PQR n’a pu compenser, a fait le reste. De sorte que, pour beaucoup, les socialistes se sont plutôt bien sortis d’un exercice qui aurait dû les étriller.

Est-ce pour autant si sûr ? D’une part l’extrême confusion des deux débats, surtout celui de "NPCP" où tout le monde coupait la parole à tout le monde et où les journalistes n’attendaient même pas la réponse à leurs propres questions, a plutôt laissé une impression de tournis. D’autre part, cette position d’arbitres renvoyait cruellement à la troisième place (lointaine) des socialistes dans les sondages : un arbitre n’est-il pas par définition hors-jeu ? Enfin le fond du discours des candidats socialistes où l’autosatisfaction, les pieuses généralités ("humanité", jeunesse" "solidarité", "harmonie") le disputaient au sempiternel déni ("Calais n’est pas une jungle ; "la région PACA n’a pas baissé ses investissements dans les entreprises") reproduisaient en pire les insignes faiblesses rhétoriques du gouvernement national. Avec la même force de conviction…

Au bénéfice des candidats républicains ? Nullement : malgré des propositions fortes en matière économique ("proche emploi" de Xavier Bertrand, pépinière d’entreprises de Christian Estrosi) leur discours a été rendu inaudible par la multiplication des attaques ad hominem contre le FN et la propension à aborder dix sujets à la fois, du plus général au plus technique, de l’économie à la sécurité, de l’agriculture à l’innovation, des automobilistes à la formation professionnelle. Tactique de l’attrape-tout qui n’attrape plus rien, où l’on retrouve le déplorable effet du "système des fiches" pieusement préparées par les collaborateurs. Qui trop embrasse mal étreint. Pire : aussi bien Ch. Estrosi que X. Bertrand ont été d’emblée affaiblis par leurs autres "casquettes". Candidature aux primaires pour l’un, présidence de la métropole niçoise pour l’autre : de quoi perdre des tombereaux de voix marseillaises ! Point faible sur lequel a su appuyer M. Maréchal Le Pen… L’on objectera que sa "tata" est elle aussi candidate à "autre chose" qu’une présidence de région. Mais voilà l’injustice de la vie politique : sa dimension nationale est perçue comme un atout, alors qu’elle est reproché à Xavier Bertrand. Privilège de star…

Si vainqueur il y a, c’est donc le FN ; et cela pour quatre raisons conjuguées :

La première est acquise avant même l’entrée sur le plateau : n’ayant jamais exercé de responsabilité nationale ni régionale, le FN part avec un avantage comparatif considérable dans un pays qui va mal et où les "sortants" sont discrédités. Et il ne se fait jamais faute de rappeler sa virginité !

La seconde tient à son positionnement victimaire : cible convergente de tous ses adversaires (auxquels s’est rajoutée en PACA l’écologiste Sophie Camard), il suffit devant la "diabolisation" de hausser les épaules, de sourire, ou d’ironiser ("je mange les enfants !", M. Maréchal Le Pen). D’autant qu’il est toujours plus délicat d’attaquer une femme (comme le sait aussi Christiane Taubira).

La troisième tient à la dimension nationale du débat donnée par les médias et accentuées par les questions des journalistes : raccord parfait avec la stratégie rhétorique du FN qui, on l’a vu, relie toujours national et local.

La quatrième tient aux qualités d’oratrices de la tante et de la nièce (avec un net avantage encore à la première). Refus des détails techniques et de la bataille de chiffres (où elles sont, comme le public, mal à l’aise) ; simplicité (simplisme ?) du propos et des engagements ; sens de la formule ("les autres, jamais les nôtres") et concentration sur un fait concret et gênant pour l’adversaire (dossier de marché public, subvention douteuse, photos d’une exposition "limite"). Cerise sur le gâteau, elles se sont permis toutes deux de reprendre le candidat républicain sur des propositions d’allure pourtant "très FN": portiques de sécurité dans les trains, restriction du RSA…On trouve là une nouvelle ruse rhétorique, employée également dans le cas Morano : pas touche à nos thèmes !

Bon, leurs adversaires se rassureront en pensant que le "stock des Le Pen" est désormais épuisé et que les autres débats seront plus faciles... Certainement pas celui avec Florian Philippot, en tout cas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/11/2015 - 23:35
oui, il faut parler du Nord et de la Provence!
la novlangue gauchiste et son mauvais gout affublent tout de sigles à rallonges, moches comme des titres du gozplan socialiste d'avant-mur...la plupart du temps, ces sigles n'ont pas une durée de vie supérieure à 18 mois, tellement ils sont moches et soumis à des réformes de surface incessantes. Lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple, le Nord et la Provence reprendront leur nature culturelle, qu'ils n'auraient jamais du perdre...