En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 6 heures 38 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 8 heures 2 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 10 heures 12 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 heures 26 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 12 heures 58 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 14 heures 5 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 14 heures 58 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 48 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 44 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 12 heures 15 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 12 heures 28 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 14 heures 16 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 15 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Débats-spectacles dans la bataille des régionales : et le parti qui remporte la palme de la rhétorique est…

Publié le 07 novembre 2015
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.

Les récents débats des régionales en "PACA" et en "NPCP" (au fait, il faudrait peut-être commencer par donner de vrais noms à ces belles régions !) organisés par itélé-Europe 1 et les grands quotidiens régionaux ont donné le la de la campagne qui s’ouvre : pour le meilleur (un peu) et pour le pire (surtout).

Non qu’il n’y ait de grosses différences entre ces deux territoires situés aux deux extrémités de l’hexagone. Pourtant les difficultés partagées (haut niveau de chômage), leur caractère frontalier (crise migratoire), les rivalités internes (Nice/Marseille, Picardie/Nord) les analogies entre les différents candidats (la tante et la nièce Le Pen, deux anciens ministres UMP, deux barons locaux du PS) créent suffisamment de points communs pour assurer des problématiques partagées. Et donc des stratégies rhétoriques similaires.

On a pu maintes fois le vérifier au cours de ces émissions, d’autant que le même duo d’animateurs a assuré une homogénéité dans le style du débat.

Visiblement préparée au niveau central, la stratégie des deux Le Pen a été d’une clarté limpide : traduction systématique des grands enjeux nationaux autour de la "préférence régionale" ; insistance sur la crise migratoire ; procès de "l’UMPS" coupable de toutes les connivences ; attaque particulière contre les deux "UMP" (pardon, Républicains !) sur leur bilan aussi bien national que local.

Les deux ténors de la droite, très menacés par la montée du FN et voulant dissiper l’argument de "l’UMPS", ont réservé la plupart de leurs flèches à leurs rivales frontistes : Xavier Bertrand s’est signalé par une violence particulière ("ça va bien !" "on en a assez !"), tandis que Christian Estrosi mettait en cause les insuffisances économiques de la "tata" (sic) pour disqualifier la nièce…

Le duel principal ainsi structuré, les "outsiders" socialistes se trouvaient placés en confortable position d’arbitres, physiquement installés d’ailleurs entre Républicains et FN. Pierre de Saintignon inconnu du grand public national jusque-là, fit preuve d’une modération et d’un style bonhomme plutôt reposants dans l’électricité ambiante. Christophe Castaner affirma son énergie et son pragmatisme (mais aussi son sectarisme…). Mais surtout le duel Républicains / FN leur a permis d’esquiver leur principal handicap : celui d’être les sortants d’exécutifs régionaux au bilan médiocre, voire catastrophique pour PACA. L’ignorance ou le désintérêt des intervieweurs pour les dossiers proprement régionaux, que la discrétion forcée des partenaires de la PQR n’a pu compenser, a fait le reste. De sorte que, pour beaucoup, les socialistes se sont plutôt bien sortis d’un exercice qui aurait dû les étriller.

Est-ce pour autant si sûr ? D’une part l’extrême confusion des deux débats, surtout celui de "NPCP" où tout le monde coupait la parole à tout le monde et où les journalistes n’attendaient même pas la réponse à leurs propres questions, a plutôt laissé une impression de tournis. D’autre part, cette position d’arbitres renvoyait cruellement à la troisième place (lointaine) des socialistes dans les sondages : un arbitre n’est-il pas par définition hors-jeu ? Enfin le fond du discours des candidats socialistes où l’autosatisfaction, les pieuses généralités ("humanité", jeunesse" "solidarité", "harmonie") le disputaient au sempiternel déni ("Calais n’est pas une jungle ; "la région PACA n’a pas baissé ses investissements dans les entreprises") reproduisaient en pire les insignes faiblesses rhétoriques du gouvernement national. Avec la même force de conviction…

Au bénéfice des candidats républicains ? Nullement : malgré des propositions fortes en matière économique ("proche emploi" de Xavier Bertrand, pépinière d’entreprises de Christian Estrosi) leur discours a été rendu inaudible par la multiplication des attaques ad hominem contre le FN et la propension à aborder dix sujets à la fois, du plus général au plus technique, de l’économie à la sécurité, de l’agriculture à l’innovation, des automobilistes à la formation professionnelle. Tactique de l’attrape-tout qui n’attrape plus rien, où l’on retrouve le déplorable effet du "système des fiches" pieusement préparées par les collaborateurs. Qui trop embrasse mal étreint. Pire : aussi bien Ch. Estrosi que X. Bertrand ont été d’emblée affaiblis par leurs autres "casquettes". Candidature aux primaires pour l’un, présidence de la métropole niçoise pour l’autre : de quoi perdre des tombereaux de voix marseillaises ! Point faible sur lequel a su appuyer M. Maréchal Le Pen… L’on objectera que sa "tata" est elle aussi candidate à "autre chose" qu’une présidence de région. Mais voilà l’injustice de la vie politique : sa dimension nationale est perçue comme un atout, alors qu’elle est reproché à Xavier Bertrand. Privilège de star…

Si vainqueur il y a, c’est donc le FN ; et cela pour quatre raisons conjuguées :

La première est acquise avant même l’entrée sur le plateau : n’ayant jamais exercé de responsabilité nationale ni régionale, le FN part avec un avantage comparatif considérable dans un pays qui va mal et où les "sortants" sont discrédités. Et il ne se fait jamais faute de rappeler sa virginité !

La seconde tient à son positionnement victimaire : cible convergente de tous ses adversaires (auxquels s’est rajoutée en PACA l’écologiste Sophie Camard), il suffit devant la "diabolisation" de hausser les épaules, de sourire, ou d’ironiser ("je mange les enfants !", M. Maréchal Le Pen). D’autant qu’il est toujours plus délicat d’attaquer une femme (comme le sait aussi Christiane Taubira).

La troisième tient à la dimension nationale du débat donnée par les médias et accentuées par les questions des journalistes : raccord parfait avec la stratégie rhétorique du FN qui, on l’a vu, relie toujours national et local.

La quatrième tient aux qualités d’oratrices de la tante et de la nièce (avec un net avantage encore à la première). Refus des détails techniques et de la bataille de chiffres (où elles sont, comme le public, mal à l’aise) ; simplicité (simplisme ?) du propos et des engagements ; sens de la formule ("les autres, jamais les nôtres") et concentration sur un fait concret et gênant pour l’adversaire (dossier de marché public, subvention douteuse, photos d’une exposition "limite"). Cerise sur le gâteau, elles se sont permis toutes deux de reprendre le candidat républicain sur des propositions d’allure pourtant "très FN": portiques de sécurité dans les trains, restriction du RSA…On trouve là une nouvelle ruse rhétorique, employée également dans le cas Morano : pas touche à nos thèmes !

Bon, leurs adversaires se rassureront en pensant que le "stock des Le Pen" est désormais épuisé et que les autres débats seront plus faciles... Certainement pas celui avec Florian Philippot, en tout cas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/11/2015 - 23:35
oui, il faut parler du Nord et de la Provence!
la novlangue gauchiste et son mauvais gout affublent tout de sigles à rallonges, moches comme des titres du gozplan socialiste d'avant-mur...la plupart du temps, ces sigles n'ont pas une durée de vie supérieure à 18 mois, tellement ils sont moches et soumis à des réformes de surface incessantes. Lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple, le Nord et la Provence reprendront leur nature culturelle, qu'ils n'auraient jamais du perdre...