En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 15 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 16 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 19 heures 23 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 21 heures 9 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 13 heures 59 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 16 heures 2 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 20 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 21 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Débats-spectacles dans la bataille des régionales : et le parti qui remporte la palme de la rhétorique est…

Publié le 07 novembre 2015
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats télévisés des régionales en PACA et dans le Nord-Picardie ont mis en évidence les stratégies rhétoriques des grandes formations. Malgré la grande confusion de ces confrontations-spectacles, le FN ressort gagnant : surtout Marine Le Pen.

Les récents débats des régionales en "PACA" et en "NPCP" (au fait, il faudrait peut-être commencer par donner de vrais noms à ces belles régions !) organisés par itélé-Europe 1 et les grands quotidiens régionaux ont donné le la de la campagne qui s’ouvre : pour le meilleur (un peu) et pour le pire (surtout).

Non qu’il n’y ait de grosses différences entre ces deux territoires situés aux deux extrémités de l’hexagone. Pourtant les difficultés partagées (haut niveau de chômage), leur caractère frontalier (crise migratoire), les rivalités internes (Nice/Marseille, Picardie/Nord) les analogies entre les différents candidats (la tante et la nièce Le Pen, deux anciens ministres UMP, deux barons locaux du PS) créent suffisamment de points communs pour assurer des problématiques partagées. Et donc des stratégies rhétoriques similaires.

On a pu maintes fois le vérifier au cours de ces émissions, d’autant que le même duo d’animateurs a assuré une homogénéité dans le style du débat.

Visiblement préparée au niveau central, la stratégie des deux Le Pen a été d’une clarté limpide : traduction systématique des grands enjeux nationaux autour de la "préférence régionale" ; insistance sur la crise migratoire ; procès de "l’UMPS" coupable de toutes les connivences ; attaque particulière contre les deux "UMP" (pardon, Républicains !) sur leur bilan aussi bien national que local.

Les deux ténors de la droite, très menacés par la montée du FN et voulant dissiper l’argument de "l’UMPS", ont réservé la plupart de leurs flèches à leurs rivales frontistes : Xavier Bertrand s’est signalé par une violence particulière ("ça va bien !" "on en a assez !"), tandis que Christian Estrosi mettait en cause les insuffisances économiques de la "tata" (sic) pour disqualifier la nièce…

Le duel principal ainsi structuré, les "outsiders" socialistes se trouvaient placés en confortable position d’arbitres, physiquement installés d’ailleurs entre Républicains et FN. Pierre de Saintignon inconnu du grand public national jusque-là, fit preuve d’une modération et d’un style bonhomme plutôt reposants dans l’électricité ambiante. Christophe Castaner affirma son énergie et son pragmatisme (mais aussi son sectarisme…). Mais surtout le duel Républicains / FN leur a permis d’esquiver leur principal handicap : celui d’être les sortants d’exécutifs régionaux au bilan médiocre, voire catastrophique pour PACA. L’ignorance ou le désintérêt des intervieweurs pour les dossiers proprement régionaux, que la discrétion forcée des partenaires de la PQR n’a pu compenser, a fait le reste. De sorte que, pour beaucoup, les socialistes se sont plutôt bien sortis d’un exercice qui aurait dû les étriller.

Est-ce pour autant si sûr ? D’une part l’extrême confusion des deux débats, surtout celui de "NPCP" où tout le monde coupait la parole à tout le monde et où les journalistes n’attendaient même pas la réponse à leurs propres questions, a plutôt laissé une impression de tournis. D’autre part, cette position d’arbitres renvoyait cruellement à la troisième place (lointaine) des socialistes dans les sondages : un arbitre n’est-il pas par définition hors-jeu ? Enfin le fond du discours des candidats socialistes où l’autosatisfaction, les pieuses généralités ("humanité", jeunesse" "solidarité", "harmonie") le disputaient au sempiternel déni ("Calais n’est pas une jungle ; "la région PACA n’a pas baissé ses investissements dans les entreprises") reproduisaient en pire les insignes faiblesses rhétoriques du gouvernement national. Avec la même force de conviction…

Au bénéfice des candidats républicains ? Nullement : malgré des propositions fortes en matière économique ("proche emploi" de Xavier Bertrand, pépinière d’entreprises de Christian Estrosi) leur discours a été rendu inaudible par la multiplication des attaques ad hominem contre le FN et la propension à aborder dix sujets à la fois, du plus général au plus technique, de l’économie à la sécurité, de l’agriculture à l’innovation, des automobilistes à la formation professionnelle. Tactique de l’attrape-tout qui n’attrape plus rien, où l’on retrouve le déplorable effet du "système des fiches" pieusement préparées par les collaborateurs. Qui trop embrasse mal étreint. Pire : aussi bien Ch. Estrosi que X. Bertrand ont été d’emblée affaiblis par leurs autres "casquettes". Candidature aux primaires pour l’un, présidence de la métropole niçoise pour l’autre : de quoi perdre des tombereaux de voix marseillaises ! Point faible sur lequel a su appuyer M. Maréchal Le Pen… L’on objectera que sa "tata" est elle aussi candidate à "autre chose" qu’une présidence de région. Mais voilà l’injustice de la vie politique : sa dimension nationale est perçue comme un atout, alors qu’elle est reproché à Xavier Bertrand. Privilège de star…

Si vainqueur il y a, c’est donc le FN ; et cela pour quatre raisons conjuguées :

La première est acquise avant même l’entrée sur le plateau : n’ayant jamais exercé de responsabilité nationale ni régionale, le FN part avec un avantage comparatif considérable dans un pays qui va mal et où les "sortants" sont discrédités. Et il ne se fait jamais faute de rappeler sa virginité !

La seconde tient à son positionnement victimaire : cible convergente de tous ses adversaires (auxquels s’est rajoutée en PACA l’écologiste Sophie Camard), il suffit devant la "diabolisation" de hausser les épaules, de sourire, ou d’ironiser ("je mange les enfants !", M. Maréchal Le Pen). D’autant qu’il est toujours plus délicat d’attaquer une femme (comme le sait aussi Christiane Taubira).

La troisième tient à la dimension nationale du débat donnée par les médias et accentuées par les questions des journalistes : raccord parfait avec la stratégie rhétorique du FN qui, on l’a vu, relie toujours national et local.

La quatrième tient aux qualités d’oratrices de la tante et de la nièce (avec un net avantage encore à la première). Refus des détails techniques et de la bataille de chiffres (où elles sont, comme le public, mal à l’aise) ; simplicité (simplisme ?) du propos et des engagements ; sens de la formule ("les autres, jamais les nôtres") et concentration sur un fait concret et gênant pour l’adversaire (dossier de marché public, subvention douteuse, photos d’une exposition "limite"). Cerise sur le gâteau, elles se sont permis toutes deux de reprendre le candidat républicain sur des propositions d’allure pourtant "très FN": portiques de sécurité dans les trains, restriction du RSA…On trouve là une nouvelle ruse rhétorique, employée également dans le cas Morano : pas touche à nos thèmes !

Bon, leurs adversaires se rassureront en pensant que le "stock des Le Pen" est désormais épuisé et que les autres débats seront plus faciles... Certainement pas celui avec Florian Philippot, en tout cas !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/11/2015 - 23:35
oui, il faut parler du Nord et de la Provence!
la novlangue gauchiste et son mauvais gout affublent tout de sigles à rallonges, moches comme des titres du gozplan socialiste d'avant-mur...la plupart du temps, ces sigles n'ont pas une durée de vie supérieure à 18 mois, tellement ils sont moches et soumis à des réformes de surface incessantes. Lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple, le Nord et la Provence reprendront leur nature culturelle, qu'ils n'auraient jamais du perdre...