En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Cature d'écran / BFM.TV
Politico Scanner

Sincèrement de gauche mais également préoccupées par l’immigration, combien y a-t-il de Mamie Lucette en France ?

Publié le 04 novembre 2015
Le 29 octobre, François Hollande échangeait un café en compagnie de Lucette Brochet, dans le cadre d'une opération de communication démantelée par BFM-TV. L'impossibilité pour la retraité d'aborder, entre autres, le thème de l'immigration avec le Président traduit un véritable malaise d'une partie de l'électorat de gauche vis-à-vis des migrants.
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 29 octobre, François Hollande échangeait un café en compagnie de Lucette Brochet, dans le cadre d'une opération de communication démantelée par BFM-TV. L'impossibilité pour la retraité d'aborder, entre autres, le thème de l'immigration avec le Président traduit un véritable malaise d'une partie de l'électorat de gauche vis-à-vis des migrants.

Atlantico : A l'occasion de son passage en Lorraine ce jeudi 29 octobre, François Hollande a rencontré Lucette Brochet, retraitée de 69 ans qui n'a pas pu poser les questions qu'elle aurait souhaité comme l'a montré BFMTV. La vieille femme aurait souhaité poser des questions sur l'immigration, notamment. Concrètement, qu'est-ce que cela traduit de la relation entre l'électeur de gauche et l'immigration ? Combien sont-ils à estimer que c'est un problème ?

Yves-Marie Cann : Dans un sondage publié par Atlantico en début d’année, 66% des Français interrogés estimaient qu’il y a trop d’immigrés en France, une proportion comparable (64%) considérant que la plupart des immigrés viennent en France uniquement pour profiter de notre système de protection sociale. Le rapport des Français à l’immigration reste toutefois ambivalent puisque dans le même temps une majorité de répondants (58%) affirmait que la présence d'immigrés est une source d'enrichissement culturel pour la France. Auprès des seuls sympathisants socialistes, qui constituent le noyau dur des soutiens à François Hollande, l’immigration comme source d’enrichissement culturel est massivement reconnue (80%). Pour autant, ils ne font pas preuve de la même unanimité sur d’autres dimensions, près de quatre sur dix estimant qu’il y a trop d’immigrés en France (39%) ou que les immigrés viennent uniquement pour profiter de notre système de protection sociale (37%). Sur ce sujet, nous observons donc une droitisation d’une partie de l’électorat de gauche, rendant d’autant plus mal aisée toute prise de parole de ses principaux représentants sur le sujet, au premier rang desquels le Président de la République.

D'après un sondage Ifop publié en février 2015, 72% des sympathisants de gauche estiment qu'il faudrait passer à une immigration choisie. Dans le même ils sont 44% à estimer qu'on en fait plus pour les immigrés que pour eux. Faut-il y voir la marque d'une rupture au sein de l'électorat de gauche, sur une question qui faisait pourtant partie de son code génétique ? Quel peut être son impact ?

De tels résultats, de même que ceux que j’évoquais précédemment, illustrent le glissement qui s’est opéré sur les enjeux migratoires ces dernières années, principalement sous l’effet de la crise économique. Si le rejet de l’immigration est très élevé à droite et à l’extrême droite, c’est aussi un sujet source de tensions à gauche. Dans un contexte économique et social incertain, marqué par un chômage élevé, un pouvoir d’achat en berne et de nombreux efforts demandés à la population pour contribuer à la résorption des déficits publics, une fraction grandissante de la population s’estime lésée et craint le déclassement social. Attachée au principe d'égalité et au modèle social français, elle se singularise par une grande frustration quant à son fonctionnement. Gagnant trop bien leur vie pour bénéficier pleinement de l'Etat providence, de nombreux individus expriment le sentiment de perdre pied économiquement. De cette situation, naît un sentiment d'injustice : si la France n'est pas assez égalitaire, c'est à leur détriment. En résulte leur indignation à l'encontre de "l'assistanat". Ce qu'ils dénoncent, c'est ce dont ils ne bénéficient pas mais que l’on accorde aux autres, à l’"Autre" qui masque souvent la figure de l’immigré. En résulte la tentation du repli sur ce qui rassure et notamment la nationalité qui doit agir comme rempart, notamment en matière de protection sociale. D’où le risque pour la gauche d’une bascule de son électorat dit "naturel" dans le giron du Front national. Nous l’observons déjà chez les ouvriers et plus globalement les catégories populaires.

Selon un sondage publié par le Point en août 2015, l'immigration serait désormais le premier sujet de crainte des peuples européens et des Français, qui se disent préoccupés à 34% (contre 30% pour l'économie) par l'immigration. Faut-il y voir une tendance durable ?

Nous vivons un paradoxe : jamais sans doute les pouvoirs publics ne se sont autant préoccupés des enjeux migratoires et pourtant leur importance ne cesse de croître dans l’opinion publique, en France comme dans de nombreux autres pays européens. L’actualité migratoire, d’abord aux portes de l’Europe et plus récemment sur son territoire y est sans doute pour beaucoup dans les résultats observés dans le sondage auquel vous faites référence. Au-delà des effets d’agenda et de conjoncture, d’autres sujets peuvent contribuer à faire durer les craintes exprimées et les attentes adressées aux pouvoirs publics sur ce sujet. Je pense notamment aux enjeux d’identité et aux craintes que suscite l’islamisme radical au sein des sociétés européennes.

La tendance est à la droitisation au sein de l'électorat tandis que les autorités politiques et médiatiques condamnent sévèrement les écarts racistes de Nadine Morano, marquant une idéologie plus à gauche. Faut-il y voir une impossibilité à parler de ce que l'on veut vraiment ?

La droitisation de l’électorat se vérifie sur un sujet comme l’immigration mais on pourrait tout autant parler de "gauchisation" sur d’autres sujets, plus sociétaux, comme le mariage des couples de même sexe qui bénéficie aujourd’hui de l’assentiment d’une majorité de Français, contrairement à ce que l’on observait il y a une quinzaine d’année. Par ailleurs, la droitisation de la société française sur les enjeux migratoires ou identitaires ne signifie pas une réhabilitation du concept de race qui, rappelons-le, n’a aucune validité scientifique. En ce sens, Nicolas Sarkozy ne pouvait que condamner les propos tenus par Nadine Morano sauf à se retrouver accusé de faire sauter les digues entre "Les Républicains" et l’extrême droite. Ceci étant dit, cette prise de position ne l’empêche pas par ailleurs de prendre régulièrement la parole sur les enjeux migratoires en défendant des mesures jugées très dures par une partie de classe politique, y compris au centre droit. Il n’est donc pas impossible de parler de ce sujet, toutefois les passions qu’il suscite font qu’un dérapage est vite arrivé. Il en va aussi de la responsabilité des élus et de ceux qui aspirent à exercer des responsabilités de s’assurer que les termes du débat soient balisés et ne conduisent à stigmatiser telle ou telle catégorie de population en fonction de ses origines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 04/11/2015 - 23:46
Mais ces nombreuses Mamie vont voter FN ! D'où
le programme économique "ultra gauche" du FN ! : retraite à 60 ans, augmentation du Smig et des retraites, etc, etc
D'AMATO
- 04/11/2015 - 20:30
L'ecoute de François signifie:...
qu'il s'écoute parler....et je pense que desormais c'est le seul!
D'AMATO
- 04/11/2015 - 20:25
Combien y a-t-il de mamie Lucette en France????...
SIMPLE: des millions....et il faudra tenir compte des PAPI-LUC....