En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 39 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 20 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 7 heures 7 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 29 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 6 heures 5 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 6 heures 42 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 7 heures 55 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 8 heures 42 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 11 heures 40 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Minute Tech

Agriculture : les nombreuses vertus des objets connectés

Publié le 26 octobre 2015
Porteuse de véritables enjeux, l'e-agriculture (ou agriculture connectée) est d'ores et déjà une réalité. Si elle permet plus de précision, une plus grande efficacité ou une simplification du travail, elle nécessite encore une certaine prise en charge, dans la mesure où elle peut représenter un danger.
Roger Le Guen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roger Le Guen est enseignant-chercheur en Sciences Sociales, Titulaire de la Chaire Mutations Agricoles à l’ESA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Porteuse de véritables enjeux, l'e-agriculture (ou agriculture connectée) est d'ores et déjà une réalité. Si elle permet plus de précision, une plus grande efficacité ou une simplification du travail, elle nécessite encore une certaine prise en charge, dans la mesure où elle peut représenter un danger.

Atlantico : On savait le monde agricole très ouvert aux nouvelles technologies. On ne s'étonnera pas de l'arrivée des objets connectés dans les métiers de l'élevage et de la culture. Pouvez-vous nous donner quelques exemples d'objets connectés déjà utilisés au quotidien dans les nombreux secteurs de l'agriculture en France et à l'étranger ?

Roger Le Guen : Parmi les plus utilisés dans le monde agricole, nous pouvons citer des drones équipés de caméras, qui permettent d’analyser un potentiel agronomique, de suivre la croissance de plantes ou encore le parcours d’animaux. Des capteurs météo localisés dans des parcelles permettent également d’analyser très finement les variations climatiques et d’envisager un management cultural très pointu (<100 m). Ils apportent ainsi une aide à la décision dans la gestion des sols, la gestion de l’irrigation ou dans le choix des dates optimales de semis.  

Les objets connectés s’appliquent également à l’identification et à la conduite individuelles des animaux d’élevage, quel que soit leur nombre. Par exemple, à l’aide de puces embarquées dans une boucle ou un bracelet, qui vont permettre de collecter des données précises sur son activité (podomètre), sa position (géolocalisation gps) et son état de santé (comportement d’alimentation, relations avec les autres animaux, température du corps, détection des chaleurs, etc.). On peut également citer des capteurs embarqués sur tracteurs pour "tracer" des travaux, mesurer des rendements, établir un suivi historique d’intervention sur les parcelles, suivre l’effort d’un moteur ; mais aussi des robots de traite, des distributeurs automatiques d’aliments concentrés aux bovins (DAC), des détecteurs du vêlage pour les vaches, des colliers de rumination pour les bovins etc. 

Quels sont les produits connectés attendus ? Quels sont les développements en cours ?

Tous ces équipements permettent de capter des informations sur chaque activité, chaque atelier et pour l’ensemble de l’entreprise agricole. Les données sont ensuite retransmises à un centre capable de les traiter selon des algorithmes donnés, afin de : calculer des rapports entre des objectifs, des moyens et des performances de production ; puis encore de mesurer et d’expliquer des écarts synchroniques ou diachroniques de pratiques, de résultats. Ils permettent aussi bien sûr de recevoir en retour des diagnostics pour les agriculteurs et, en perspective, des possibilités accrues de pilotage à distance du vivant et de leur travail.

En "incrémentant" ensuite ces données sur des populations plus ou moins grandes, on obtient des "datas" qui permettent de comparer des ateliers / exploitations entre elles ou encore d’obtenir des référentiels de données par production, par technique, par territoire… Ces développements sont en train de déboucher sur des possibilités croissantes d’interconnections entre capteurs et outils, sur des services marchands nouveaux à l’adresse des agriculteurs ; aussi sur des échanges entre agriculteurs, des possibilités de traçabilité des produits pour les industries et les distributeurs alimentaires, et même pour les consommateurs ; sur des supports de conseil de type temps réel, ou encore capables d’intégrer des trajectoires de pratiques et de résultats.

De nombreuses start-up ont lancé ou sont en train de concevoir des objets connectés innovants. C’est pourquoi nous avons invité 15 sociétés à "pitcher" lors des 1ers rdv de l’agriculture connectée qui se sont déroulés le 15 octobre dernier à l’ESA (École Supérieure d’Agricultures) à Angers. Elles ont ainsi pu présenter un échantillon de ces innovations, appliquées aux différentes filières agricoles. Citons par exemple les drones d’Airinov, les capteurs d’aide à la décision en grandes cultures de Weenat, ou encore le capteur d’émotions Neurokiff mesurant l’activité cérébrale du consommateur à la dégustation et apportant des indicateurs liés à la puissance du plaisir. Au-delà de ces exemples français, de nombreux développements sont en cours en Europe et dans le monde, et la seconde édition de l’événement s’appliquera certainement à en proposer des exemples significatifs.

Plus généralement, quels sont les grands enjeux de l'e-agriculture ?

Les enjeux sont multiples : être beaucoup plus précis pour produire à partir du vivant en visant une meilleure efficacité à la fois énergétique et agro-écologique ; simplifier le travail, notamment sa dimension administrative ; faciliter des économies d’échelle ; piloter des plantes et des animaux à distance, donc réduire l’astreinte et/ou le risque ; communiquer à l’intérieur de filières et avec le public ; améliorer beaucoup plus rapidement des innovations produits et/ou procédés ; mieux communiquer entre pairs et/ou experts de l’agriculture aux plans techniques et opérationnels ; anticiper sur certains risques ou contraintes agricoles …

Quels sont les opportunités ou les risques liés à ces enjeux, en terme de formation, de pratique professionnelle, de coûts financiers et de place des agriculteurs dans notre société ?

Les opportunités étant contenues dans les enjeux ci-dessus, je soulignerai ici davantage les risques humains et sociaux de ces évolutions :

- l’abstraction croissante du travail qui rend les compétences existantes en partie obsolètes ou qui peut marginaliser les agriculteurs peu formés / familiers ;

- la peur du grand public à l’égard de la robotisation, du pilotage à distance du vivant (entraînant une dégradation de l’acceptabilité sociétale de l’agriculture déjà mise à mal depuis les années 1990, suite aux crises sanitaires) ;

- un risque de dépendance des agriculteurs à l’égard des fournisseurs informatiques et des entreprises de traitement de data, avec :

a) captation de la valeur ajoutée résultant de ces changements liés à la promotion de cultures professionnelles de plus en plus individualistes 

b) dimension géostratégique contrôlée par des GAFA alliées au gouvernement nord-américain ;

- une simplification du métier qui peut entraîner des baisses de revenu compensées par une pluri-activité généralisée et l’entrée d’acteurs opportunistes en agriculture (au sens de recherchant le profit à court terme par des productions hyper standardisées pour les industries).

Pour maîtriser toutes ces innovations technologiques dans l’agriculture, il faut soutenir la transformation des pratiques professionnelles des agriculteurs et des techniciens, donc de nouveaux investissements en formation, en particulier chez ceux qui sont les moins qualifiés, ce qui n’est pas simple. Au-delà de cet aspect, ce qui est aussi en jeu, c’est le devenir de la profession agricole en tant que collectif capable de peser sur l’orientation de son secteur et la place des agriculteurs dans notre société. C’est ce que nous nous appliquons à comprendre et à soutenir via la Chaire de sociologie rurale Mutations Agricoles, une expérience unique en France, qui a été notamment à l’origine des 1ers rdv de l’agriculture connectée et qui a rappelé que les approches sociologique et économique sont aussi indispensables à prendre en compte que les aspects technologiques auxquels on réduit trop souvent l’enjeu des mutations en cours par le numérique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 26/10/2015 - 14:57
Agriculture et objets connectés
Fort intéressant mais les agriculteurs sont-ils formés à l'exploitation des données ainsi recueillies?

zouk
- 26/10/2015 - 14:54
Agriculture et objets connectés
Fort intéress