En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 41 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 7 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 27 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Rhétorico-laser

Alain Juppé : une nouvelle “équation rhétorique” durable et crédible ?

Publié le 05 octobre 2015
Désormais chouchou des sondages, Alain Juppé doit son succès en partie à sa nouvelle équation rhétorique. Mais rien n’est gagné car elle reste à consolider et surtout à être en phase avec l’électorat de droite au moment des primaires.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Désormais chouchou des sondages, Alain Juppé doit son succès en partie à sa nouvelle équation rhétorique. Mais rien n’est gagné car elle reste à consolider et surtout à être en phase avec l’électorat de droite au moment des primaires.

L’équation politique d’Alain Juppé est bien connue, et d’abord du premier intéressé : il a d’ores et déjà gagné, et largement, au second tour de la présidentielle quel que soit l’adversaire ; maisil se trouve que nous sommes encore à plus d’un an du premier tour… des primaires ! Dans cette élection à quatre tours qu’est donc désormais le scrutin suprême, la route est longue et semée d’embûches, comme un concours hippique auquel on aurait soudainement rajouté des obstacles, et les plus redoutables en début de parcours : les 2 tours de la primaire…

Pour les négocier au mieux, Alain Juppé vient juste de lancer ce qui lui manquait : des réseaux de terrain et un effort programmatique. Mais il a d’abord réorganisé en profondeur sa "cavalerie rhétorique". Depuis son fameux Des Paroles et des actes de 2014, il a mis en avant tout un nouvel arsenal, dans le but de changer son image de politique austère, compétent mais technocrate, loin du peuple, et vite arrogant : pour faire fondre en somme ce "glaçon" cruellement dépeint par Bernadette Chirac.

Comme l’a très bien décrypté l’équipe de Nicolas Cantelou (très fin analyste de la rhétorique !), ce "nouveau Juppé" présente les traits suivants : humour jovial, calme imperturbable, sourire courtois, recours aux expressions populaires ("tête au melon", "chicayas", "tentons le coup"). A cet ancien austère, tout semble aujourd’hui "bonheur" ! A quoi s’ajoute, sur le fond, l’acceptation de la critique voire l’autocritique, reconnaissant çà et là une erreur de jugement ou de formulation et même un changement de position : autant d’éléments pertinents pour "fendre l’armure" et combattre un à un les principaux facteurs de discrédit du langage politique : langue de bois, déni du réel, surdité à l’autre, éloignement du peuple, manichéisme sectaire.

Dans le même temps, il simplifie son registre favori de premier de la classe, le logos, sur lequel il est fortement concurrencé par Bruno Le Maire et François Fillon. Dans ce domaine, il n’est d’ailleurs pas le meilleur des trois : il recourt à l’excès au raisonnement analytique  du type "pour résoudre ce problème il faut : point 1/ point 2/ point 3/point 4/" ; c’est la marque de fabrique d’un technocrate nourri par le système des "fiches" scolairement préparées par les collaborateurs. Mais lors de DPDA, il asu prendre au plus court, en sélectionnant sur chaque sujet UN enjeu essentiel, UN fait saillant, UNE proposition forte, évitant ainsi toute lassitude et favorisant la mémorisation du message.

Il a su aussi manier le pathos, comme dans l’excellent final de l’émission, où il manifesta son émotion devant le véritable plébiscite personnel que lui adressaient les téléspectateurs. D’autant plus efficace, comme toujours en rhétorique, qu’elle était sincère. Idem pour les témoignages d’admiration et de reconnaissance à l’égard de ses propres maîtres au début de son livre sur l’école.

D’ores et déjà sa devise - à défaut de son programme - semble trouvée : "réformer, rassembler, apaiser".

L’on comprend dès lors que dans un pays à la fois bloqué, divisé et au bord de la crise de nerfs, il y a de quoi être attractif, comme l’attestent des sondages de plus en plus favorables, y compris à droite, où le leadership de Nicolas Sarkozy s’effrite, même chez les sympathisants Républicains.

La messe est-elle dite pour autant ? Nullement : en dehors même des aléas personnels toujours possibles et de la pertinence du positionnement politique, il demeure des failles rhétoriques au sein de son discours. A l’inverse de François Fillon, Alain Juppé est bien meilleur débatteur qu’orateur : on a vu sa réactivité dans DPDA ; on l’a encore vu lors du congrès fondateur des républicains où, sifflé d’entrée, il "rebondit sur l’incident" comme disent les spécialistes ; il arrête la bronca en suscitant l’attente du public : "je vais vous faire une confidence…certains me sifflent ; cela me fait de la peine (pathos)" etc… Mais, après ce très bon début, le discours lui-même tourne court et, récité d’une voix souvent monocorde, dépourvu d’images et de formules, il lasse très vite, n’obtenant que de maigres applaudissements et une seule ovation : lorsqu’il rend hommage à… Nicolas Sarkozy ! Tout l’inverse de François Fillon, qui commence dans la difficulté mais triomphe à la fin. Le récent discours d’Alain Juppé à Nogent en soutien à Valérie Pécresse fut de l’avis général le moins bon de tous, dit avec une sorte de nonchalance monotone qui rappelle trop "l’ancien Juppé". Le doute parfois resurgit : ce nouveau sourire est-il vraiment radieux ? La voix ne reste-t-elle pas encore affectée ? Et la supériorité distante a-t-elle totalement disparu ?

Or, si Alain Juppé n’y prend garde, toute impression de retour de cet ancien Juppé lui serait fatale ; car elle le renverrait pour de bon à son âge, à ses échecs comme Premier ministre et surtout à son étroite association au chiraquisme, c’est-à-dire à l’inertie politique.

Et c’est peut-être là que le bât blesse : Alain Juppé a convaincu sur sa capacité de rassemblement et d’apaisement mais au détriment de sa capacité à réformer. Il reste très distancé par Nicolas Sarkozy sur les qualités "d’énergie" et de "détermination" et, s’il est plus crédible en matière économique, il l’est encore très peu sur la lutte contre l’immigration clandestine et la sécurité. Il n’est pas sûr en effet que le thème de "l’immigration heureuse" soit un gage de succès dans la droite actuelle. Ni que des réformes étalées sur 5 ans comme pour l’éducation paraissent crédibles… Tout dépendra donc des questions qui feront l’agenda présidentiel en 2017.

Est-il besoin d’être grand clerc pour penser que les questions de société voire d’identité, dans un contexte de droitisation forte de la droite et même du centre, y joueront un rôle décisif ? D’autant que, sur le plan économique, les grands ténors de la primaire seront largement sur la même ligne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 08/10/2015 - 20:56
Equations
Juppé ne se servira jamais d'équations, elles ne feraient que démontrer l'inanité de son raisonnement.
Vincennes
- 08/10/2015 - 16:21
C. VOOGD/Sciences PO.......alors méfiance
un de plus qui se place sur les rangs de ceux qui veulent nous vendre du JUPPE dont le livre, pourtant, ne semple pas intéresser grand monde.....9764 livres de vendus sur un tirage de 23.500 !! pas vraiment une réussite. Que ce Monsieur fasse, comme nous, et attende patiemment la PRIMAIRE sans mettre la "charrue avant les bœufs" et après la Primaire, il sera GRAND TEMPS de défendre ou d'enfoncer (faisons confiance aux merdialeux si Sarko gagne), celui qui gagnera
michelecambie
- 06/10/2015 - 15:18
Surtout pas JUPPE !!!!
IL a déjà montré depuis 30 ans son incapacité à réformer ....et le vrai JUPPE , se cache pour l'instant sous des sourires charmants ...
ne vous y fiez surtout pas ! DANGER ! Bernadette Chirac le connaît bien ....