En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Atlantico Green

Pourquoi la solution contre le dérèglement climatique pourrait bien naître de la bataille des milliardaires sur la batterie de demain

Publié le 19 avril 2015
Le patron et cofondateur de Tesla, Elon Musk, pourrait annoncer le 30 avril le lancement d'un système de stockage d’énergie domestique qui aurait la capacité d’alimenter tout un foyer.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron et cofondateur de Tesla, Elon Musk, pourrait annoncer le 30 avril le lancement d'un système de stockage d’énergie domestique qui aurait la capacité d’alimenter tout un foyer.

Atlantico : Elon Musk, le patron et cofondateur de Tesla, entreprise américaine qui conçoit des véhicules électriques haut de gamme, a annoncé une surprise pour le 30 avril. Il se dit qu’un système de stockage d’énergie domestique qui aurait la capacité d’alimenter tout un foyer devrait être présenté. Ce serait une révolution en matière d’énergies renouvelables, dont pour l’instant le principal défaut est l’impossibilité de les stocker en grande quantité. Pourquoi le développement de ce type de réservoir géant est-il une priorité ? 

Florent Detroy : L’idée sous-jacente de ce type de batterie, c’est que le développement des énergies renouvelables va être de plus en plus décentralisée, et qu’il faut également décentraliser le stockage des énergies renouvelables. Jusqu’à présent, le stockage d’électricité était très centralisé, car c’était les barrages hydroélectriques qui faisaient office de « batterie » avec notamment les STEP (Stations de transfert d'Energie par Pompage). La production et le stockage étaient donc entre les mains des grands énergéticiens. En permettant le stockage résidentiel, ces batteries faciliteront l’installation de nouvelles sources d’énergie renouvelable. Les foyers pourront par exemple stocker leur propre électricité, produite par les panneaux solaires installés sur leur toit par exemple. D’après les dernières déclarations d’Elon Musk, ce sera un moyen de développer l’autoconsommation d’électricité, voire de rendre des foyers autonomes énergétiquement. 

Est-ce que cela peut donner le coup de pouce qui manquait à la démocratisation des énergies renouvelables ?

En quelque sorte, puisque chaque foyer peut être producteur de sa propre énergie. Mais d’un point de vue démocratique, nous participons déjà pratiquement tous au développement des énergies renouvelables. En France, nous payons la CSPE par exemple, ce qui permet de subventionner les EnR. Que ce soit par l’aide publique ou plus directement par la taxation des consommateurs, tous les pays font participer d’une façon ou d’une autre le citoyen au développement des EnR. Ce qui est intéressant dans le cas américain, c’est que le développement de ces batteries résidentielles correspond à une volonté plus profonde aux Etats-Unis de rendre le citoyen plus autonome de l’Etat central ou des grands énergéticiens. On retrouve cette idée d’indépendance chez les nouveaux patrons de l’économie numérique aussi. 

En quoi est-il si compliqué de gérer le stockage et la distribution des énergies renouvelables ?

Aux niveaux auxquels sont les EnR dans le mix énergétique européen et américain, les problèmes n’existent pas encore. Les EnR ne représentent encore qu’une petite part de leur mix énergétique. A titre d’exemple, l’éolien ne représente encore que 4,4% de l’électricité produite aux US. Mais la montée en puissance de ces énergies va finir par perturber le réseau, car l’éolien et le solaire sont des énergies intermittentes. Leur arrivée sur le réseau ne correspond pas forcément au moment ou la demande est là. Ainsi on estime qu’en Europe, il serait difficile d’équilibrer un réseau avec 30% d’énergie intermittente. Le Danemark, dont l’électricité est à 40% d’origine renouvelable, connaît d’importantes difficultés pour équilibrer son réseau. Et le coût de son électricité est parmi les plus élevés d’Europe. Le développement du stockage permettrait de gérer en partie le problème de l’équilibre des réseaux, en faisant coïncider l’offre et la demande dans le temps. Reste la question du coût.

 

Une startup américaine, Enervault, mise sur la batterie à flux continu, qui permet de stocker de l’énergie à court terme, suffisamment pour faire face aux pics de consommation d’électricité de manière optimale. Quelles sont selon vous les technologies d’avenir pour la gestion et la distribution des énergies intermittentes ?

La technologie d’Enervault s’inscrit dans un effort plus global qui vise à mieux gérer l’introduction des EnR sur les réseaux. Dans notre modèle électrique actuel, le réseau est conçu pour être capable de faire face à un pic de consommation. Il se produit habituellement en fin d’après midi-début de soirée. Mais ces infrastructures sont largement surdimensionnées pour le reste de la journée. Ces batteries seraient conçues pour stocker et distribuer d’importantes quantités d’énergie sur de très courts moments, essentiellement lors des pics de consommation. Ces batteries feraient économiser aux gestionnaires de réseaux des millions de dollars d’investissements dans leur réseau en résolvant la question des pics. Mais ces batteries ne sont qu’une des solutions. Le smart grid, c’est à dire le réseau plus « intelligent » capable d’équilibrer l’offre et la demande en direct, est l’autre grande technologie d’avenir pour faciliter le développement des énergies vertes. 

Equiper les foyers en énergies renouvelables grâce à ces batteries, est-ce vraiment réalisable ? Leur mise en place ne risque-t-elle pas de prendre encore beaucoup de temps ?

C’est effectivement les batteries pour le transport qui sont pour l’instant l’objet de toutes les intentions. Le transport est responsable d’un quart des émissions de CO2, ce qui en fait la cible privilégiée des politiques contre le réchauffement climatique. Mais par percolation, le développement de ces produits favorisera le marché des batteries résidentielles. On peut supposer que Tesla utilisera la même technologie pour ses batteries de voiture que pour ses batteries résidentielles, la technologie lithium-ion. On peut s’attendre donc à une baisse rapide du coup du stockage résidentiel. Il faut se rappeler que le prix des batteries lithium-ion pour voitures électrique a surpris tout le monde par la rapidité de sa baisse. Selon une récente étude publiée dans Nature, le cout du KWh d’une batterie est passé de 1300$ à 410$ entre 2006 et 2014, soit une baisse de 14% par an. Tesla affiche même un coût inférieur. On peut s’attendre au même effet sur les batteries résidentielles ou stationnaires si la production se développe aussi vite. Le développement de la production devrait être aidé comme l’est le développement du marché des voitures électriques ou des EnR. Certains Etats américains imposent des objectifs de capacités de stockage, à l’image des objectifs d’énergie renouvelable dans le mix énergétique. C’est le cas de la Californie par exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Haddock36
- 23/04/2015 - 20:37
La solution
La solution pour stocker l'énergie existe déjà: c'est l'hydrogène et une start-up française a trouvé une solution pour stocker l'hydrogène propre sous forme solide, c'est McPhy Energy. Reste à savoir si la solution McPhy sera retenue mais les 10 prochaines années vont être riches en découvertes dans ce domaine.
Ex abrupto
- 21/04/2015 - 17:28
Il faut des découvertes
fondamentales qui font encore défaut. Musk utilise une technologie qui est désormais classique et qui trouve l'une de ses limites dans la disponibilité du lithium et dans le cout de recyclage de ces batteries.
D'autre part le fait de mettre du stockage près des sources d'EnR a du sens pour l'alimentation des centres urbains, qui sont, sur l'horizon prévisible le type d'habitat qui va se développer; pour les zones d'habitat dispersé il vaut mieux du stockage dispersé associé ou non à de la production dispersée...Les grosses installations de production ont en général des rendements energétiques et économiques meilleurs (sauf breakthrough technologique, qu'on n'a pas encore vu!....Et en attendant le nucléaire de fusion (mais soyez patients: il y a 50 ans c'était pour dans 50 ans. Aujourd'hui, c'est toujours pour dans 50 ans!! (C'est une nouvelle constante en physique disent les esprits chagrins...)
Atlantica
- 20/04/2015 - 15:54
Il suffit d'y croire
Puisqu'il est déréglé selon vous, pouvez vous me donner les paramètres du réglage optimal du climat svp ?
Tout cela sachant que le climat n'a cessé d'évoluer de glaciations en réchauffement depuis des millions d'années.