En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Atlantico Green

Année internationale des sols : pourquoi l’énorme gâchis planétaire en cours nous coûtera cher

Publié le 12 avril 2015
"2015, Année internationale des sols" : l'ONU pose le problème de la dégradation des sols dans le monde. Une dégradation qui va nous poser de vrais problèmes, et pas forcément ceux auxquels on pense.
Jean-Claude Marcus est Administrateur de l’Association Française pour l’Etude du Sol (AFES), organisateur du colloque de la Journée Mondiale des Sols (le 5 décembre tous les ans) et du Club Parlementaire pour la Protection et l’Etude des Sols (CPPES).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Marcus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Marcus est Administrateur de l’Association Française pour l’Etude du Sol (AFES), organisateur du colloque de la Journée Mondiale des Sols (le 5 décembre tous les ans) et du Club Parlementaire pour la Protection et l’Etude des Sols (CPPES).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"2015, Année internationale des sols" : l'ONU pose le problème de la dégradation des sols dans le monde. Une dégradation qui va nous poser de vrais problèmes, et pas forcément ceux auxquels on pense.

Atlantico :  L'ONU a décrété "2015, Année internationale des sols". Selon les derniers chiffres, 45% des sols européens seraient "épuisés", leur stock de matière organique fertile étant très bas.  Comment expliquer cette destruction et cet appauvrissement des sols en Europe, en France et dans le monde ?

Jean-Claude Marcus : Les sols sont au cœur des grands enjeux planétaires : la sécurité alimentaire, la qualité des masses d’eau souterraines et superficielles, la qualité de l'air, le changement climatique ou la biodiversité. Le sol est une ressource naturelle qu’il faut protéger et utiliser durablement. Sa formation est très lente et sa destruction peut être rapide et quasi irréversible. C’est en ce sens que l’on peut qualifier les sols de ressources non renouvelables. Or ils subissent partout une réduction très rapide en quantité disponible (surface, épaisseur, volume) et en qualité utile pour les grands cycles de la biosphère : air, eaux, biodiversité, climat, croissance et maintien de la couverture végétale. La liste des destructions totales ou des dégradations le plus souvent irréversibles que les sols subissent dans le monde est impressionnante, d'autant plus qu'une atteinte peut en entraîner ou en faciliter une autre: l’imperméabilisation sous l’effet de l’étalement urbain et de celui des infrastructures, l’érosion par la pluie, le vent ou les travaux aratoires, la baisse des teneurs en matière organique et des stocks de carbone des sols (facteur clef si l'on veut absorber le gaz carbonique émis), la contamination diffuse ou ponctuelle, le tassement par les engins agricoles ou forestiers, la baisse de la biodiversité et du patrimoine génétique des organismes du sol, les inondations et les glissements de terrain, la salinisation, l’acidification, sous l’effet de phénomènes naturels ou d’origine humaine.

Quelle est la part de responsabilité de l'urbanisation et la construction de masse dans cette problématique ? 

A l’échelle du territoire français, l'imperméabilisation et l'érosion des sols sont les facteurs les plus préoccupants. A l’échelle mondiale, s’y ajoute en particulier la contamination, très forte dans les grands pays émergents, dont la Chine et l’Inde. Quelques chiffres pour l'ordre de grandeur : chaque seconde, en France métropolitaine, 27 m2 de sol disparaissent par imperméabilisation. Chaque seconde dans le monde, ce sont 6350 m2 de terres agricoles qui disparaissent chaque année dans le monde, 24 milliards de tonnes de sol sont emportées par l’érosion, soit environ 3,4 tonnes par être humain et par an. 100 millions d’hectares sont affectés par la salinisation dans le monde, soit environ 5 fois la superficie cultivée de la France. En plus du changement climatique et de l’augmentation des surfaces touchées par l’aridité, la désertification est accentuée par des dégradations des sols d’origine naturelle ou humaine : érosion, surpâturage, salinisation.

Quelles sont les conséquences d'un tel constat à court terme et à long terme ?

La première conséquence, qui transforme le court terme insouciant en long terme menaçant, celle qui devrait enfin ressortir de la conférence  climatique COP 21 c’est la contribution de la destruction et de la dégradation des sols à l’emballement climatique sous l’effet de deux facteurs : la perte du puits à carbone des sols et l’usage des sols qui les rendent émetteurs de gaz à effet de serre au lieu d’être capteurs de gaz carbonique et de le séquestrer durablement. De quoi s’agit-il ?

Une augmentation relative de 4 pour mille par an des stocks de matière organique des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Inversement, une diminution relative de 4 pour mille doublerait nos émissions. Il est donc primordial de protéger ces stocks. Cependant nous faisons l’inverse : globalement nous diminuons la capacité du puits à carbone des sols et nous augmentons nos usages des sols émetteurs de gaz à effet de serre alors qu’il ne serait pas si difficile d’en venir à inverser ces tendances.

La deuxième conséquence est la perte de biodiversité des sols : une cuillère à soupe de sol (en bon état) contient plus de micro-organismes qu’il y a d’humains sur la planète. Il a fallu plus de 4 milliards d’années pour parvenir à une biodiversité favorisant la résilience. Les dernières recherches prouvent que plus il y a d’espèces dans un sol et d’individus par espèce dans un même volume de ce sol plus celui-ci a des fonctions écologiques, plus il est fertile et plus il devient résilient (il revient à son état initial après une perturbation). Par exemple nous tablons de plus en plus sur la réserve de biodiversité des microorganismes des sols pour y puiser des ressources qui traiteront les infections issues de souches devenues résistantes à nos antibiotiques.

La troisième conséquence est la perte d’autonomie alimentaire qui s’accroit pour toutes les populations du monde : les plus riches détruisent plus de sols et vont en acquérir chez les plus pauvres, c’est ce qu’on appelle l’accaparement des terres qui est de fait un néocolonialisme exercé par la minorité la plus gaspilleuse des ressources sur la majorité des êtres humains, vivant en économie de subsistance, le plus souvent par l’agriculture familiale. Pourtant il n’y a que 22% des terres émergées qui sont considérées comme cultivables, dont 60% sont atteintes par des dégradations. Entre 250 millions et 1 milliard de personnes sont menacées par la progression de la désertification. La montée du niveau des mers accroitra encore les migrations que l’on qualifie de climatiques par leur cause mais qui seront de famine ou de survie par leur motivation.

Existe-t-il des solutions pour enrailler le problème ? 

Oui et elles sont nombreuses, la plupart du temps peu coûteuses et pouvant se renforcer l’une l’autre selon les sols et selon les climats : favoriser la couverture végétale permanente des sols, diminuer les tassements, apporter ou rapporter plus de matières organiques (pensons à tous nos déchets végétaux qui seront incinérés au lieu d’être compostés ou méthanisés), manger moins de viande dans les pays où l’on en mange déjà beaucoup trop, planter des arbres, des haies, varier les cultures dans le temps, combiner les cultures dans la parcelle (agriculture complantée dont agroforesterie), veiller à réduire ou à supprimer les intrants produisant par leur fabrication et par leur épandage des gaz à effet de serre et des micro particules (30% du fond de pollution de l’air parisien provient de l’agriculture industrielle d’Ile-de-France), supprimer au plus vite les biocides qui affectent la biodiversité des sols et les substances qui, s’accumulant, rendent la résilience impossible ou trop lente pour être tentée, apporter des bonifications dans les sols tropicaux (le plus souvent les déchets gaspillés dans les agglomérations pourraient suffire s’ils étaient compostés), éduquer en priorité les femmes par qui passent la culture, la nourriture et le souci de l’avenir des enfants dans tous les pays du monde, favoriser partout les circuits courts et l’alimentation locale et saisonnière, etc.

 

Les instances internationales ont-elles réellement pris conscience du problème ? Qu'attendez-vous concrètement de cette "Année internationale des sols" ? 

 

Depuis plusieurs années l’ONU lance ses alertes et accroit ses dispositifs, avec notamment la FAO, qui a créé le partenariat mondial sur les sols, mais aussi avec le PNUD (programme des nations unies pour le développement), l’UNESCO, le HCR, l’OMS puisque le slogan de 2015, Année internationale des sols est : « un sol sain pour une vie saine ».

En Europe la commission européenne, son centre de recherches, ont lancé des études qui alertent sur la situation et préconisent un large éventail d’améliorations réalisables. Par exemple en publiant en plusieurs langues l’Atlas Européen de la biodiversité des sols.

En France plusieurs instituts suivent l’état des sols mais il manque deux dispositions législatives urgentes. D’abord faire entrer les sols, leurs fonctions écologiques et les services qu’elles peuvent nous fournir, dans l’analyse environnementale qui devrait présider à tout changement d’affectation d’un sol. C’est ainsi que la région Nord-Pas-de-Calais a commencé de tenir compte des usages des sols pour son schéma climat-air-énergie selon que ces usages sont émetteurs ou bien capteurs de carbone. Ensuite imposer pour tout projet de changement d’affectation d’un sol la cartographie des sols à l’échelle du projet et de ses variantes. C’est ainsi que la Basse Normandie a diminué des 2/3 la consommation destructrice des sols en préservant mieux les plus « intéressants » et en réduisant le plus possible la consommation des autres.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 13/04/2015 - 21:07
Sol, air et mer
Tout se dégrade. Et il n'y a qu'une seule raison, une population déjà trop nombreuse et encore en croissance. La seule recherche scientifique utile pour l'écologie est de trouver un moyen de diviser la population mondiale par deux, ou trois histoire d'avoir une petite marge de manoeuvre. Le reste c'est de la littérature de mauvaise qualité.
vangog
- 12/04/2015 - 13:21
Laxisme social, savamment entretenue par les gauchistes...
Le transport international est artificiellement favorisé par les écarts entre enfers fiscaux occidentaux et pays à bas coût de main d'œuvre. Introduisons des règles strictes d'échange de ces produits qui polluent nos esprits et nos mers! La culture intensive des sols répond au besoin naturel des petits agriculteurs d'améliorer leurs rendements, pour lutter contre la concurrence déloyale des pays à bas coût de main d'œuvre et les diktats de la grande distribution lobbyiste de gauche. Supprimons ces entraves fiscales et sociales, protégeons les petits commerces de quartier contre la grande distribution et çela rééquilibrera le problème naturellement. Les solutions doivent être trouvées en amont et non en aval des problèmes, par contraintes et interdictions, comme le font les UMPSecolofrondegauchistes...
vangog
- 12/04/2015 - 13:10
Les ecologistes de salon doivent cesser d'agiter des peurs
et cesser de proposer des solutions qui provoquent, le plus souvent, plus d'effets pervers qu'elles ne prétendent en combattre. Les vieux slogans qui ponctuent cet article, neo-colonialisme, riches contre pauvres...attestent de l'idéologie passéiste de son auteur, et le catalogue de solutions à la Prevert est typique du gauchisme archaïque: des interdictions et des contraintes visant toutes à juguler le progrès (vieil ennemi de classe).
Non! Il est inutile d'imposer à des populations de nouvelles contraintes, qui seront contournées par lespluscyniques, et coûteront chers aux plus naifs qui auront encore cède aux sirènes de l'écologiste de salon. Il est possible de préserver la planète, sans autoritairement stopper le progrès, mouvement naturel du monde. Pour cela, il faut suivre une voie différente des interdits gauchistes du type " il faut manger moins de viande, ou imposer aux paysans un certain type d'agriculture". Mais il ne faut pas avoir peur de retourner à la vraie source des problèmes. Les forces vives des pays d'émigration ne les quittent pas à cause de la pauvreté, mais parcequ'ils ont l'illusion, que leur pauvreté sera plus supportable dans les pays de laxisme social...