En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

L’Europe face au dilemme biélorusse

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 5 heures 6 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 6 heures 6 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 6 heures 41 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 8 heures 32 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 20 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 5 heures 53 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 6 heures 25 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 8 heures 16 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 8 heures 53 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 9 heures 35 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 11 heures 22 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 23 heures 56 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 45 min
© Allociné
© Allociné
L'atlanti-question

Y a-t-il des enfants méchants ?

Publié le 29 janvier 2015
A l’heure où le « profil » des jeunes Français embrigadés par le terrorisme semble de plus en plus difficile à cerner, la question de l’éducation, du rapport parents-enfants se pose plus que jamais. Et avec elle, celle de la façon dont le caractère, la psychologie de l’enfant se construisent. Dépendent-ils entièrement de l’attention de ses « tuteurs » ? Sont-ils inscrits en lui dès sa naissance ? Nous avons posé la question à la psychothérapeute Hélène Molière…
Hélène Molière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Molière est psychanalyste et psychothérapeute à Paris 9e. Elle travaille en qualité de psychologue clinicienne, diplômée de l'université de Paris 7, au CMPP de Chelles (77). Elle vient de publier "Harcelés, harceleurs. Une histoire de...
Voir la bio
Barbara Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l’heure où le « profil » des jeunes Français embrigadés par le terrorisme semble de plus en plus difficile à cerner, la question de l’éducation, du rapport parents-enfants se pose plus que jamais. Et avec elle, celle de la façon dont le caractère, la psychologie de l’enfant se construisent. Dépendent-ils entièrement de l’attention de ses « tuteurs » ? Sont-ils inscrits en lui dès sa naissance ? Nous avons posé la question à la psychothérapeute Hélène Molière…

Barbara Lambert : A priori, un enfant est une sorte de « page vierge », « impressionnable »… il n’est que ce que ses parents en font. Est-ce le cas ?
 

Hélène Molière : L’enfant est impressionnable certes et son premier environnement laisse en lui des traces ineffaçables. Cet environnement ne le programme pas pour autant,  sinon les frères et sœurs auraient tous la même personnalité, ce qui est loin d’être le cas.

BL : A l’école, dans leurs jeux, les enfants peuvent se révéler parfois extrêmement cruels. C’est un stade par lequel ils doivent passer ? Est-il possible qu’ils restent coincés à ce stade ?

HM : Quand un enfant de 2 ou 3 ans enfonce ses doigts dans le corps mou d’un escargot qui se recroqueville dans sa coquille, il ne le fait pas par cruauté, mais par curiosité, pour voir. Il explore, il  expérimente. Ce qu’il fait peut être cruel, mais lui n’est pas cruel. A cet âge-là, il ne distingue pas le bien du mal, c’est pourquoi la notion de gentil et de méchant n’est pas encore de mise. Progressivement, son entourage va lui dire ce qui est permis et ce qui ne l’est pas en mettant des mots sur ce qu’il vit et sur ce qu’il ressent. Vers 6 , 7 ans il sera en principe capable de distinguer le permis et l’interdit, d’être dans l’empathie, de percevoir la souffrance de l’autre, de s’intégrer au groupe et de différer pour obtenir satisfaction. 

BL : On constate souvent de vraies différences, parfois des contrastes saisissants, entre les membres d’une même fratrie qui, a priori, ont été élevés de la même façon, dans les mêmes conditions. Comment expliquer cela ?

HM : Cela étonne toujours, mais à y regarder de plus près, tout les différencie : leur prénom d’abord, leur date de naissance, leur place dans la fratrie : chacun arrive à un moment différent dans la vie de ses parents. D’autre part, les parents ne sont pas des machines, ils se comportent différemment avec chacun des enfants qui ne sont pas programmables comme des ordinateurs. Chaque enfant d’une même fratrie établit par conséquent une relation particulière avec ses parents. Au-delà des a priori, on peut donc dire qu’aucun des frères et sœurs n’est élevé de la même façon, voire même qu’aucun des frères et sœurs n’a les mêmes parents.

BL : Qu’est-ce qui fait qu’un enfant devient gentil ou méchant : l’amour, et rien d’autre ?

HM : L’amour est nécessaire, mais pas suffisant. L’enfant a besoin d’être protégé, cadré, écouté, regardé. Il y a une forme d’amour parental qui peut être nocif et étouffant : celui qui consiste à tout passer à son enfant ou bien à le prendre pour sa chose, pour une extension de soi, pour sa mascotte, son précieux, son doudou. Est-ce encore de l’amour ? Le but de l’éducation, c’est d’amener l’enfant à grandir de façon à ce qu’il puisse trouver sa place dans la société.

BL : Pourquoi un enfant est-il méchant ? Pour attirer l’attention ? Quelle est la logique de la « méchanceté » ?

HM : Les psychanalystes ne parlent pas de méchanceté mais d’agressivité. L’agressivité est nécessaire à la construction de soi. Avant trois ans, la violence est en-deçà du bien et du mal. Vouloir l’éradiquer à cet âge aboutirait à priver l’enfant des futures armes de sa vie sociale, cela mènerait à le dresser, mais non à l’éduquer. En parlant avec ses proches, en jouant avec eux, en manifestant son plaisir et son déplaisir, l’enfant entre progressivement dans le langage et va alors pouvoir vivre en société. Les parents ou ceux qui s’occupent de l’enfant sont ses premiers modèles, ils doivent poser ces interdits à temps avec tact.  

BL : A partir de quand se forme le « caractère » d’un enfant ? On dit que tout commence bien avant la naissance…

HM : Tout commence bien avant la naissance sans doute, mais rien n’est jamais définitivement déterminé pour autant. L’environnement affectif et culturel jouent un rôle certain, mais le développement d’un individu n’est pas réductible à ces paramètres, et son avenir n’est pas prédictible. Quels que soient les milieux, il y a la même proportion de névrosés, de névropathes ou de personne épanouies ! 

BL : Y a-t-il un seuil au-delà duquel on ne peut plus rien faire pour réformer le caractère d’un enfant difficile ?

HM : Plus on avance en âge, plus la personnalité se structure, et moins il y a de souplesse. Cependant, rien n’est jamais joué définitivement chez l’être humain. Il y une part de libre arbitre et l’homme est toujours sujet de son destin. Les rencontres et les circonstances peuvent amener des changements spectaculaires. C’est ce que l’on constate tous les jours dans notre travail de psychanalyste.

BL : Le mode d’éducation actuel, qui place l’enfant au cœur de tout, qui en fait une sorte de « roi », accentue-t-il le risque de faire un enfant despote, ingérable ?

HM : Tous les enfants d’aujourd’hui ne sont pas des enfants rois, heureusement. L’enfant est désormais considéré comme une personne à part entière, ce qui est bien. On a tendance en revanche à oublier qu’il n’est pas une grande personne mais une petite personne et il faut des grandes personnes pour montrer la voie aux petites, faute de quoi les petites restent sans repères. Elles risquent alors de s’autocensurer à outrance et de devenir complètement névrosées, ou à l’inverse, de s’installer dans la toute-puissance et de se faire despotes.

BL : Les enfants d’aujourd’hui sont-ils plus « durs », et potentiellement plus « méchants » - par quoi j’entends indifférents au sort des autres -, que ceux d’hier ?

HM : Les enfants d’aujourd’hui ne sont ni plus durs, ni plus méchants qu’avant, simplement la violence est plus médiatisée, pour le meilleur et pour le pire et elle prend des formes différentes. Le cyberharcèlement par exemple fait partie des nouveaux visages que peut prendre la violence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 29/01/2015 - 09:55
Bien sûr, ils le sont tous !
Il n'y a que des enfants méchants, vicieux, menteurs, cruels, rancuniers, voleurs... des humains en somme. Passez une journée dans une école, vous le constaterez !
Anguerrand
- 28/01/2015 - 08:01
Le théorie de Mme Moliere
Amene directement à l'enfant roi, celui qui emm....tous le monde en reunion. Je pense avoir au contraire canalisé la "méchanceté " de mes 2 fils et ils ont chacun une personnalité forte, contrairement à ce qu'affirme l'article ci dessus, c'est aussi la présence de couple hétéro qui forge un enfant , et se retrouve prêt à vivre la vie réelle. L'homme et la femme, ont chacun un rôle différent . C'est aussi pour cela que je ne crois pas que les couples homos soient le meilleurs pour l'enfant. L'enfant sera sûrement aimé mais quid de sa préparation à la vie quotidienne et des sarcasmes entre enfants, déjà entendu " le fils des pédés" ou ce genre de gentillesses que les enfants adorent se faire entre eux.
Leucate
- 27/01/2015 - 12:56
Lord of the flies - Sa Majesté des mouches
Je crois que la photo illustrant l'article de Mmes Molière et Lambert est tirée du film de 1963 tiré du roman de William Golding de 1956.
Un avion transportant exclusivement des garçons anglais issus de la haute société s'écrase durant le vol sur une île déserte. Le pilote et les adultes accompagnateurs périssent. Livrés à eux-mêmes dans une nature sauvage et paradisiaque, les nombreux enfants survivants tentent de s'organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale, sauvage et violente bâtie autour d'un chef charismatique et d'une religion rudimentaire. Offrandes sacrificielles, chasse à l'homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d'un retour à un état proche de l'animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur existence.