En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 19 min 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 56 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 19 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 21 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 3 heures 2 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 7 heures 15 sec
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 50 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 23 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

Petit rappel historique de ce que deviennent les popularités gonflées par des chocs d’actualité (et ceux qui ont su capitaliser dessus)

Publié le 21 janvier 2015
La gestion des attentats de Charlie Hebdo par le président a valu à sa cote de popularité un gain historique de 21 points, selon le baromètre Ifop du mois de janvier. Pour autant, la capitalisation durable d'opinions favorables à partir d'évènements contextuels a le plus souvent été un exercice délicat au cours de la Vème République.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gestion des attentats de Charlie Hebdo par le président a valu à sa cote de popularité un gain historique de 21 points, selon le baromètre Ifop du mois de janvier. Pour autant, la capitalisation durable d'opinions favorables à partir d'évènements contextuels a le plus souvent été un exercice délicat au cours de la Vème République.

Elections législatives de 1968

Jean Garrigues : Il faut évoquer la véritable résurrection gaullienne de juin 1968 où l’on a observé un sursaut de défense républicaine, avec une manifestation importante sur les champs Elysées. Alors que rien ne laissait songer que cette séquence difficile, après les évènements de mai 68 pourrait lui profiter, la dissolution de l’Assemblée nationale, puis les élections qui ont suivi ont été un véritable raz de marée en faveur des candidats gaullistes, et un moment de grâce pour le restaurateur de l’ordre après la "chienlit" qu'a vécu le pays.

Pour autant, ce moment n’a pas duré. Le fossé intergénérationnel à la source des troubles de mai 68 a refait surface et le Général de Gaulle a été battu –de peu il est vrai- au référendum qui a suivi. Le moment de grâce gaulliste aura donc été éphémère, De Gaulle n’aura pas su capitaliser sur l'image acquise au gré des évènements.

Victoire de la France - Coupe du monde de football 1998

Cliquez sur les graphiques pour les agrandir / Données Ifop

Jérôme Fourquet : L'effet de la victoire de l'équipe de France se ressent sur 3 mois avant de retrouver un niveau légèrement supérieur. Il faut dire que la situation est là très différente puisque le gouvernement est en cohabitation avec Lionel Jospin. Si certaines décisions impopulaires étaient prises, le Premier ministre en première ligne était là pour les encaisser. Jacques Chirac n'était donc pas usé par l’exercice du pouvoir comme les autres présidents. Le regain de moral lié à un évènement sportif de cet ampleur a une marque également plus durable, ce qui a bien entendu des conséquences sur la santé économique du pays.

Engagement militaire en Irak - Janvier 1991

Jérôme Fourquet : Pour cette séquence de première guerre du Golfe, la montée de Mitterrand ne se fera que de manière progressive, c'est à dire durant deux mois. On peut l'expliquer par la temporalité de ce phénomène puisqu’il ne s’agit pas d’un évènement soudain, mais de l’entrée d’une coalition en guerre, où les opérations de de campagne s’étalent dans le temps. La progression est néanmoins très importante, avec 19 points gagnés en deux mois. Points que F. Mitterand mettra 3 mois à reperdre pour revenir à un niveau équivalent à l'avant-guerre.

Non-engagement en Irak - février 2003

Jérôme Fourquet : Deuxième guerre du golfe, mais avec Jacques Chirac cette-fois. Une fulgurante ascension dans les sondages dans un contexte où le président est beaucoup plus populaire que Mitterrand par exemple. Une érosion qui ramène finalement la popularité du président au statu quo ante plus rapidement encore que pour Mitterrand en 1991.

Crise économique de 2008

Jérôme Fourquet : La séquence s'étale ici sur 4 mois. Le rebond n’est que de 6 points, mais correspond à la période très critique consécutive à la faillite de la banque Lehman Brother et le déclenchement de la crise boursière et financière. La réaction de Nicolas Sarkozy symbolisée par le discours de Toulon où il affirme que l’Etat de portera garant en toute circonstance et qu’aucun épargnant français ne perdra un euro, ainsi que son dynamisme à l’international pour coordonner la risposte à cette tempête avec les autres dirigeants lui vaut un satisfecit dans l’opinion qui est le bienvenu, sa posture n'étant pas à la réjouissance avant ces évènements.

Atlantico : Que nous peuvent nous dire ces différents exemples sur la capitalisation d'une ascension dans les cotes de popularité pour un Président ? Et que peut-on présager de celle de François Hollande ?

Jérôme Fourquet : Il n’y a pas de cas de figure unique, mais on peut voir que les effets durent généralement entre deux et quatre mois. Le rebond de François Hollande est à la hauteur des évènements que nous avons connus, et a malgré tout vocation à s’éroder avec le temps. La question pour ses exécutifs est de savoir comment profiter au mieux de cette séquence pour rendre possible un certain nombre d’actions politiques, un certain nombre de lancement de chantiers par exemple.

Jean Garrigues : Il y a toujours une dimension éphémère dans ces évènements imprévisibles, mais la chute peut être évidemment plus ou moins forte. Il me semble pourtant que s’il continue sur cette lancée, François Hollande peut espérer capitaliser durablement sur cette ascension dans les sondages, car il a brisé le cercle vicieux de l’impopularité. La dynamique est redevenue positive, et les dénigrements à son égard ne pourront plus être du même ordre. En tout cas, ces critiques n'auront probablement plus la même tonalité, ni évidemment la même portée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

07.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 21/01/2015 - 19:01
je veux dire ...FH a-t-il bien géré...
Pardon d'avoir laissé passer !
mymi
- 21/01/2015 - 18:58
remettons ce bond dans les sondages à sa juste valeur
En effet, pour mémoire voici la question qui fut posé : pensez-vous que FH a bon en géré la crise issue des attentats ? Pour des raisons évidente de compassion, et aussi parce que les français ont voulu montrer qu'ils restaient debout face à l'horreur de l'islamisme et du terrorisme, ils furent nombreux à la marche. Et l'ode faite par tous les medias à FH (quel président ! Quel chef de guerre ! Vraiment il est magnifique... MDR), et dans ces instants qu'a-t-il fait vraiment : être là, dire que c'était terrible et intolérable (eût-il pu dire autre chose ?)... Je suis choquée de voir la gauche instrumentaliser ces jours d'horreur et la mort de 17 innocents, et se réjouir de ce bond dans les sondages grâce à ça, quel cynisme!! J'ai honte pour eux.
zouk
- 21/01/2015 - 14:18
Popularité durable?
Cette apparence de popularité due à l'émotion de out un peuple durara ce que durent les roses, fussent-elles socialistes: l'espace d'un matin.