En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 59 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 2 heures 58 sec
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 4 heures 32 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 8 heures 4 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 8 heures 46 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 9 heures 21 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 1 jour 2 heures
© Capture d'écran
© Capture d'écran
Promesse 48

Bienvenue dans le monde "merveilleux" de la proportionnelle intégrale : ce à quoi aurait ressemblé l’Assemblée nationale depuis 1988 avec ce mode de scrutin

Publié le 05 novembre 2014
François Hollande pourrait selon certaines rumeurs envisager un passage à la représentation proportionnelle intégrale pour l'élection de l'Assemblée nationale. Dans le contexte du renforcement d'une extrême droite déjà durablement installée dans le paysage politique français, les simulations électorales éclairent sur les conséquences possibles d'un tel changement de mode de scrutin.
Laurent de Boissieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Boissieu est journaliste politique au quotidien La Croix et fondateur des sites France-politique.fr et Europe-politique.eu.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande pourrait selon certaines rumeurs envisager un passage à la représentation proportionnelle intégrale pour l'élection de l'Assemblée nationale. Dans le contexte du renforcement d'une extrême droite déjà durablement installée dans le paysage politique français, les simulations électorales éclairent sur les conséquences possibles d'un tel changement de mode de scrutin.

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

2012 : la majorité  introuvable

Avec un FN plus fort qu’en 2007 mais une droite moins forte qu’en 2002, même une hypothétique coalition entre la droite de gouvernement et le FN ne permettrait pas de réunir la majorité absolue des sièges. Affaibli par rapport à 2007, le MoDem ne permettrait pas non plus à la gauche de gouvernement ou à la droite de gouvernement de former une coalition gouvernementale majoritaire. Encore une fois, par défaut la seule solution semblerait résider dans une « grande coalition » entre la droite et la gauche de gouvernement.

 

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

2007 : le centre au centre du jeu

Si ni la droite ni la gauche n’atteignent la majorité absolue des députés (289), une coalition entre la droite et le centre atteindrait relativement confortablement 312 sièges. Cette hypothèse serait d’autant plus facile à mettre en œuvre que le centre, constitué par la MoDem, vient justement de la droite où sont restés une partie des anciens bayrouistes (Hervé Morin, François Sauvadet, Jean-Christophe Lagarde). Fort de ses 19% au premier tour de le présidentielle et des 49 députés de son nouveau parti, le MoDem, François Bayrou serait l’homme fort de la nouvelle coalition, celui sans qui aucune majorité n’est possible.

 

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

2002 : la tentation du FN à droite

Aucune majorité ne se dégage spontanément. L’hypothèse d’une coalition gouvernementale entre la droite de gouvernement et le FN, qui atteindrait tout juste la majorité absolue des sièges, se heurterait certainement au refus d’une partie de la droite, à l’image de ce qui se passa au conseil régional de Rhône-Alpes en 1998. Resterait alors la solution d’une « grande coalition » à l’allemande, associant la gauche de gouvernement et la droite de gouvernement. Cette révolution culturelle en France serait sans doute l’unique moyen d’éviter une crise institutionnelle.

Laurent de Boissieu, fondateur des sites France-politique.fr et Europe-politique.eu

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

 

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

 

 

Cliquez sur l'image pour agrandir - Tous droits réservés France-politique.fr

 

Méthodologie : proportionnelle intégrale (méthode d'Hondt) à l'échelon national (et non départemental comme aux élections législatives de 1986); sauf rares exceptions (MRG et majorité présidentielle en 1988 et 1993), les regroupements ne correspondant pas à une alliance électorale effective (extrême gauche, divers gauche, divers droite) n'ont pas été pris en compte. Un seuil de 1% des suffrages exprimés a été appliqué.

Avertissement : les simulations électorales sont toujours hasardeuses, notamment parce que les comportements électoraux et la configuration politique dépendent du mode de scrutin; ces projections donnent cependant des ordres de grandeur suffisamment pertinents.

 

 

Les perdants : le PS et l’UMP

Les avantages et inconvénients des différents modes de scrutin sont connus. La représentation proportionnelle est la plus électoralement juste, car les sièges sont grosso modo répartis proportionnellement au nombre de voix obtenues. Le mode de scrutin majoritaire, lui, déforme la volonté mathématique du corps électoral mais permet, sauf exceptions, de dégager une majorité nette et donc d’assurer la stabilité gouvernementale. Depuis 1988, la gauche (en 1988, 1997 et 2012) ou la droite (en 1993, 2002 et 2007) ont ainsi à chaque fois remporté une majorité absolue des députés à l'Assemblée nationale.

Or, si on effectue une répartition proportionnelle des sièges à partir des résultats du premier tour des élections législatives depuis 1988, il n’y aurait eu qu’une seule fois sur six où la gauche ou la droite de gouvernement auraient atteint la majorité absolue des sièges (en l’espèce la gauche en 1988). Toutes les autres fois, des négociations, inédites sous la Ve République, auraient été nécessaires afin de dégager une majorité gouvernementale. Une situation courante dans des régimes parlementaires classiques. Mais un retour en France au « régime des partis » auquel Charles de Gaulle avait voulu mettre fin avec les institutions de la Ve République.

Dès lors, tout serait envisageable. D’autant plus que le vote comme l’offre politique dépendent du mode de scrutin : nul ne sait quelle serait l’étendue, dans la perspective d’un scrutin proportionnel à un tour, des deux principales coalitions, celle de droite et celle de gauche. Si le Front de gauche et Europe Écologie Les Verts se sont éloignés du PS, si l’UDI semble aujourd’hui prendre son autonomie vis-à-vis de l’UMP, cela n’a pas toujours été le cas, en particulier lors des législatives passées. Il s’agit là d’une limite de l’exercice de transposition des modes de scrutin. Tout au moins en ce qui concerne les rapports de force internes à la gauche de gouvernement et à la droite de gouvernement, car l’effet d’un changement de mode de scrutin est plus facile à appréhender pour les forces politiques qui proposent une troisième voie indépendante du PS et de l’UMP.

Les gagnants : le FN et le MoDem

L’actuel scrutin uninominal majoritaire à deux tours est un scrutin d’alliance au second tour. Les forces politiques qui ne veulent pas ou qui ne peuvent pas entre les deux tours s’allier avec le pôle de gauche, dominé par le PS, ou le pôle de droite, dominé par l’UMP, se trouvent laminées. C’est en particulier le cas du centre, à équidistance de la droite et de la gauche, et de l’extrême droite, isolée par le « cordon sanitaire » formé par les partis de gouvernement.

Le premier bénéficiaire d’un passage à la représentation proportionnelle intégrale serait en effet le Front national. Depuis les élections législatives de 1988, l’extrême droite est épisodiquement représentée au Parlement, et de façon marginale : une députée en 1988 (Yann Piat, qui quittera le FN dès octobre 1988) puis en 1989 à l’occasion d’une législative partielle (Marie-France Stirbois) ; un élu en 1997 (Jean-Marie Le Chevallier, dont l’élection sera finalement invalidée) ; trois élus en 2012 (Marion Maréchal - Le Pen, Gilbert Collard et Jacques Bompard). Avec la représentation proportionnelle, en revanche, le FN aurait continuellement bénéficié d’un groupe parlementaire avec 58 députés en 1988, 82 en 1993, 101 en 1997, 71 en 2002 (auxquels se seraient ajouts six dissidents mégrétistes), 27 en 2007 et 87 en 2012.

Le second bénéficiaire de ce changement de mode de scrutin serait le Mouvement démocrate. Si ce dernier s’est rapproché depuis novembre 2013 de l’UDI, au centre droit, le MoDem est historiquement issu de le la fraction de l’UDF que François Bayrou a détaché de la droite entre 2005 et 2007, votant en 2006 une motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement de Dominique de Villepin puis refusant en 2007 d'appeler à voter pour Nicolas Sarkozy entre les deux tours de l’élection présidentielle. Avec la représentation proportionnelle, son nouveau parti, le Mouvement démocrate, aurait gagné 49 députés aux législatives de 2007, contre cinq au scrutin majoritaire : François Bayrou, Jean Lassalle, Jean-Christophe Lagarde (qui quittera aussitôt l’UDF-MoDem), Thierry Benoit (qui quittera l’UDF-MoDem dès décembre 2007) et Abdoulatifou Aly. En 2012, à la proportionnelle, le MoDem, en perte de vitesse, aurait malgré tout encore conservé 11 députés, contre deux au scrutin majoritaire : Jean Lassalle et Thierry Robert.

2017 : une « grande coalition » face au FN ?

Le passage à la représentation proportionnelle intégrale pour les élections législatives de 2017, ou pour d’éventuelles législatives anticipées en cas de dissolution de l’Assemblée nationale, pourrait aboutir à une situation inédite en France.

Si l’on se base sur les résultats des élections européennes de mai 2014 et sur les sondages d’intentions de vote pour la présidentielle de 2017, l’offre politique pourrait principalement se résumer à cinq pôles : la gauche de gouvernement autour du PS (dont une partie d’Europe Écologie Les Verts), la droite de gouvernement autour de l’UMP sarkozyste (dont une partie de l’UDI), le Front national, le Front de gauche (élargi à une partie d’Europe Écologie Les Verts) et le centre (MoDem et une partie de l’UDI).

Dans l’état actuel des choses, aucun de ces cinq pôles n’obtiendrait à lui tout seul la majorité absolue des sièges de l’Assemblée nationale. Face à un FN pesant autour de 30% des députés, l’unique coalition gouvernementale possible consisterait à associer la gauche de gouvernement (éventuellement délestée de son aile « frondeuse » antilibérale), le centre et la droite de gouvernement (éventuellement amputée de son aile la plus droitière). Ce serait la concrétisation de l’« UMPS »  dénoncée par Marine Le Pen. Ce serait aussi la réalisation du rêve de François Bayrou d’une majorité centrale, réalisant les réformes libérales découlant des engagements européens de la France mais qu'au pouvoir ni l'UMP ni le PS n'assument jusqu'au bout.

Propos recueillis et mis en forme par Franck Michel / sur Twitter
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/11/2014 - 09:46
Leucate 05/11/2014 - 14:08 J'insiste aussi c'est que maintenant
tu auras la création d'un part parti islamique et qui aura fatalement des élus avec toutes les complications que cela va créer pour l'ensemble de la France et même dans tes actions diplomatiques et militaires.
Benvoyons
- 06/11/2014 - 09:40
Leucate - 05/11/2014 - 14:08 Ton problème c'est que tu compares
deux périodes avec des générations différentes. Les mentalités sont très différentes et en 1986 pour les gens de l’époque, la IV République, ils en savaient les problèmes, plus maintenant. Déjà comme le Fonctionnaire peut être un élu et que cela pose un réel problème à la démocratie Française ( c'est pour cela que les vraies pays démocratiques interdisent cela) Si tu rajoutes une proportionnelle intégrale avec une majorité de Fonctionnaire comme maintenant (55 à 60% des élus) et bien tu augmenteras toutes les tractations avec leur seul mode de pensée. C'est à dire qu'au lieu que les tractations soient dans un parti ce qui est tout de même plus simple pour des compromis d'action, nous aurons tout le temps "je te tiens par la barbichette " permanent avec fatalement des gouvernements qui tomberont plus souvent et donc l'action pour la France totalement inaudible sur la place mondiale et totalement anéantie sur le plan économique. Nous aurons encore plus de palabre et encore moins d'action.
Ganesha
- 06/11/2014 - 00:59
Post Scriptum
Si vous ne présentez pas votre diplôme d'une prestigieuse école d’Économie, pas la peine de venir ici glapir : ''Moi je vous dis que c'est financièrement impossible !''