En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 6 min 33 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 32 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 46 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 46 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 54 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 52 min 20 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 30 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 58 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 16 heures 1 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 15 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 13 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 38 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 10 min
Atlantico chic

La maison Corthay installe sa nouvelle manufacture à côté de Cholet : serait-il donc encore possible d’entreprendre en France ?

Publié le 31 octobre 2014
Dans le climat économique actuel, l’installation de la manufacture de la maison de souliers masculins de luxe Corthay à côté de Cholet dans le Maine et Loire constitue-t-elle une exception ou un exemple ? Décryptage par Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne pour Atlantico Chic et Parisian Gentleman.
Hugo Jacomet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le climat économique actuel, l’installation de la manufacture de la maison de souliers masculins de luxe Corthay à côté de Cholet dans le Maine et Loire constitue-t-elle une exception ou un exemple ? Décryptage par Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne pour Atlantico Chic et Parisian Gentleman.

Le Vendredi 16 Octobre, pour les besoins de Parisian Gentleman et d’Atlantico Chic, je me suis rendu à Beaupréau, une petite ville située entre Cholet et Angers en pays dit "des Mauges" afin de visiter la nouvelle manufacture de la maison Corthay et, accessoirement, d’assister à l’inauguration de la nouvelle unité de production de cette entreprise que je considère, à titre personnel, comme l’une des plus belles maisons de souliers masculins au monde et comme l’un des futurs fleurons du "luxe" à la française.

Dire que je ne suis pas un grand amateur de ce genre d’inauguration est un doux euphémisme tant les discours politiques convenus à la gloire du savoir-faire français et les panégyriques superfétatoires vantant les talents régionaux ne me font généralement ni chaud ni froid et ont même tendance à m’énerver au plus haut point…

Pourtant cette fois-ci, je dois avouer avoir été à la fois ému et étonné par cette inauguration qui, même si elle n’a pas échappée aux habituels discours institutionnels (trop) longs et (très) convenus, m’a ouvert les yeux sur le fait qu’entreprendre dans notre beau pays était non seulement encore possible, mais en outre qu’il existait dans notre pays une véritable mobilisation générale en faveur de l’emploi et de la sauvegarde des métiers à forte valeur ajoutée technique surtout dans des régions ayant souffert, dans leur chair, de la délocalisation de leur savoir-faire historiques vers des contrées lointaines.

Emu je le fus, lorsque Thierry, coupeur chez Corthay (la personne, importante dans une petite manufacture comme celle-ci, dont le métier consiste à choisir, à sélectionner et à couper les pièces de cuir pour fabriquer les souliers) m’a expliqué que l’installation de la manufacture Corthay dans sa région relevait, pour lui, du véritable miracle, lui qui avait du, depuis des années, renoncer à son métier d’origine (de professionnel de la chaussure) et se résoudre à se "reconvertir" à plus de 50 ans dans un métier de commercial dans la grande distribution afin de subvenir aux besoins de sa famille.

Emu, je le fus, encore lorsque Xavier de Royère, le patron de Corthay, m’expliqua que lorsqu’il avait décidé d’installer sa nouvelle manufacture en pays des Mauges (autrefois l’un des berceaux de l’industrie de la chaussure française), il avait reçu plusieurs centaines de candidatures spontanées, dont certaines pour le moins étonnantes comme celle d’un professeur d’Histoire-Géographie souhaitant se tourner vers un métier artisanal ou encore celle de Lauriane, une "bikeuse" chevronnée dont la passion était de démonter et de remonter des moteurs de grosses motos le week-end : un savoir-faire improbable, mais ô combien précieux dans une activité utilisant des machines mécaniques (des machines dites "Good-Year" pour les connaisseurs) d’une complexité et d’une fragilité extrêmes.

Surpris, je le fus aussi lorsque Stéphane Servantie, chargé de mission de l’entreprise Michelin, l’un des gros employeurs de la région de Cholet, m’expliqua que son entreprise avait également participé à l’installation de Corthay dans son bassin d’emploi avec un prêt conséquent consenti à un taux très préférentiel avec un différé de remboursement d’une année. Une manière intelligente et (très) utile, pour une grande entreprise comme Michelin, de participer activement à la vitalité d’une région en favorisant l’installation d’entreprises prometteuses et la création d’emplois durables.

Aujourd’hui ce sont 27 personnes (dont 25 emplois créés en une année dans cette petite ville de province) qui travaillent à la fabrication de chaussures d’exception qui sont aujourd’hui distribuées dans des points de vente luxueux dans le monde entier, de Paris à Londres, de Hong Kong à Dubai et de New York à Singapour.

Certes la belle histoire de la maison Corthay en pays des Mauges, à laquelle tous les observateurs du monde de la chaussure masculine (très) haut de gamme prédisent un avenir radieux, reste sans doute une exception dans une France traversant une période difficile et dans laquelle la création d’emplois ressemble encore, pour beaucoup d’entrepreneurs, à un parcours du combattant.

Pourtant cette aventure entrepreneuriale a au moins le mérite de montrer que la collaboration « public-privé » si souvent exhibée comme l’une des solutions à la grave crise économique que traverse notre pays, peut vraiment fonctionner et redonner à nos régions des raisons de croire à un futur moins obscur notamment dans certaines domaines dans lesquels la France a encore son mot à dire et son expérience incomparable à faire valoir.

Un beau projet, une belle manufacture, un bel exemple de collaboration "public-privé" et, bien sûr, de formidables produits 100% "Made in France".

Longue vie à Corthay !

Hugo Jacomet

Crédits :

La maison Corthay a bénéficié, pour son installation, du concours principal :

- du Comité d’Expansion du Maine et Loire

- du Conseil Régional des Pays de Loire

- de le Communauté de Communes Centre Mauges

- de Michelin Développement

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 31/10/2014 - 12:39
Bravo pour votre article!
25 emplois, c'est un début! et une part, seulement de ce savoir-faire français qui s'exporte, mobilise des tonnes d'autres métiers et réalise une vitrine prometteuse de la qualité française. Et bravo à ces artisans pour leurs magnifiques chaussures!
Hugo Jacomet
- 31/10/2014 - 11:43
25 emplois ce n'est pas anodin dans une petite ville
Cher Monsieur, merci pour votre commentaire. Je vous trouve cependant un peu dur car la création de 25 emplois dans une petite ville comme Beaupréau dans le Maine et Loire est assez significatif et apporte un vrai bol d'air à de nombreuses familles ainsi qu'à bon nombre de sous-traitants locaux. Soyons donc optimistes pour une fois et, comme vous le dites si bien, acceptons les meilleurs augures. Corthay aurait pu s'installer "ailleurs " depuis un bon moment mais a choisi de ne pas le faire et, au contraire, d'investir en France avec l'aide, significative, des collectivités locales. Le seul point avec lequel je suis d'accord avec vous est la maladie de régulation à outrance (plutôt Bruxelloise que française d'ailleurs) dont certains artisanats souffrent et qui entravent la sauvegarde de certaines activités (comme celle de formier-embauchoiriste par exemple, les outils étant jugés trop dangereux par certains technocrates de bruxelles n'ayant par ailleurs jamais touché de tels outils). Mais c'est un autre débat. D'ici là, je vous en prie, souhaitons tous le meilleur à Corthay dans la région de Beaupréau et faisons tous preuve d'un peu d'optimisme... pour une fois. Bien à vous, HJ
Deneziere
- 31/10/2014 - 11:17
Moui... bon... on verra.
Lecteur fréquent de votre blog, je dois vous dire que vous signez là un de vos articles les moins convaincants.

Que les entreprises qui ont un savoir faire sur ces segments haut de gamme s'en sortent bien, ce n'est pas une nouveauté. Mais ils ne créent pas énormément d'emploi (25, ici) ...

Et puis il reste à démontrer ce que les acteurs publics que vous citez ont amené quelque chose d'irremplaçable. J'en doute fortement.

Ce que risquent d'amener les zacteurs publics, en revanche, ce sont des contrôles et des amendes. Par exemple au titre de la pénibilité (vous comprenez, salodepatron, couper des cuirs, c'est dangereux, la colle des chaussures c'est toxique) ou au titre du harcèlement parce qu' on aura demandé à un ouvrier de se mettre au niveau de perfectionnisme exigé par les clients.

Et puis on verra surtout la têtes des zacteurs publics quand Corthay, menacé par un Carmina (ou un autre) montant en gamme, devra lui aussi se résoudre à faire pré-assembler ses chaussures en Chine.

Si en plus, fatigués, les dirigeants passent la main à un fonds de LBO...

Enfin bon. Acceptons les meilleurs augures quand même.