En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Atlantico Green

Préserver les océans, la clé pour nourrir la planète ?

Publié le 19 octobre 2014
Du fait de l'augmentation du nombre de personnes en sous-alimentation, et des limites auxquelles les terres arables sont confrontées, les océans peuvent apparaître comme la réserve principale d'aliments... A condition d'en gérer les ressources correctement.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du fait de l'augmentation du nombre de personnes en sous-alimentation, et des limites auxquelles les terres arables sont confrontées, les océans peuvent apparaître comme la réserve principale d'aliments... A condition d'en gérer les ressources correctement.

Atlantico : Lors d'une conférence TED (voir ici) dont l'objectif est d'émettre des solutions innovantes pour solutionner des problématiques planétaires, Jackie Savitz, vice-présidente d'Oceana et biologiste a souhaité s'attaquer à l'accroissement de la pression sur les ressources alimentaires dans le monde. Démontrant l'aspect limité des terres arables, elle avance qu'avec une bonne gestion des ressources halieutiques, c'est à dire en prenant en compte la capacité de reproduction des poissons, et une diminution des captures accessoires, près d'un milliard de personnes supplémentaires pourraient être nourries. Dans quelle mesure peut-on dire que les océans forment la plus importante réserve alimentaire d'aujourd'hui et de demain ?

Bruno Parmentier : D'ici à 2050, il va falloir augmenter de 70 % la production alimentaire mondiale pour faire face à l'accroissement de la population et à l'augmentation de la consommation de produits animaux dans le monde. Face à de ce gigantesque défi, toutes les idées sont bonnes à prendre ! L'essentiel de l'effort doit évidemment concerner l'augmentation de la productivité de l'agriculture dans toutes les régions du monde où elle est restée faible, et ce par des méthodes agro écologiques qui ponctionnent moins les ressources non renouvelables de la planète. L'objectif est de produire autant de nourriture avec beaucoup moins (d'engrais, de pesticides, d'eau, de tracteurs, de pétrole, etc.) dans nos pays déjà très productifs, de tripler la production agricole en Afrique et de la doubler en Asie !

Dans ce cadre, tout que pourra amener le poisson sera évidemment le bienvenu. Animal à sang froid, sa capacité de transformation de végétaux en protéines animales d'excellente qualité est nettement supérieure à celle des animaux terrestres à sang chaud, qui consacre bêtement une bonne partie de ce qu'ils mangent à se chauffer !

On a mangé dans le monde 158 millions de tonnes de poisson en 2012, contre 18 millions en 1950 ! Soit maintenant 21 kilos par terrien et par an, dont plus de 35 par français. Pour cela on a pêché 80 millions de tonnes et élevé 90 millions de tonnes. Croire qu’on peut prélever une telle quantité sans s’occuper sérieusement du renouvellement, et sans dépeupler la mer, est une opinion bien naïve ! Le poisson de mer est en fait tellement menacé qu’il est en fait proche d’être condamné !

>> Lire également en deuxième partie d'article Idées de menus pour océans en danger : la liste des poissons que vous pouvez manger sans contribuer à leur disparition

La situation est particulièrement grave : d’un côté, 40 à 60 millions de pêcheurs artisanaux qui survivent de plus en plus difficilement et approvisionnent pour la plupart le milliard de personnes pour lesquelles le poisson est l’unique source de protéines animales. En face sont apparus des "pêcheurs industriels", largement subventionnés, équipés de bateaux énormes munis de sonars, de radars et de chaluts ou de filets dérivants qui vont de plus en plus profond. Ils ne représentent que 1 % de la flotte mondiale, mais ramènent la moitié des prises et l’essentiel des 20 à 40 millions de tonnes gaspillées (espèces non ciblées, mammifères marins, tortues, oiseaux de mer, poissons trop petits, etc., qui sont rejetés morts, sans être commercialisés ni consommé).

Si on ajoute à cela le réchauffement et la pollution des eaux, on estime que d’ores et déjà, 29 % des espèces de poissons et crustacés sont en passe de disparaître purement et simplement, et leur pêche a déjà chuté de près de 90 %.

Jackie Savitz nous redonne un peu d'espoir en expliquant que le problème concerne pour l'essentiel les côtes qui sont proches d'une vingtaine de pays, et que dans ces zones somme toute pas si nombreuses il reste encore envisageable de faire la police en réglementant la pêche pour s'assurer d'un bon renouvellement de la ressource. Il s'agirait cependant d'un saut qualitatif gigantesque dans la gestion commune de la planète, qui nécessitera la mise en œuvre d'efforts considérables et donc une volonté politique implacable pendant de nombreuses années…

En quoi le potentiel des ressources alimentaires marines n'est-il pas correctement exploité aujourd'hui ?

Les pêcheurs ont 3 000 ans de retards sur les éleveurs ! Il y a bien longtemps que, sur terre, les chasseurs ont fini par dire "ça me fatigue de courir derrière les sangliers, si j'élevais des cochons !". Et la ressource n'a pas manqué : il n'y a jamais eu autant d'animaux à manger sur terre.

Mais les pêcheurs, eux, ont continué à prendre les embruns en courant derrière le poisson ; sauf que 3 000 ans ont passé et qu'ils le font aujourd'hui avec les technologies de l'armée américaine. Imaginons ce qui se passerait si on mettait l'armée américaine à chasser le sanglier dans nos forêts… Observons la plus grosse "usine à poisson" du monde, le Lafayette, qui a 228 mètres de long, jauge 50 000 tonnes et peut traiter à l’aide de ses 320 hommes d'équipage et de ses 50 chalutiers associés, jusqu'à 1 500 tonnes de poisson par jour ! Comme la ressource a commencé à se faire rare, on a été toujours plus loin, toujours plus profond, toujours plus gros. Ce comportement de prédateur est en train de ruiner une activité millénaire et de la compromettre gravement.

Pour un certain nombre d'espèces, c'est trop tard, mais pour un grand nombre d'autres, le sursaut peut payer. Il faut passer résolument de la mentalité de la chasse à celui de l'élevage. En haute mer directement, mais aussi évidemment faire de la pisciculture. Élever le poisson intensivement, dans des espaces bien délimités et bien protégés, en mer, dans les rivières et lacs, et dans des fermes aquatiques sur terre. Depuis 2013, on mange plus de tonnage de poissons d'élevage sur terre que de bœuf ! C'est encore très difficile de voir ça en France puisqu'il n'y a pratiquement pas de pisciculture dans notre pays (la moitié de cette activité se déroulant dans un seul pays, la Chine). Mais encore faudra-t-il réfléchir sérieusement pour savoir ce qu'on va élever, en donnant la priorité aux poissons herbivores ou qui se nourrissent de plancton plutôt qu’aux poissons carnivores, pourtant les plus appréciés !

Mais si l'on s'y met, les mers et océans sont immenses, plein de ressources, et bien évidemment on peut y produire beaucoup plus si on le fait de façon scientifique et raisonnable.

A quels problèmes principaux serions-nous confrontés si les pouvoirs publics décidaient de mettre en place le dispositif proposé par Jackie Savitz ?

On voit déjà les problèmes en Europe actuellement ! Nous essayons de nous organiser de façon plus rationnelle et plus durable depuis des années, et les succès restent, il faut le dire, très limités. Les conflits entre la communauté européenne et les pêcheurs sont permanents. Les mesures à court terme viennent sans arrêt interférer sur l'intérêt général à long terme. Et on a le plus grand mal à faire respecter les décisions qu'on a prises, même dans une mer fermée comme la Méditerranée. Le thon rouge, par exemple, fait l'objet d'une attention particulière ; on ne devrait pas en pêcher plus de 15 000 tonnes par an, ce qui n'a pas empêché de fixer des quotas internationaux tout à fait excessifs (par exemple 32 000 tonnes en 2005, et 22 000 en 2009). On est revenu à des décisions plus sages : pour l’année 2014, 13 400 tonnes dans l'Atlantique Est et la Méditerranée, et 1 750 dans l'Atlantique Ouest, mais on est incapables d'empêcher que, dans la vraie réalité, il s'en pêche de l'ordre de 57 % de plus !

Alors, et au regard de ce que l'on arrive à obtenir dans la zone probablement la plus organisée et la plus légaliste du monde, l’Europe de l'Ouest, me fait penser que le délai pour réussir à réglementer les autres côtes du globe, et a fortiori en haute mer là où l'impunité totale continue de régner, serait une très longue lutte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

05.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

06.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

07.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires