En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 54 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 22 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 11 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 30 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 57 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 48 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 14 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 17 min
Totem et tabou

Les Trois Mousquetaires de la droite : "Ethos", "Logos" et "Pathos" (saurez-vous reconnaître Fillon, Juppé, Sarkozy ?)

Publié le 05 octobre 2014
Le positionnement rhétorique des trois grands prétendants de l'UMP à la présidentielle de 2017 – François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy – marque leurs différences de caractère.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le positionnement rhétorique des trois grands prétendants de l'UMP à la présidentielle de 2017 – François Fillon, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy – marque leurs différences de caractère.

La cause est entendue : puisque, selon la formule consacrée, « l’élection présidentielle est la rencontre entre un homme et un peuple », il faut qu’une majorité de ce peuple adhère à cet homme.

C’est tout l’enjeu de la rhétorique politique qui doit légitimer le « je » de l’orateur par le « nous » du groupe. Tout combat politique, à fortiori dans un scrutin comme l’élection présidentielle française, est donc un affrontement de personnalités, c’est-à-dire de caractère et de valeurs, ce que l’on nomme depuis Aristote, l’éthos (qui est autre chose que l’égo!)

Pour convaincre le peuple de la qualité de son éthos, le candidat pourra évoquer directement  son caractère et ses valeurs et/ou passer par les deux autres registres du discours pour rajouter couleurs et nuances à la palette de sa personnalité : celui des émotions et de l’affect (pathos) et celui de la raison (logos). Le choix de la stratégie rhétorique à mettre en place dépend donc de l’image initiale de l’orateur dans l’opinion.

Ce petit rappel permet de comprendre et d‘évaluer le positionnement rhétorique des trois grands impétrants de la droite aux prochaines présidentielles, Sarkozy, Fillon ou Juppé

Nicolas, Ethos, of course !

Des trois, Nicolas Sarkozy présente l’éthos le plus contrasté (« clivant » comme on dit) et donc le plus contesté : d’un côté énergique, compétent, charismatique ; de l’autre, égocentrique, transgressif, voire « hors-la-loi ». Il est donc logique que c’est sur ce terrain de l’éthos qu’il se positionne d’emblée. Lui reprocher « de parler de lui et non des Français » est donc un contre-sens : tout dépend comment il s’y prend. Car il doit relever deux défis cruciaux : d’abord le soupçon d’un « égo surdimensionné » qui « veut prendre sa revanche ». Après quelques maladresses télévisuelles, la réponse de Nicolas Sarkozy est désormais adéquate: choix de la formule questions/réponses qui met le chef au niveau du groupe ; message final collectif (« il faudra compter avec nous !»). Deuxième défi, pire encore : quid des « affaires » ?  La réponse est plus difficile : le positionnement victimaire (« l’acharnement judiciaire»), le recours systématique à la question rhétorique (« si j’avais quelque chose à me reprocher, aurais-je fait mon retour » ?) sont des ressources utiles pour parler aux convaincus (les militants) ; mais pour les Français, c’est autre chose : il faut recourir au logos, c’est-à-dire à la raison et aux faits avérés. Or Nicolas Sarkozy n’est pas maître de la réponse qui dépend des juges. C’est bien pourquoi son sort politique est sous la menace de cette épée de Damoclès. Et c’est sans doute aussi pourquoi il joue sur un scénario bref avec des échéances anticipées : a-t-il totalement tort ?

François, Logos comme toujours !

François Fillon a lui clairement opté pour le logos. C’est le sens même de sa devise : « je ne crois pas aux sauveurs, je crois aux idées ». D’où son travail de fond en matière de propositions concrètes. De quoi conforter l’image d’un homme compétent et expérimenté ; de quoi également, pour l’amateur de course automobile, être en « pole position » au moment décisif ; de quoi accessoirement tacler ceux qui parlent d’abord d’eux-mêmes (devinez qui ?). Dans cet esprit, un zest d’éthos sur « la politique honnête » ne peut pas nuire ! Un choix donc pertinent mais incomplet : car demeure des doutes dans l’opinion et particulièrement à l’UMP, sur l’éthos d’un homme traité de « collaborateur », éternel brillant second (de Seguin à Sarkozy). Il est donc urgent pour François Fillon de profiler un éthos plus visible et un vrai leadership: sans pour autant agresser celui dont il fut le premier ministre, car cela serait pris comme un signe d’inconséquence…

Alain ou le Pathos inattendu

C’est ce qu’a compris Alain Juppé, qui après avoir savonné la planche de Nicolas Sarkozy, refuse aujourd’hui le jeu (de massacre) des médias. « Pas de pierre dans le jardin de Sarkozy » est devenue sa devise, bienvenue à l’égard des militants UMP; et qui pour l’ensemble de l’opinion connote une qualité très appréciée : le fair play. D’où la très habile défense du « bilan Sarkozy » face à Jean-Marie le Guen dans « Des paroles et des actes ». Quand on est Federer, il faut dire du bien de Nadal, et réciproquement…Avec, en sus, une magistrale leçon d’argumentation donnée à l’un des meilleurs rhéteurs du PS, pris en flagrant délit de contradiction par le normalien Juppé…

Toutefois son éthos pose encore quelques (sérieux) problèmes : d’abord son image technocratique. Donc trop loin du peuple. Donc trop peu représentatif. C’est autour de cet enjeu qu’a entièrement tourné l’intervention de la jeune militante des « quartiers ». Dans un des meilleurs moments de l’émission, Alain Juppé a su déjouer le piège à force d’ironie, d’exemples bordelais concrets et d’hommages à des collaborateurs aux noms « venus d’ailleurs ».

Mais encore plus dangereux pour son éthos, l’accusation d’une ancienne première dame, très populaire et qui, en fine politique, a tapé là où ça fait mal : « Juppé est froid ! ». Or l’on n’aime guère les monstres froids dans les chaumières et l’on veut s’assurer chez le chef d’une qualité essentielle : l’empathie. N’’est ce pas ce qui a fait gagner Chirac en 1995 (« la fracture sociale ») ? N’est-ce pas cela même qui a propulsé Ségolène Royal au 2e tour en 2007 ? Autrement dit, Bernadette Chirac a mis sur la table une couleur majeure comme on dit au bridge : le pathos.

Et c’est sans doute là qu’Alain Juppé, en acceptant le registre, a gagné sa soirée et littéralement « renversé » l’opinion : d’abord en se disant « touché » par la critique de Madame Chirac : quelle meilleure preuve de sa sensibilité ? Ensuite par son émotion en fin d’émission devant les beaux scores de sa prestation. Juppé n’est donc pas froid : CQFD !

Dans la lutte des éthos de ces trois experts en rhétorique, le combat ne fait que commencer : Alain Juppé vient de prendre une petite longueur d’avance sur Nicolas Sarkozy et François Fillon est distancé. Mais la situation peut se renverser à tout moment : une marque d’arrogance chez le premier ; un accent de rancœur chez le second ; et inversement, une marque forte de leadership chez le troisième, et les cartes seront rebattues.

A moins que ne survienne, comme dans l’histoire de Dumas, un quatrième mousquetaire ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/10/2014 - 00:58
..." Un pour tous, tous pourris!"
Telle est leur devise, non?
Lazydoc
- 05/10/2014 - 15:20
Allons plus loin
Juppé associé à Bayrou, vote MLP en très forte augmentation. donc élu avec des voix de gauche. Qui se retourneront contre lui dès son élection comme FH a perdu le centre et les Tout Sauf Sarkosy de droite.
Sarkosy rattrapé par les affaires avant l'élection, et laisse la place obligé à un autre.
Fillon pas crédible en libéral par sa vie politique et ses soutiens.
Trop d'incertitude pour 2017. Si ça se passe avant, Sarkosy a toutes ses chances.