En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 4 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Société
Insécurité

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 8 heures 55 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 2 heures 23 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Illusion ?

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

il y a 9 heures 18 min
© REUTERS/Patrice Masante
© REUTERS/Patrice Masante
Evolution sémantique

Décapitations ? Non, égorgements : ce qui se joue vraiment dans l'emploi des mots relatifs au Califat islamique

Publié le 28 septembre 2014
Le choix des mots utilisés pour décrire les actions de Daesh, ou de tout groupe similaire, commence à évoluer, pour mieux retranscrire l'horreur de tels actes. Une partie du chemin est faite, une autre – et pas des moindres – reste encore à parcourir.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le choix des mots utilisés pour décrire les actions de Daesh, ou de tout groupe similaire, commence à évoluer, pour mieux retranscrire l'horreur de tels actes. Une partie du chemin est faite, une autre – et pas des moindres – reste encore à parcourir.

"Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté" (Confucius)

Les choses, ou plutôt les mots, progressent, hélas en proportion du progrès de l’horreur subie par les otages de Daesh : "Assassinés" remplace ainsi de plus en plus "exécuté" qui renvoie à l’idée d’une sentence judiciaire ; et "enlevés" prend enfin la place consacrée de "retenus" : nos otages successifs, que l’on sache, n’ont pas été "retenus" par les grèves à répétition d’Air France ! L’effet de ce choix de vocabulaire était clair et bien connu en rhétorique : soit par l’euphémisme, procédé désigné du "politiquement correct", soit par la connotation légale –fût-ce le droit de la guerre- l’on aboutit à la minimisation des atrocités perpétrées contre les otages.

Mais il reste bien du chemin à parcourir avant que le choix des mots soit juste et précis. L’on pourrait commencer par mettre fin à l’hésitation qui persiste encore et souvent au sein d’un même commentaire, où l’on passe d’un mot à l’autre sans crier gare. Or le laxisme sémantique est toujours le signe d’un relâchement éthique et/ou politique.

Par ailleurs d’autres mots persistent, comme "combattants" pour désigner les membres de Daesh, ce qui est leur faire trop d’honneur, alors même qu’ils délèguent à d’autres la rude tâche de la guerre et se spécialisent dans le meurtre lâche de victimes sans défense. Et surtout le mot de "décapitation" pour désigner le supplice de ces victimes est doublement mal venu : d’abord parce qu’il fait l’impasse sur la réalité première de la mise à mort : un égorgement au couteau, qui signifie souffrance atroce et ravalement de la victime au rang d’animal. Ensuite parce que, du moins dans l’inconscient français, "décapité" renvoie trop à la guillotine, châtiment qui en son temps (révolutionnaire) fut choisi pour sa double vertu d’humanisation et d’égalisation de la peine de mort (eh oui !). On a décapité Louis XVI ; mais on a égorgé Hervé Gourdel.

Il est donc temps pour les médias d’adopter pour de bon (ne serait-ce pas une mission enfin utile pour le CSA ?) des mots alternatifs, clairs et simples. Certes, il est sans doute difficile d’abandonner le mot même d’ "otage", qui eut jadis sa noblesse en tant que gage de la parole donnée (les princes s’assuraient ainsi de leurs engagements respectifs en s’échangeant des proches) ; mais il nous reste  "enlèvement" au lieu de "capture", "chantage" au lieu de conditions », "assassinat" au lieu "d’exécution", "égorgement" au lieu de (ou avant) "décapitation". Aurait-on idée de parler, dans un cas de kidnapping tragique, de "capture et d’exécution" ? C’est bien connu, les enfants sont innocents. Pas les otages ?

S’il est un mot qui, en tout cas, s’impose désormais pour désigner les membres de Daesh, c’est bien celui d’assassins. D’une part pour souligner la dimension purement criminelle – avec préméditation - de leurs actes. D’autre part, en raison d’un précédent intéressant : notre mot « assassins » vient en effet de la secte des hashishiyyin, qui sévit du Nord-Ouest de l’Iran à la Syrie, de la fin du XIème au milieu du XIIIème siècle : cadre géographique qui n’est pas si différent de celui de « l’Etat islamique » actuel. L’étymologie du mot est contestée et en tout cas embrouillée : il signifie en arabe « fumeurs de Haschisch », mais une telle pratique est aussi peu attestée par les textes que déconseillée pour des tueurs « efficaces ». L’hypothèse d’Amin Maalouf, qui y voit la transposition du mot persan "Asâsiân" ("Asâsioun" en persan parlé), paraît bien plus conforme à l’origine iranienne du mouvement et à sa radicalité religieuse, cherchant à revenir (déjà !) au vrai "fondement" (asâs) de l’Islam. « Fondement » ou « base » disent les dictionnaires, c’est-à-dire l’exact sens de l’arabe…(Al) Qâ`ida !

A cette étymologie si productive, correspond des pratiques étrangement similaires : fanatisation des esprits, culte du chef, infiltration de l’ennemi, dissimulation érigée en art, et meurtres politiques mis en scène pour frapper l’opinion : de préférence contre le calife lui-même ou son vizir, un vendredi en pleine mosquée, quitte à se faire massacrer par les gardes du corps. Le précurseur, en somme, de l’attentat suicide… Que les « mauvais » musulmans aient été les premières victimes de ces « assassins » historiques, aux côtés d’illustres victimes chrétiennes, comme le roi de Jérusalem Conrad de Montferrat, prolonge le parallèle, décidément troublant.

Comme l’est la description suivante de la secte, due à Guillaume de Tyr, l’un des principaux chroniqueurs du temps des croisades et parfait connaisseur de la région, où il naquit et mourut.

"Le lien de soumission et d'obéissance qui unit ces gens à leur chef est si fort qu'il n'y a pas de tâche si ardue, difficile ou dangereuse que l'un d'entre eux n'accepte d'entreprendre avec le plus grand zèle à peine leur chef l'a-t-il ordonné. S'il existe, par exemple, un prince que ce peuple hait ou dont il se défie, le chef donne un poignard à un ou plusieurs de ses affidés. Et quiconque a reçu l'ordre d'une mission l'exécute sur-le-champ, sans considérer les conséquences de son acte ou la possibilité d'y échapper. Empressé d'accomplir sa tâche, il peine et s'acharne aussi longtemps qu'il faut jusqu'à ce que la chance lui donne l'occasion d'exécuter les ordres de son chef." 

Toute ressemblance avec les événements actuels…

Mais il y aurait aussi un autre avantage à renvoyer les tueurs d’aujourd’hui aux tueurs d’autrefois : mettre sur le même plan les « ultras-sunnites » (ou qui se prétendent tels) de Daesh que les chiites ismaéliens (dont les hashishiyyin furent une excroissance délirante), lorsque l’on sait que les premiers honnissent les seconds par-dessus tout…. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
berdepas
- 09/10/2014 - 13:18
Excellent article.
Il est temps en effet, d'en finir avec les petites pudeurs verbales, destinées à éviter de blesser les Musulmans. Décapité, ça fait plus "propre" qu'égorgé. D'ailleurs, n'avons-nous même pas décapités nos Rois et de centaines de suspects de "royalisme" sous Robespierre et sa clique ???
Hélas, dans le cas de ce pauvre Hervé Gourdel, il s'agit bien d'un égorgement, quasi rituel.
http://berdepas.wordpress.com/2014/09/24/decapites/
Leucate
- 29/09/2014 - 17:25
savoir qui est l'ennemi
J'ai regardé la vidéo de l'égorgement de notre concitoyen qui est resté très digne jusqu'à la fin. Quand ce fut fini, un des salopards a exhibé la tête devant les caméras.
Même si cela peut choquer les âmes sensibles, il est toujours bon de savoir qui est l'ennemi et ce dont il est capable de faire.
Maintenant, seront nous capables d'aller le chercher "jusque dans les chiottes" ?
Milsen
- 29/09/2014 - 09:56
Le poids des mots
Il faut insister sur le caractère rituel de l'égorgement rabaissant la victime au rang d'animal, de bête, comme le "sourire kabyle" pendant la guerre d'Algérie.
Par ailleurs, si l'euphémisme du "politiquement correct" provoque l'appauvrissement de la langue, il est bien aidé par les superlatifs journalistiques et les dérives sémantiques de la publicité.