En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 22 min 55 sec
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 1 heure 13 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 3 heures 51 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 5 heures 58 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 12 heures 6 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 12 heures 31 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 43 min 19 sec
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 3 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 15 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 6 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 12 heures 25 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 12 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Revue d'analyse financière

Rencontres d'Aix-en-Provence : les économistes déconcertés face au monde sans mode d'emploi de la 3ème mondialisation

Publié le 08 juillet 2014
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Netter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'œil des marchés : Jean-Jacques Netter, vice-président de l'Institut des Libertés, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

Le Cercle des Economistes, présidé par Jean Hervé Lorenzi, organisait ce week-end à Aix-en-Provence pour la quatorzième fois consécutive "Les Rencontres" qui rassemblent l’establishment français des chefs d’entreprises qui s’expriment devant les grands investisseurs, le monde des médias et les hommes politiques de gauche comme de droite. Le thème de cette année était : "Investir pour inventer demain".

Pour que l’événement ne soit pas que franco-français, de nombreux experts étrangers sont invités pour permettre aux participants de bien comprendre que le modèle social français est très loin de susciter de l’enthousiasme. Comme toujours dans ce type de manifestations, le plus important est tout ce qui se passe "off" pendant les déjeuners, les cocktails et à l’opéra dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence.

A l’applaudimètre, c’est Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin, qui est arrivé de très loin en tête. Gérant un groupe mondial, il a expliqué qu’il réalisait 35% de ses investissements en Europe mais que cela ne pourrait pas durer si le coût de l’énergie continuait d’être aux Etats-Unis 40% inférieur à ce qu’il est sur le Vieux continent… Quand il se rend dans ses usines en Allemagne, il est accueilli par les syndicats qui lui demandent comment ils peuvent l’aider, ce qui n’est pas tout à fait la situation qu’il rencontre en France ! En décrivant tous les obstacles qu’il devait franchir tous les jours pour continuer à gérer un groupe mondial à partir de Clermont Ferrand, il a beaucoup ému son auditoire. François Michelin aurait été très fier de lui.

En revanche, Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du Redressement productif et du Numérique qui devait intervenir le samedi sur le sujet "Réconcilier les français avec la création de richesses" s’est décommandé au dernier moment. Le grand spécialiste de la politique spectacle a du se dire qu’il aurait du mal à se faire applaudir.

Pour compenser la mauvaise prestation de Pierre Moscovici l’année dernière, Michel Sapin, ministre des Finances et des comptes publics est arrivé avec une nouvelle formule : "Notre amie, c’est la bonne finance". Elle n’a pas fait exploser l’applaudimètre.

Le diagnostic montre que tous les moteurs de la croissance sont en panne

La troisième mondialisation n’a pas créé un village global, mais un monde sans mode d’emploi. En France, l’agressivité entre "riches" et "pauvres" s’accroît au fur et à mesure que l’économie décline. L’anticapitalisme est devenu la passion partagée par les extrêmes de l’échiquier politique. La crise a rendu le monde indéchiffrable. Aux certitudes passées sur les moteurs de la création de valeur ont succédé des doutes sur les conditions de la croissance.

L’investissement est très faible alors que les taux n’ont jamais été aussi bas.

Cette situation se traduit par une reprise économique mondiale très timide. Dans la zone euro, les investissements sont en baisse de 20% par rapport aux niveaux d’avant la crise. Les pays développés n’ont consacré que 20% de leur PIB en investissements contre 23% en 1990. Les pays en développement ont fait le chemin inverse passant de 23% en 1990 à 33% en 2013. L’investissement progresse en Asie et régresse en Occident.

Le décrochage de la France est en grande partie lié à la faiblesse de l’investissement.

L’emploi ne peut se développer que si l’effort porte sur la recherche et le développement pour renouveler les sources de compétitivité et dans le capital humain pour permettre aux collaborateurs des entreprises de s’adapter.

Les gouvernements sont souvent convaincus qu’ils sont les seuls à savoir où il faut investir ( Arnaud Montebourg en est le meilleur exemple ). Yossi Vardi, de International Technologies, qui est un entrepreneur israélien qui a financé avec beaucoup de succès plus de 80 entreprises de haute technologie est convaincu du contraire. L’Etat est pratiquement toujours un mauvais investisseur.

L’épargne en France est abondante mais mal utilisée. Elle est beaucoup trop fiscalisée, ce qui l’empêche de financer l’investissement productif. L’épargne dans le monde bascule vers le social, ce qui va retrancher 2,3% de l’épargne mondiale, au moment où le besoin d’investissement va grossir de 2,6%. Cela impactera d’environ 5% le PIB mondial. Chaque continent voudra donc récupérer la ressource rare que va devenir l’épargne. Cela devrait aggraver la guerre des changes et déclencher d’autres conflits militaires cette fois.

La confiance des investisseurs a disparu, alors qu’elle devrait être au cœur de l’investissement dans les échanges économiques et humains. Comment les marchés peuvent-ils donner à nouveau confiance aux entreprises ? Pour Bernard Gainnier, de PWC, il est curieux de constater que peu d’économistes travaillent sur le sujet de la confiance, alors que entreprises y travaillent tous les jours. Très directement, Bruno Lafont, président de Lafarge, a rappelé que pour investir dans un monde plus risqué les investisseurs ont besoin de se sentir reconnus et d’avoir un espoir de retour.

L’entrepreneur est harcelé, car la création de richesse suscite la défiance. Alors que le mot "entrepreneur" a été inventé par l’économiste basque Frédéric Bastiat, l’esprit d’entreprise ne capte plus l’énergie des jeunes générations. Il faudrait que les financements pour les entrepreneurs soient plus faciles à obtenir. C’est pourquoi Jacques de Larosière, ancien patron du FMI, a préconisé que les crédits aux PME ne requièrent pas huit fois plus de fonds propres au bilan d’une banque que de la dette souveraine.

La prise de risque est découragée. Il n’y a pas de croissance sans innovation et pas d’innovation sans prise de risque. La culture du risque et de l’entrepreneuriat devrait donc irradier l’ensemble de la société. L’école n’enseigne pas le risque, ni l’échec qui peut lui être associé et fait partie de la vie.

L’innovation est condamnée en Europe à avoir une place réduite, car le niveau d’endettement des Etats est un obstacle majeur à son financement. Au moment où l’innovation va entrer dans une période spectaculaire autour des nanotechnologies, de la biotechnologie, de l’informatique et des sciences du cerveau, l’Europe n’a pas de stratégie. L’Amérique au contraire explore de nouveaux territoires, les pays émergents avancent à marche forcée. 

La France est dangereusement menacée de décrochage. Hal Varian, économiste de Google, explique très bien que la solution est de créer des éco-systèmes comme la Silicon Valley qui regroupe les cerveaux, les idées et les financiers.

Stéphane Richard, patron d’Orange, a rappelé qu’il fallait très sérieusement réfléchir au problème du partage de la valeur, car les opérateurs ne peuvent pas continuer indéfiniment à faire les investissements pour développer les réseaux et laisser ensuite la quasi totalité des profits à Google !

Aujourd’hui, explique Didier Lombard, président du conseil de surveillance de ST Microelectronics, le mode de recherche est de type bazar. Toutes les équipes se connaissent autour de la planète et échangent en permanence en mode horizontal. Les sociétés qui sont structurées en mode hiérarchique et pyramidal ont peu de chances de participer aux grandes innovations de demain.

Pour Jean-Pierre Clamadieu, président de Solvay, il faut renverser la table, car nous avons de nombreux problèmes à résoudre qui sont le changement climatique, la rareté des matières premières, le stockage d’énergie et surtout le développement de l’économie circulaire qui suppose de récupérer des produits en fin de vie pour les réutiliser.

L’éducation n’est plus adaptée. L’école française n’apprend pas le monde. Nous avons un ministre de l’Education qui fait l’éloge de l’ignorance en défendant l’idée qu’il ne faut plus mettre de mauvaises notes, a dit Pascal Bruckner, philosophe. Le résultat est que le système déverse chaque année plus de 140 000 jeunes qui ne savent pas lire et compter convenablement et ne connaissent même pas les rudiments élémentaires de la politesse. L’apprentissage qui pourrait être plus efficace qu’une formation initiale suivie d’un premier emploi est complètement mis de côté. Enfin, les meilleurs étudiants ne vont plus dans les filières scientifiques, ce qui est très mauvais pour la capacité d’innovation d’un pays, pense Etienne Klein, du Commissariat à l’Energie Atomique. Au total, la France est championne du monde dans le gaspillage des talents, estime Ezra Suleiman, politologue et professeur à Princeton.

Les contraintes à prendre en compte réclament du courage politique

Le modèle social français est complètement dépassé. L’Etat-providence représente 57% du PIB, soit 10 points de plus que l’Allemagne et 200Md€ de trop, pense Michel Cicurel de MC Conseil. Les retraites des cadres vont baisser, la sécurité sociale sera obligée de dérembourser de nombreuses prestations, explique Guillaume Sarkozy, président de Malakoff Médéric. Le débat politique va se crisper de plus en plus sur le partage.

Le vieillissement entraîne une aversion au risque en matière d’investissement. L’argent disponible ne s’investit pas par défiance en l’avenir. Il faut transformer une société de rentiers en société d’investisseurs, car 60% des liquidités sont détenues par des seniors et de plus en plus de successions se font entre le troisième et le quatrième âge.

La fiscalité est punitive en France alors qu’elle devrait être incitative. L’épargne qui prend des risques devrait être moins imposée que le travail. On fait le contraire de ce qu’on devrait faire puisque plus on investit long et risqué, plus on est taxé. Les investisseurs redoutent les modifications régulières et souvent rétroactives du cadre réglementaire et fiscal. Pour Dominique Cerruti, président d’Euronext, si on ne règle pas ces problèmes, on n’a aucune chance de décoller.

Les entreprises consacrent des ressources énormes à traiter les problèmes fiscaux.

Les problèmes des inégalités doivent être traités, mais elles ne s’accroissent pas dans le monde, autant que le prétend Thomas Piketty dans son dernier livre. Kenneth Rogoff, professeur à Harvard, a montré qu’elles se sont réduites dans le monde globalement quand on prend en compte le nombre de Chinois et d’Indiens qui sont sortis de la pauvreté. Autrefois, la richesse était constituée par des actifs réels - immeubles, usines, terres agricoles - qui restaient en France même si l’on forçait leurs propriétaires légitimes à l’exil et à la pauvreté. Aujourd’hui, la richesse est immatérielle et quitte le territoire national avec ceux qui s’en vont. Le durcissement de la  politique fiscale actuelle va convaincre ceux qui restaient envers et contre tout de s’en aller à leur tour et l’appauvrissement général va être beaucoup, beaucoup plus rapide que par le passé.

La bataille de la compétitivité n’est pas en train d’être gagnée en Europe. Pour Kevin O’Rourke, du Trinity College à Dublin, le véritable responsable de la situation c’est l’Europe, car elle impose l’austérité. Voilà une nouvelle bonne illustration de la théorie du bouc émissaire. Il faut selon lui une politique monétaire encore plus souple, plus d’inflation et faire baisser l’euro. C’est très exactement la posture de la France, qui exige beaucoup de la BCE et pas assez d’elle-même.

Nous avons besoin de plus de géométrie variable en Europe, dit Ian Goldin de Oxford University. C’est l’idée des "arrangements contractuels". Les pays en difficulté mènent des réformes structurelles définies précisément pour chaque pays qui soutiennent la productivité et la croissance de long terme ( marché du travail, éducation, formation, concurrence, réforme de l’Etat…) et en contrepartie, ils peuvent obtenir des prêts et la possibilité de conserver un peu plus longtemps des déficits publics.

Peter Ricketts, ambassadeur de Grande-Bretagne en France, recommande lui aussi plus de flexibilité. Ce n’est pas vraiment l’avis de Benoit Coeuré de La BCE qui pense qu’il faut faire plus de transfert de souveraineté. Quand à Gerhard Cromme, président de Siemens, il est convaincu qu’il faut se concentrer sur la relation franco-allemande.

Les solutions des économistes

Les histo pessimistes sont guidés par Robert Gordon de la Northwestern University. Ils pensent que les progrès les plus faciles ont été réalisés. La croissance est condamnée à s’essouffler et surtout elle ne créera plus d’emplois. En France, le courant est représenté par "Les économistes atterrés", "Les économistes du Front de gauche", "Le cercle des éconnomistes". Ils font partie des nostalgiques qui pensent que la croissance détériore l’environnement, détruit des emplois, crée des inégalités et "détruit le bonheur". Pour Laurent Alexandre de DNA Vision, ce genre de discours vient de ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans la Silicon Valley. Une immense révolution est en train de changer notre siècle. Elle sera pour l’essentiel concentrée autour des technologies NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences du cerveau). Avoir un président de la République qui n’a pas d’ordinateur sur son bureau en dit long sur la difficulté des politiques à comprendre ce qui se passe.

Les techno optimistes que l’on rencontre entre la Californie et la Corée du Sud, comme Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, pensent que l’évolution des technologies n’a pas encore fait sentir ses effets les plus massifs. Pour le moment, les biotechnologies, les nanotechnologies ou les énergies renouvelables sont encore à des stades très peu avancés.

Cette divergence d’opinion n’est pas très grave car le rôle d’un économiste n’est pas de prévoir quoi que ce soit. Si quelqu’un pouvait prévoir le futur, l’Union Soviétique serait le pays le plus développé du monde. Or l’URSS n’existe plus, tout simplement parce que ses structures étaient fondées sur l’idée que pour l’élite au pouvoir, le futur était prévisible, planifiable et donc contrôlable.

En France, les risques de dérapage sont importants

Quand notre classe politique sortira de ses petites affaires et lèvera le nez au-delà des prochaines échéances électorales, elle découvrira que le monde qui vient est si lourd de menaces que les guerres sont à nouveau possibles. La grande stagnation dans laquelle nous sommes peut avoir des conséquences dramatiques. Telle est l’opinion développée par Jean Hervé Lorenzi et Mickaël Berrebi dans leur livre "Un monde de violences. L’économie mondiale 2015-2030".

Nous ne sommes pas loin d’une crise sociale absolue pour Georges Plassat, président de Carrefour. L’abandon des investissements de maintenance, la passion pour le low-cost, la baisse de l’innovation et de l’innovation plus le chômage des jeunes ont produit de très sérieux dégats.

L’exaspération monte. L’opposition attend que le gouvernement se plante pour lui succéder et se planter à son tour, a dit Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères. Le tournant arrive…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 09/07/2014 - 10:13
RENCONTRE D'AIX
Tant d'idées partagées par le monde entier et niées en France: nous connaissons le triste résultat!
Surtout n'attendons pas le salut des politiques mais des économistes et entrepreneurs. Aucun gouvernement français n'en a jamais eu le courage, ils ont toujours préféré promettre le doux cocon de la "protection" que devaient assurer et notre système de "protection sociale" et plus récemment l'Europe.
Conclusion: surtout ne troublons pas le doux sommeil des Français
cpamoi
- 08/07/2014 - 19:50
La chasse aux productifs.
Merci pour cet excellent article.
L’économie de chaque pays attire la population correspondante : si vous êtes malade et sans aucune envie de travailler dur : la France est votre pays ! N’en choisissez pas d’autres. Vous êtes chez vous ! Nous récompensons tous les tire-au-flanc et menons la vie dure aux travailleurs… Quant à ceux qui gagnent de l’argent, alors là, mazette ! Toutes les forces de l’Etat sont mises à contribution pour le traquer ! Dans le même ordre d’idée, l’insouciant qui vient de créer une dizaine d’emplois s’aperçoit trop tard de sa bévue !

L’Etat-providence est un immense cimetière des ambitions ; une camisole jugulant toute énergie créatrice ; une boue qui vous absorbe et vous transforme en boue à votre tour… Je comprends que de plus en plus de jeunes veulent s’arracher à ces sables mouvants.

Les jours de l’Etat-providence sont comptés. Soit les politiciens auront le courage de le réformer, soit il s’effondrera sous son poids.
Brunoke
- 08/07/2014 - 15:26
Navrant
Notre président n a pas d ordinateur mais il a ... Un scooter ! Ça en dit long sur ses principales motivations !