En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 8 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 28 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 43 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 20 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 38 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 53 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 3 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 17 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 39 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Tous égaux

La bascule qui se confirme : une écrasante majorité de Français en faveur de l’alignement des conditions du public sur celles du privé

Publié le 25 juin 2014
Selon un sondage OpinionWay de juin 2014, près de 85% des Français sont favorables à l'alignement des avantages des salariés du secteur public sur le privé. Ils semblent également beaucoup moins frileux qu'on ne le croirait concernant la volonté de voir arriver les réformes structurelles que le gouvernement n'ose pas engager.
William Genieys est politologue et sociologue. Il est directeur de recherche CNRS et membre du Centre d'Études Européennes et de Politique Comparée de Science-Po. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Genieys
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Genieys est politologue et sociologue. Il est directeur de recherche CNRS et membre du Centre d'Études Européennes et de Politique Comparée de Science-Po. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage OpinionWay de juin 2014, près de 85% des Français sont favorables à l'alignement des avantages des salariés du secteur public sur le privé. Ils semblent également beaucoup moins frileux qu'on ne le croirait concernant la volonté de voir arriver les réformes structurelles que le gouvernement n'ose pas engager.

Atlantico : Le sondage OpinionWay réalisé pour le Think Tank Ethic (voir l'intégralité ici) montre une très forte adhésion des français pour l'alignement des avantages des salariés. Ils seraient en effet plus de 80% à penser que le secteur public devrait jouir des mêmes conditions que le secteur privé en ce qui concerne le nombre de jour de délai de carence en cas d'arrêt maladie, les régimes de retraite, ainsi que les cotisations chomage. Comment faut-il comprendre cette tendance ?

Il semblerait que d'une manière générale, les français soient très favorables à des réformes structurelles, et encore plus en ce qui concerne la réforme du statut de fonctionnaire. Sur les résultats proposés, une majorité de sondés se prononce pour des restrictions de la voilure de l'état et de certaines prérogatives liées au statut de fonctionnaire. Egalement, on constate un attachement particulier à l'égalité entre les salariés du public et du privé. Mais l'égalité et la justice se traduit également, pour les mêmes gens et au niveau de l'état par le sens de l'intérêt général. Ce qui montre un paradoxe de la part des français sur ces valeurs. Il est donc difficile de mener une analyse globale.

On peut aussi interpréter le sondage dans le sens que s'agissant de réformer les avantages d'un groupe professionnel restreint comme les fonctionnaires, la majorité sera toujours prête à consentir les efforts que subiront les premiers. Quand ce sont des mesures trans-catégorielles,  les opinions se mettent alors à changer.

Y aurait-il un paradoxe des français face à la réforme ? Comment analyser ce décalage ?

Dans le mot-valise "Réforme structurelle", les élites politiques essayent de faire passer un message qui n'est pas le même que celui compris par les citoyens. On voit bien que les français ont un rapport assez complexe avec l'idée de la réforme, et cela se traduit par un double discours de la part des français sur ces questions-là, et on les comprend : en période de crise, face à des réformes qui devraient impacter toute la société, on fait apparaître le fonctionnaire comme un profil plus hermétique aux réformes, et qui n'en paye pas le même prix. Mais chaque fois qu'il a fallu aligner les systèmes de retraite par exemple, cette même partie des français s'est mobilisée pour freiner le processus. Il y a aussi souvent un manque de pédagogie de la part du gouvernement sur l'ampleur des réformes engagées. Le slogan de François Hollande, "Le changement, c'est maintenant", avait convaincu nombre d'électeurs, mais ils se sont aperçu qu'en réalité, ce n'était pas à ce changement-là qu'il s'attendait. Il y a également un vrai manque de visibilité sur la ligne politique du gouvernement, tantôt socialiste, tanto social-démocrate, et ce n'est pas pour qui améliorer la compréhension de la part des français.

La question des réformes a été brouillée par l'incapacité de la classe politique à se montrer volontaire dans la diminution du train de vie de l'Etat. Elle a longtemps donné l'impression de vouloir faire subir les efforts par les autres, et pas pour elle-même. De même, les scandales de financement des partis politiques et de corruption portent préjudice à la légitimité des politiques à demander aux autres de se serrer la ceinture.

Comment pourrons-nous constater réellement le rapport des français aux réformes structurelles ? Comment expliquer que le gouvernement ne traduise pas son dynamisme pour le changement en action politique concrète ? A quel type de blocage se voit-il opposé ? 

Outre ce que je viens d'expliquer, il est clair que les français font face à la problématique économique et budgétaire, et que donc un changement est nécessaire. Cette idée est apparue, difficilement au début, depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Mais on voit bien que confrontés à la réalité des réformes, les gouvernants se trouvent un peu frileux à l'idée d'engager de vraies réformes structurelles.

Là où on va voir s'ils sont effectivement en faveur du changement, c'est pour la réforme territoriale, car elle impactera profondément la société locale. Dans certaines régions comme le Languedoc Roussillon, la décentralisation a favorisé le rôle des collectivités territoriales, notamment dans la politique pour l'emploi. La réduction des postes va sensiblement impacter la vie courante, et c'est à ce moment-là qu'on verra si vraiment, les français sont en faveur de ces réformes structurelles.

Si l'on regarde les résultats des dernières élections européennes, on voit que ce n'est pas un parti spécialement en faveur des réformes structurelles pour la diminution des déficits budgétaires qui a remporté la victoire. Au contraire, le Front national tient un discours en opposition avec l'Europe qui souhaite nous faire subir des réformes structurelles. En tout cas, ce ne sont pas les mêmes réformes structurelles que Marine Le Pen propose.

Mais il est  vrai que les français ont besoin plus que d'autres pays de réformes incrémentales. Ils veulent effectivement des grandes réformes en terme de cause, en profondeur, du changement, mais ils veulent aussi du temps pour les encaisser. Et petite réforme par petite réforme, on arrive à en faire de grande.  C'est de cette manière que les gouvernements successifs ont depuis 20 ans effectués des changements, de manière subreptice.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 25/06/2014 - 23:11
Les "fonctionnaires "du roi étaient privilegies
Pour éviter qu'ils ne volent trop leur suzerain en encaissant les taxes....ils étaient quelques milliers .....nous avons maintenant 7 millions de fonctionnaires ou assimilés....qui se battent pour conserver des avantages d'un autre âge....un français sur quatre qui travaillent....et ils travaillent 40% de moins que le salarié privé....mais ces braves gens votent socialiste....alors? Alors rien.....
Anguerrand
- 25/06/2014 - 16:41
Ce serait la plus élémentaire justice
que d'aligner l'intégralité des régimes ( retraites par une caisse nationale unique, heures travaillées, départ à le retraite, niveau de cotisation, suppression de tous les régimes spéciaux, absentéisme, contrat de travail CDI sans travail à vie en fonction des besoins réels, mérite et non ancienneté, etc ). Cette gauche qui n'a à la bouche que le mot " juste" n'a de cesse de créer des inégalités croissantes entre le privé qui finance les fonctionnaires via leurs impôts et le public. Un pays qui accepte de telles inégalités et cache le chômage en recrutant des fonctionnaires pour cela, n'est pas une démocratie.
zouk
- 25/06/2014 - 16:01
REFORMES
Petit à petit? L'efficacité constatée de la méthode ne plaide pas pour son extension. N'est-ce pas surtout un bon moyen pour un gouvernement de dissimuler ses lâchetés?