En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
C'est le tarif !

Les partis politiques paient-ils les affaires dans l’opinion ?

Publié le 18 juin 2014
Les révélations sur les affaires qui touchent nos politiques s'enchaînent, se suivent et se ressemblent, et finissent pas lasser les soutiens traditionnels des partis, qui vont voir ailleurs.
Xavier Chinaud est ancien Délégué Général de démocratie Libérale et ex-conseiller pour les études politiques à Matignon de Jean-Pierre Raffarin.Aujourd’hui, il est associé du cabinet de stratégie ESL & Network.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Chinaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Chinaud est ancien Délégué Général de démocratie Libérale et ex-conseiller pour les études politiques à Matignon de Jean-Pierre Raffarin.Aujourd’hui, il est associé du cabinet de stratégie ESL & Network.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les révélations sur les affaires qui touchent nos politiques s'enchaînent, se suivent et se ressemblent, et finissent pas lasser les soutiens traditionnels des partis, qui vont voir ailleurs.

Sondage Ifop pour le JDD 09.03.2014

Atlantico : Mediapart et Le Monde ont publié ce mardi 17 juin des informations sur les affaires Bygmalion et Karachi. Même s’il n’est pas concerné toujours de la même manière, Nicolas Sarkozy est tout de même cité dans six affaires à la fois : Bygmalion, Karachi, le financement libyen, un trafic d’influence présumé, l’arbitrage Tapie, et les sondages de l’Elysée (dont certains commandés à la société de Patrick Buisson). Cette accumulation nuit-elle uniquement à l’ancien président, ou l’UMP en fait-elle aussi les frais dans l’opinion ?

Xavier Chinaud : Le passé a montré que ce sont davantage les institutions que les hommes qui pâtissent des "affaires" ; Cette étude l’illustre à nouveau.

Ces accusations dont la justice dira si elles sont ou non fondées, nuisent évidemment à l’ancien président, notamment vis-à-vis des siens plus audacieux aujourd’hui qu’ils ne le furent sous sa présidence, mais Nicolas Sarkozy au-delà de la défense de ses amis sur l’air du complot, est une personnalité vis-à-vis de laquelle les Français ont une opinion tranchée, dans un sens ou dans l’autre et il n’est pas surprenant qu’il apparaisse moins impacté que la classe politique discréditée dans son ensemble.

Jamais la défiance vis-à-vis du politique n’a été aussi forte, les affaires sont une atteinte permanente et croissante à la démocratie,  tout cela est très dangereux dans le contexte des crises que nous vivons.

Avec l’affaire Bygmalion c’est l’UMP qui est directement touchée dans son organisation. Les militants et les sympathisants peuvent-ils être tentés de se détourner du parti ?

L’UMP a enchainé en 2 ans, une défaite aux présidentielles, une élection interne abracadabrantesque, une guerre des chefs et des égos ininterrompue et bien peu de remise en cause ; j’ignore les chiffres réels d’adhésion, mais il est vraisemblable que ceux qui sont encore membre sont d’un type très résistant…c’est sans doute auprès de ceux qui partis écœurés et envisageant de readhérer que le mal est fait. Le problème est d’avantage celui des électeurs que celui des militants.

DSK en 2011, Cahuzac en 2013 : le PS a-t-il eu à pâtir considérablement de ces affaires auprès de l’opinion ? Pourquoi ?

Le sondage illustre ici deux cas différents, dont l’impact a logiquement différé : "l’affaire DSK" n’a en rien empêché le succès de la primaire socialiste et l’élection de François Hollande.

"L’affaire Cahuzac" est différente en ce sens qu’il s’agit d’un ministre de la République, pas d’une affaire interne au PS.  Si l’opinion s’est retournée contre les socialistes au plan électoral, cela est dû d’avantage aux déceptions,  à l’absence de résultats ou à la faiblesse de cette Présidence qu’à l’affaire évoquée. L’exemple de 1993 est plus pertinent, les "affaires" prêtées à l’époque au PS avaient entrainé une défaite historique des socialistes dans les urnes.

De manière générale, le sujet des "affaires" est-il  déterminant dans l’image qu’un parti véhicule auprès des Français, des sympathisants et des militants ? Quelles sont les défaillances les plus fatales aux partis dans l’opinion ?

La réponse est oui et non, oui dans l’instant médiatique et à court terme, mais non sur la durée, les scandales qui ont émaillé la vie du Parti Communiste français ne me semblent plus beaucoup impacter son image aujourd’hui.

La mise en cause de quelques-uns à l’UMP ne rejaillit pas sur l’ensemble des personnalités qui la composent. Puisse par contre cela  faire réfléchir dans l’ensemble de la classe politique.

Ce sondage confirme sans surprise que la majorité des Français préfère que la classe politico-médiatique mette son énergie sur les sujets de fond… et vivent avec une "fatalité trompeuse" les écarts de certains de leurs représentants.

Le problème majeur des partis politiques, à commencer par les deux principaux, est d’abord de n’être qu’écurie d’ambitions individuelles, dans lesquelles sont absents le corpus, la colonne vertébrale et la cohérence de la pensée.

Vers quelles options les électeurs sont-ils plus tentés de se tourner lorsqu’ils sont déçus par les affaires qui touchent les partis ? Dans quelles proportions les partis se situant aux extrémités de l’échiquier politique en profitent-ils ?

Abstention et rejet sont les "bénéficiaires" du délétère. L’abstention devient le premier parti de France mais il n’est par définition pas incarné, le rejet a lui un parti à l’extrême droite. Si les affaires ne sont pas la source majeure des succès d’un FN qui n’est d’ailleurs pas épargné par elles, les scandales contribuent au climat de ras le bol que les Le Pen savent depuis si longtemps exploiter en jouant des peurs et des amalgames.

Dans quelles proportions ? L’avenir le dira, mais le Premier ministre comme récemment Xavier Bertrand ont raison de s’en inquiéter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

01.

Le prince Andrew dans la tourmente

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Rolstone54
- 18/06/2014 - 10:19
Manquerait plus que ça n'ai pas d'impact.
Voilà des types qui nous restreignent notre pouvoir d'achat, fruit de notre travail (ça doit être con pour eux comme formule) tous les jours, et eux tapent sans état d'âme dans les caisses en étant parfaitement conscient qu'il faudra trouver l'argent quelque part plus tard : devinez où ? Si cette société ne se remet pas en marche et ce ne sont pas les responsables de tous ordres qui le font espérer, il se passera fatalement quelque chose ?