En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 41 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 18 heures 26 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 53 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 40 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 16 heures 2 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 36 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 17 heures 10 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 55 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 18 heures 4 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Grand large

Londres : trois expos pour un parfait week-end culturel

Publié le 10 mai 2014
Tate Modern, National Gallery, Victoria and Albert Museum. Trois adresses, à Londres, pour un idéal weekend d’expos, à la (re)découverte de Matisse, Véronèse et des précurseurs de la mode.
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tate Modern, National Gallery, Victoria and Albert Museum. Trois adresses, à Londres, pour un idéal weekend d’expos, à la (re)découverte de Matisse, Véronèse et des précurseurs de la mode.

Pour en savoir plus sur Londres, rendez-vous sur le site de Peplum www.peplum.com

Comme toute capitale qui se respecte, Londres entretient activement sa programmation culturelle. À voir absolument en ce printemps 2014, les gouaches découpées de Matisse, les portraits religieux et allégoriques de Véronèse, ainsi que les modèles qui ont fait de l'Italie un référence en matière de mode de 1945 à aujourd'hui. L'occasion de découvrir ou de redécouvrir respectivement la Tate Modern et le quartier de la Tamise, la National Gallery et Leicester Square, ainsi que le Victoria and Albert Museum, à quinze minutes à peine de Hyde Park. La chasse (aux musées) est ouverte.

Une grande esplanade sur la Tamise. Deux entrées. À gauche, celle de l'exposition consacrée aux dernières années du peintre Henri Matisse (1869-1954). « Second floor », annonce l'ascenseur, l'équivalent du premier étage en français. Rien que la première salle est noire de monde. Noire alors que les murs de la Tate ont été blanchis à dessein. Pourquoi ? Pour respecter le contraste qu'entretenait Matisse entre support et contenu. Quelques photos révèlent que l'artiste français usait les parois immaculées de son atelier comme toile de peinture. Mis à part qu'il y collait des papiers préalablement colorés à la gouache. D'où le concept de « gouache découpée » qui caractérise les dernières années de son œuvre.

De même que les grands formats. Comment ne pas tomber en arrêt devant la « Large composition aux masques » (10m x 3m), cette œuvre-synthèse où Matisse réunit plusieurs techniques - de la peinture à la gravure en passant par le dessin -, plusieurs contraires - le visage de l'Occident, à gauche et la face de l'Orient, à droite -, plusieurs couleurs, plusieurs motifs, floraux et figuratifs. La voix du commissaire d'exposition résonne de salle en salle tant les œuvres ont été espacées. Partout, des cadres blancs, sauf autour d'une toile, « Le Dragon ». Qu'a-t-elle de particulier ? Rien de spécial si ce n'est qu'elle est conservée dans un musée berlinois qui pensait la mettre en valeur dans un pourtour or. Faute de goût évidente diront certains. Le plus étonnant demeure le vitrail accroché à la sortie de l'exposition et confronté à une étude sur papier de mêmes dimensions. Un copié-collé impressionnant de précision. Même la pluie ne saurait avoir raison de l'enthousiasme ambiant. On longe la Tamise embrumée pour découvrir une myriade de restaurants animés. Et si l'on déjeunait sur l'eau ? C'est possible dans l'un des nombreux bateaux amarrés au pied du Waterloo Bridge.

Cap sur la National Gallery, à présent, où le dépaysement est total. Adieu le noir et blanc reposant, bonjour marbres, moulures et parquet imposants. Dans ce décor grandiose, les toiles virtuoses du maître italien Véronèse (1528-1588). Né à Vérone, il devient une référence absolue pour l'aristocratie vénitienne. Parmi les commandes qui lui sont passées, des portraits de gentilshommes encore non identifiés. Un visage féminin retient l'attention, pourtant, celui de la « Bella Nani ». Cette robe en velours bleu, cette coiffe tressée serrée, ce regard perdu vers un sol absent du champ de vision. Ne les a-t-on pas déjà rencontrés quelque part ? Au Louvre, bien sûr ! Et si ce n'est pas le cas, on est tellement content de connaître la provenance de ce tableau que l'on peut enfin se concentrer sur les trésors de la National Gallery.

Le parcours se veut chrono-thématique, c'est-à-dire qu'il découpe la vie de Véronèse en autant de périodes marquées par un thème dominant son œuvre. Passés les travaux religieux de ses débuts, dont quelques « Vierge à l'Enfant », on tombe dans une salle plus petite et de forme hexagonale abritant une quadruple allégorie de l'Amour. Réalisée en 1570, cette série aurait été commandée par Rodolphe II du Saint-Empire pour orner les plafonds du château de Prague. En condamnant « L'infidélité » et « Le Dédain », l'empereur peut ainsi recommander à ses sujets « Le Respect » et l'harmonie (« L'heureuse union ») au sein d'un couple. Et la mythologie dans tout ça ? Parce que l'Antiquité s'avère peu présente, on apprécie d'autant plus les toiles qui lui sont consacrées. L'exposition s'achève sur le célèbre « Persée et Andromède » du musée des Beaux-Arts de Rennes, une représentation souvent utilisée dans les manuels scolaires.

On n'est toutefois pas prêt de retourner en enfance, au milieu des sculptures peuplant le Victoria Museum, le V&A pour les intimes. Pas question de courir dans un lieu aussi monumental que celui-ci. Ce n'est pourtant pas pour contempler Poséidon, Zeus ou Athéna, entre autres, que l'on a quitté Leceister Square, ses cinémas et ses théâtres, mais bien pour explorer l'exposition temporaire retraçant l'évolution de la mode italienne de 1945 à nos jours. Rien à voir ! Ou plutôt si, les robes révolutionnaires de Giovanni Battista Giorgini accusant, par leur éclat et leurs décolletés plongeants, la fin du nazisme ; les tenues de grandes stars américaines, les costumes de Guerre et Paix, d'Anthony et Cléopâtre tous deux filmés en Italie. Il fait sombre, au point de se croire parfois dans un véritable showroom. Manquent les mannequins se dandinant sur un podium. Pour agrandir l'espace, des miroirs où l'on se surprend souvent en train de baver devant un vêtement. La fin du parcours explique comment la mode est progressivement devenue un produit marketing. Au milieu de créations contemporaines griffées Versace, Dolce & Cabana, Marni et même Capucci, une musique de relaxation quelque peu décalée. Idéale dans le cadre d'un massage. Heureusement, un bruit de flashes prend le dessus avant de laisser la parole à diverses figures de la mode italienne. Une bande-son perturbante qui oblige que l'on ferme les écoutilles, et ouvre d'autant plus grand les yeux. Il y a plutôt intérêt si l'on veut apprécier, à cinq minutes à pied seulement, le charme bucolique de Hyde Park.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires