En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 7 heures 21 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 16 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 15 heures 52 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 18 heures 6 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 18 heures 59 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 8 heures 23 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 10 heures 38 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 17 heures 49 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 19 heures 16 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 19 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

A qui profite la question des finances locales quand elle fait irruption dans les campagnes municipales ?

Publié le 19 mars 2014
Les électeurs français ont prouvé que la lutte contre les déficits et la dette comptait largement dans leur vote. La question des finances municipales est à nouveau l'objet de toutes les attentions. Un sujet dont s'empare les candidats de Droite.
Marion Desreumaux est contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marion Desreumaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marion Desreumaux est contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les électeurs français ont prouvé que la lutte contre les déficits et la dette comptait largement dans leur vote. La question des finances municipales est à nouveau l'objet de toutes les attentions. Un sujet dont s'empare les candidats de Droite.

Des candidats interrogés sur leur intention d’augmenter ou non les impôts locaux s’ils sont élus, des maires sortants jugés principalement sur leur bilan financier, des programmes qui associent à chaque promesse des modalités de financement, des électeurs qui s’interrogent sur le bon équilibre entre les recettes et les dépenses de leur commune…  La question des finances municipales occupe une place prépondérante dans la campagne qui se déroule en ce moment pour l’élection des équipes municipales des 36 000 communes françaises. Si cette thématique n’était pas absente lors des scrutins précédents à cet échelon, elle a pris en cette année 2014 une ampleur manifeste, qui l’amène à reléguer, voire à occulter les autres sujets qui étaient jugés prioritaires il y a six ans, comme par exemple l’environnement et la qualité de vie. Alors que la Droite espère conquérir de nombreuses communes, cette focalisation sur l’équilibre des dépenses municipales et le montant des impôts locaux est-elle de nature à favoriser ses listes ?  

Europe, pays, commune : un glissement progressif de la thématique financière

Comment les finances locales sont-elles devenues le principal critère affiché du vote des Français ce dimanche ? La survenue de la crise de la dette en Europe – Grèce en tête - a mis en lumière les importants déficits publics des pays de la zone euro. La mauvaise situation financière des Etats, aggravée par le vieillissement de la population, a entraîné les pays européens dans une spirale de crise économique, sociale et budgétaire. Les agences de notation ont dès lors sanctionné des pays vivant selon elles "au-dessus de leurs moyens". Si, pour la première fois depuis 2007 et pour l’ensemble des comptes publics de la zone euro, la dette a baissé lors de l’année 2013 et si les agences de notation ont récemment maintenu le triple A de l’Union Européenne et relevé de "négative" à "stable" la perspective la concernant, la problématique de l’équilibre des dépenses publiques a depuis infusé tous les échelons de la vie politique.  

Lors de l’élection présidentielle de 2012, les Français désignaient, dans un sondage Harris Interactive/Viadeo pour M6, "la lutte contre les déficits, la dette" comme le 2ème thème de campagne ayant le plus compté dans leur vote, juste derrière l’emploi et devant même le pouvoir d’achat. L’assainissement des comptes publics était sans doute perçu par les électeurs comme une condition indispensable pour retrouver des marges de manœuvre politique, et ce toutes familles politiques confondues, quand bien même les électeurs de Nicolas Sarkozy étaient les seuls à en faire la priorité absolue. Tous les candidats avaient largement fait campagne sur ce thème, qui n’avait donc pas permis à l’époque à Nicolas Sarkozy de l’emporter. En comparaison, en 2007, selon le cahier BVA sur la séquence électorale de l’époque , seuls 4% des Français positionnaient la dette publique de la France comme le thème ayant le plus pesé sur leur vote lors de l’élection présidentielle de 2007 qui avait amené Nicolas Sarkozy au poste de Président de la République.

Cet impératif de bonne gestion est désormais descendu encore d’un cran, à l’échelle municipale. La révélation des emprunts toxiques souscrits par certaines communes a illustré les difficultés économiques rencontrées par des municipalités et symbolisé les risques pesant sur leur avenir. Dans une enquête Harris Interactive pour LCP réalisée au début du mois, les Français ont dès lors nettement mis en avant les finances publiques locales comme priorité absolue de la future équipe municipale : 92% des personnes inscrites sur les listes électorales dans une commune de plus de 1000 habitants estiment que les dépenses de la municipalité devront constituer un dossier prioritaire pour la nouvelle équipe municipale, 55% en faisant même un dossier tout à fait prioritaire. Même degré d’importance accordé aux impôts locaux : neuf personnes sur dix jugent cette question prioritaire, et même plus d’une sur deux tout à fait prioritaire. La sécurité, la promotion du développement économique et de l’emploi ou encore le maintien et la qualité des services publics arrivent dès lors derrière ces questions d’ordre financier. Et de nouveau, on constate que tous les électorats – du Front de Gauche au Front National – accordent une très grande importance à ces aspects. Relevons qu’il n’est pas seulement question de recettes, et donc d’impôts, mais aussi de dépenses, les Français apparaissant attachés à une capacité du politique à agir au niveau municipales.

Une préoccupation qui traverse tous les électorats et tout le territoire national

Si l’on regarde dans le détail, c’est également une préoccupation qui traverse tout le territoire national et concerne toutes les communes, quelle que soit leur taille (de 87% à 97% de caractère prioritaire pour les dépenses de la municipalité, et de 86% à 98% pour les impôts locaux selon la taille de la commune). L’institut CSA a d’ailleurs réalisé au cours des derniers mois pour BFMTV, le Figaro et Orange des sondages au niveau national et dans de nombreuses communes. Et dans toutes les villes sondées, le montant des impôts locaux fait partie du top 3 des priorités des habitants :

> Au niveau national : 48% (1ère position)

> Hénin-Beaumont : 55% (1ère position)

> Reims : 39% (1ère position)

> Béziers : 39% (2ème position)

> Pau : 33% (2ème position)

> Paris: 36% (3ème position)

> Strasbourg : 30% (2ème position)

> Marseille : 30% (3ème position)

> Lille : 27% (3ème position)

> Bordeaux : 26% (3ème position)

A titre de comparaison, notons que selon un sondage Ipsos réalisé les 7 et 8 mars 2008 pour  France 2, France Inter, 20 Minutes et le Point, « seuls » 26% des Français plaçaient lors des dernières élections municipales l’évolution du niveau des impôts locaux  parmi les thèmes ayant le plus joué dans leur vote, derrière l’environnement, le cadre de vie et la propreté de la ville, les écoles et les crèches, le développement économique, la sécurité des biens et des personnes ou encore le maintien des services publics et des commerces.  Autant de thèmes qui se retrouvent aujourd’hui souvent secondarisés par rapport à la question des finances locales.

Des solutions privilégiées par les Français qui traduisent en creux une interpellation sur le rôle et la responsabilité des élus municipaux

Plus précisément, qu’attendent les Français de leur municipalité à ce sujet ? Selon le baromètre Harris Interactive pour LCP dédié aux élections municipales, une absence d’augmentation, et même majoritairement une réduction, des impôts locaux et des dépenses de la municipalité. 57% pensent qu’il faut réduire les premiers, et 55% les secondes. Les électorats UMP et FN défendent particulièrement ces deux évolutions. Les électeurs potentiels du Front de Gauche et du PS espèrent quant à eux une réduction des impôts locaux (62% et 53%) mais sans que cela entraîne une baisse des dépenses municipales (39% et 43%).

Parmi les différentes pistes proposées pour réduire les dépenses municipales, les personnes interrogées se déclarent avant tout favorables à une réduction des frais liés aux évènements publics de la municipalité (84%) ainsi qu’à une réduction des indemnités des élus (84%). Ces deux premières mesures qui font consensus démontrent sans doute en creux la confiance également en repli envers les élus municipaux, soupçonnés des mêmes excès que les élus nationaux. Le maire, qui jusqu’à présent était perçu comme une figure de proximité honnête et fiable, est de plus en plus comparé aux élus nationaux, et subit une érosion de sa courbe de confiance (57%, -4 points, dans le dernier baromètre de la concertation locale et de la décision publique mené par Res Publica). Plus de six répondants sur dix (63%) se déclarent également favorables au fait de réduire le nombre d’employés municipaux. Ce chiffre est quant à lui sans doute davantage le reflet d’une interrogation sur les compétences municipales et leur chevauchement avec d’autres institutions. Une autre solution plébiscitée par une majorité de répondants consiste à revendre des bâtiments ou terrains municipaux (71%, dont 21% tout à fait favorables). D’autres solutions suscitent des réactions plus partagées comme le fait de réduire les subventions accordées à des associations (51%, dont 19% tout à fait) ou d’augmenter le nombre d’heures travaillées par les employés municipaux sans augmenter leur salaire (50%, dont 19% tout à fait). Ces pistes plaisent aux électeurs de Droite (respectivement 57% et 65%) mais ne reçoivent l’assentiment que d’une personne sur trois ayant l’intention de voter pour une liste PS.

La réduction du nombre des employés municipaux ou la diminution des émoluments des élus ne doivent cependant pas s’accompagner d’une détérioration des services municipaux. En effet, seuls 34% des personnes qui veulent voir diminuer les dépenses municipales sont favorables à la réduction des frais liés au réseau de télécommunications, 31% à un moindre entretien de l’espace public et seuls 23% à une réduction des services proposés par la commune. Aucune famille politique ne soutient majoritairement ces mesures. Ces réponses dévoilent toute l’ambiguïté des Français qui appellent de leurs vœux une réduction des dépenses à l’échelle municipale sans que cela n’entame la qualité de vie dans leur commune.

Un bénéfice potentiel pour la Droite ?

Cette importance accordée à une bonne gestion publique à l’échelle communale est-elle susceptible de profiter aux listes de Droite lors du scrutin à venir ? Au regard des données observées dans les enquêtes précédemment citées, on peut en douter. En matière de dépenses de la municipalité, 19% des Français résidant dans une commune de plus de 1000 habitants estiment préférable pour améliorer la situation dans leur commune d’avoir un maire de Droite, contre 14% un maire de Gauche, 6% un maire du Centre, 9% un maire sans étiquette quand 52% estiment que la couleur politique du maire importe peu sur cette question. Concernant les impôts locaux, 22% plébiscitent un maire de Droite, contre 15% un maire de Gauche, 4% un maire centriste, 10% un maire sans étiquette, quand 49% considèrent que cela fait peu de différence. Bien entendu, chaque électorat a tendance à favoriser un peu plus sa famille politique.

S’il y a une légère prime à la Droite sur ces questions, elle apparaît trop ténue pour avoir un impact important sur l’issue du scrutin et la Droite n’est, semble-t-il, pas parvenue à capitaliser sur ce point. Notons d’ailleurs qu’interrogés sur leur satisfaction à l’égard de l’équipe sortante concernant les dépenses de la commune, 61% des Français se déclarent satisfaits, cette proportion étant un peu plus forte lorsque le Maire appartient à la Droite qu’à la Gauche (60% contre 54%) mais apparaissant avant tout dépendre de la taille de la commune. Ainsi, ce sont dans les petites communes, qui le plus souvent ont un maire "sans étiquette", que le taux de satisfaction est nettement plus élevé (66% dans les communes de 1000 à 2000 habitants, 72% pour les maires sans affiliation politique).

Ayant pris conscience de l’importance de cette focale dans le choix des électeurs, nombre de candidats de Droite agitent le chiffon rouge pour dénoncer la politique "dispendieuse" des maires de Gauche. Toutefois, et en dépit de l’importance croissante accordée à ce thème par les électeurs, il n’est pas certain que la question des dépenses municipales puisse, à elle seule, faire basculer des scrutins locaux en faveur des listes de Droite. En effet, la Droite bénéficie sur cette question d’un moindre bénéfice d’image que sur les questions d’économie ou de sécurité qui demeurent centrales (30% des électeurs jugent préférable pour la sécurité un maire de Droite contre 10% un maire de Gauche), quand la Gauche peut se prévaloir selon les Français de mieux faire en matière de logement, d’actions sociales et d’activités culturelles et sportives. Déjà en 2010 ou en 2012, alors que la Droite avait tenté de faire pour partie campagne sur ce thème, l’impact sur les Français n’avait guère été manifeste en termes de comportement électoral. Bien que centrale, la question des dépenses municipales ne pourra donc être la seule explication à un succès de la Droite dimanche prochain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 20/03/2014 - 01:15
Libre Choix
L'inconvénient habituel des municipales, c'est d'être utilisées par les électeurs pour donner leur avis global sur la politique de la majorité au pouvoir...
Par chance, cette fois-ci, ce ne sera pas nécessaire : nous aurons ensuite les élections, à la proportionnelle, le 25 Mai de l'institution où se prennent désormais les vraies décisions...
Ce sera au nouveau parlement européen, fort d'un raz-de-marée de changement, de s'imposer face aux fonctionnaires non-élus et de créer un ''Printemps Européen'' !
Dernier chiffre entendu à la télé : en Angleterre, les 5 anglais les plus riches (la reine n'est que 160ème) possèdent une fortune équivalente à celle des 12 millions les plus pauvres !
Dans le futur, les livres d'histoire seront très sévères devant notre passivité et notre aveuglement à l'égard d'autant d'absurdité inacceptable !
pemmore
- 19/03/2014 - 15:34
Il y a tellement de dépenses inutiles qu'on peut tailler dedans,
la ils viennent d'inventer un nouveau métier, nettoyeurs de panneaux de rues, 2 mecs un fourgon qui bloque la rue et on nettoye un par un juché sur une échelle.
Il a aussi tous les ralentisseurs, les peintures d'emplacement de parking, la nouvelle mairie qu'on construit, mais on ne revend pas l'ancienne, le goudronnage de chemins de terre ou passent 10 personnes par jour
Et puis tout ce personnel qu'on n'a jamais vu travailler, chez-moi sur 15 on n'en connait que deux.
Normal leur taff a été mis à la communauté de communes, ils doivent glander dans un bureau derrière.
vangog
- 19/03/2014 - 13:58
@ ignace Tous les Maires des partis archaiques ont
augmenté conjointement les dettes de leur commune et leurs impôts d'environ 4% depuis trente ans, ce qui fait près de 8% d'augmentation du budget communal par an!
Nimporte quelle entreprise augmentant de 8% son chiffre d'affaires est "bonne" avec ses clients et "bonne" avec ses salariés...
Tout le monde est content, jusqu'au jour où...l'entreprise ne peut plus rembourser ses investissements, car elle a fait trop de dettes et ses prix sont trop élevés par rapport à la concurrence!
Voila ce qui arrive à toutes les communes gerées par droite et gauche: elles sont "bonnes" avec leurs administrés, mais deviennent dangereuses car elles ont depassé le point Laffer de leurs dettes et impôts...
Et voila ce que dénonce le FN, qui n'en est pas à sa première anticipation des problèmes de la France!