En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Peplum.com
Atlantico Grand Large

Sardaigne : un hôtel d'exception conçu dans les règles de l'art

Publié le 06 mars 2014
Au cœur de la Sardaigne, le Su Gologone. Un hôtel prestigieux où cohabitent des dizaines d’œuvres d’art. De la décoration à la cuisine, un séjour au Su Gologone n’est autre qu’une véritable exposition.
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quentin Desurmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président fondateur de Peplum, créateur de voyages sur-mesure de luxe, Quentin Desurmont agit activement pour l’entreprenariat. Il a fait partie de la délégation du G20 YES à Moscou en 2013 et  à Mexico en 2012, est membre de Croissance + et des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cœur de la Sardaigne, le Su Gologone. Un hôtel prestigieux où cohabitent des dizaines d’œuvres d’art. De la décoration à la cuisine, un séjour au Su Gologone n’est autre qu’une véritable exposition.

Pour en savoir plus sur la Sardaigne, rendez-vous sur le site de Peplum

Qu'est-ce l'art ? À cette question, Aristote répondait par la distinction entre l'artisanat, action à vocation pratique, et la poésie, action qui se confond avec sa propre fin. À cette question, le Su Gologone pourrait répondre en tant que véritable caverne aux merveilles. Si les esthètes recherchent la beauté partout où ils vont, dans ce somptueux hôtel de Sardaigne, pas besoin de fouiller, elle est omniprésente. L'architecture, la décoration, le jardinage, la cuisine, tout ce qui défile sous le regard y passe aisément pour de l'art.

L' « exposition » commence dans les chambres. On pose ses valises pour tomber sur une collection d'objets étonnants. Dans les suites dites « du berger », on éprouve la sensation d'être en pleine campagne à veiller sur quelques troupeaux. Leur rusticité tient au choix des matériaux tels la résine, le genévrier qui coure au plafond sous forme de poutres et l'orbace, un tissu de laine épaisse typiquement sarde. Les points forts des « Art suites » : un jardin privé, une baignoire « à l'ancienne » campée à l'extérieur et une grande baie vitrée laissant entrer le parfum des herbes aromatiques et le chant des cigales. Quant aux « Art Junior Suites », qui dominent l'établissement, elles sont toutes dédiées à un grand artiste sarde du XXe siècle. Ainsi l'œuvre de Francesco Ciusa, considéré comme le premier sculpteur de l'île, de Federico Melis, Giuseppe Biasi ou encore Edina Altara, entre autres, habite les lieux. De manière générale, les meubles du Su Gologone sont fabriqués par des ébénistes locaux ; et les broderies, par des femmes d'Oliena, le village le plus proche (à 7 km).


Direction le potager, la plus grande fierté du Su Gologone. L'un des moyens les plus faciles pour y accéder, c'est par la « terrasse des rêves », un espace entièrement meublé de violet et qui doit son nom à son panorama sur le mont Corrasi. Le réalisateur John Huston fut tellement subjugué par ce point de vue qu'il y tourna quelques scènes de « La Bible », avec la belle Ava Gardner, en 1966. De mai à septembre, des télescopes poussent, une fois par semaine, sur cette plateforme originale, pour alimenter des discussions liées à l'astronomie ; des discussions qui se prolongent parfois jusqu'à trois heures du matin, où des milliers de leds brillent comme autant de lucioles dans l'obscurité.

On arrive enfin au potager, dont la visite se divise en trois volets. Au parcours « aromatique » succède l'inventaire des fruits et légumes cultivés, des figues de Barbarie, aux oliviers d'Espagne, en passant par les géraniums, les hortensias et les bougainvilliers dont les pétales servent à orner les assiettes du restaurant du Su Gologone. Chaque herbe défend un triple nom, italien, sarde et latin. Il suffit d'en pointer une du doigt pour se voir proposer de la gouter en infusion au bar del Tablao. Cette terrasse mitoyenne est également la halte préférée des promeneurs intrigués par sa carte de quinze eaux de vie différentes. Quant au « potager Tex Willer », il est dédié au personnage sarde du même nom. Un personnage que le dessinateur Aurelio Galleppini plonge dans des paysages semblables aux déserts du Far West. Un hommage qui s'apparente plus à une installation artistique qu'à un chef-d'œuvre agricole.

C'est un art à l'état pur que nous sert le Su Gologone, un art total qui affleure derrière les fourneaux, dans le jardin, ainsi qu'à la cave où se déroulent, chaque semaine, des dégustations en tout genre. On s'assoit à une table de douze places, sur un tabouret en liège directement fixé à la roche. On a l'impression de remonter dans le temps. Une impression confortée par la présence d'ustensiles datant du siècle dernier. Le meilleur des produits sardes reposent dans cette cave fermée par une authentique porte de prison : le vin Cannonau, le plus ancien de tout le bassin Méditerranéen, et le Nepente, ainsi nommé en 1909 par D’Annunzio dans un guide de bistrots italiens. Quant à l’huile d’Oliena, elle était déjà célèbre au XVIIe siècle, lorsque les jésuites enseignaient à leurs disciples la culture de l'olivier. À déguster de préférence avec une miche de pain « pétrie maison ». 

Et si l'on mettait la main à la pâte ? C'est le cas de le dire. On rejoint la « Corte De Su Re », la cour du roi, où se tiennent régulièrement, de juin à septembre, des cours d'initiation à l'art de la cuisine. Tout, y compris le temps, semble s'y être arrêté : les pierres pavant le sol, les tuiles sur les toits, les tables en bois flanquées de besaces en cuir, les assiettes en fer émaillées de couleurs vives. Tout le goût de la tradition loge dans ce four à carasau, pain traditionnel qu'ont le privilège de rompre les seuls témoins de sa cuisson. On observe attentivement les ménagères du village en costumes traditionnels s'atteler à diverses recettes. L'appétit vient aussi en regardant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

04.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

05.

Pourquoi le sectarisme flambe

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires