En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 12 heures 55 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 13 heures 56 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 14 heures 31 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 16 heures 21 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 16 heures 59 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 17 heures 53 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 13 heures 43 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 14 heures 15 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 16 heures 6 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 16 heures 42 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 19 heures 12 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 8 heures
© Capture d'écran /// ICES
© Capture d'écran /// ICES
Culture

1919-1920, années fatales pour les empires européens

Les 14 et 15 novembre 2019, l’ICES de l’université Paris-Sorbonne et le département de Vendée ont organisé un colloque consacré aux “Conséquences politiques, économiques et sociales de la Grande Guerre (1919-1923)“. Storiavoce vous propose une série en trois parties. Cette deuxième partie est consacrée aux empires austro-hongrois et ottoman.
Publié le 10/12/2019
Durée : 42 minutes
Chroniqueur :
Storiavoce
Pour profiter des podcasts en intégralité, vous devez être abonné à Atlantico.

Pour écouter l’émission, appuyez sur la touche “Ecouter” ci-dessous ou téléchargez le fichier audio en cliquant sur l’icône “Télécharger” à droite du player (flèche vers le bas). L’émission est aussi disponible en bas de page sur Youtube. Durée totale de l’émission: 36’37.

Les 14 et 15 novembre 2019, l’ICES, le Centre Roland Mousnier de l’université Paris-Sorbonne et le département de Vendée ont organisé un colloque consacré aux “Conséquences politiques, économiques et sociales de la Grande Guerre (1919-1923)“. Placé sous la direction de Jean-Paul Bled, professeur émérite à Sorbonne-Université et Jean-Pierre Deschodt, HDR, directeur du département Histoire de l’ICES, il a réuni près de quarante historiens et spécialistes de la période. Storiavoce vous propose une série en trois parties reprenant à chaque fois deux interventions. Après avoir traité du rôle du Président Wilson dans l’élaboration des traités et de la critique de la paix par John-Maynard Keynes, cette deuxième partie est consacrée aux empires austro-hongrois et ottoman. Hélène de Lauzun, ancienne élève de l’ENS et docteur en Histoire, présente le Traité de Saint-Germain et la succession de la Double Monarchie. Trancrède Josseran aborde, quant à lui, le Traité de Sèvres et la question ottomane.

Les intervenants : Tancrède Josseran est diplômé en Histoire de Paris-IV Sorbonne et attaché de recherche à l’Institut de Stratégie Comparée (ISC). Spécialiste de la Turquie, il est auteur de La Nouvelle puissance turque… L’adieu à Mustapha Kemal (Ellipses, 2010). Il a reçu pour cet ouvrage le prix Anteois du festival de géopolitique et de géoéconomie de Grenoble. Il est aussi co-auteur d’une Géopolitique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (PUF, 2012) et l’auteur de plusieurs articles sur l’empire ottoman; la Turquie et la Syrie. Hélène de Lauzun est ancienne élève de l’ENS Ulm et agrégée d’Histoire. Docteur en Histoire, elle a consacré sa thèse à La question autrichienne en France dans les années trente.

Avec l’aimable autorisation de l’ICES.

Présentation du colloque:

Au moment où l’Allemagne capitula à Rethondes le 11 novembre 1918, la solidarité des Alliés était déjà compromise. La France revendiquait un poids supérieur dans les opérations militaires menées contre les puissances centrales.

Dans leur immense majorité, les Français ont supporté la dure épreuve des privations et des souffrances. Au lendemain de la Guerre, le bilan était toutefois terrible… La France comptait 1 400 000 morts ou disparus, soit 10% de la population active, et 2 800 000 blessés. Parmi ces derniers, près de la moitié avaient été touchés au moins à deux reprises. Outre les pertes humaines, les destructions matérielles s’élevaient à 4 250 000 hectares ravagés, 222 000 maisons réduites en cendres, 4 800 km de voies ferrées et 58 000 km de routes à restaurer, 22 900 usines à reconstruire, 330 millions de m3 de tranchées à combler enfin. La reconstruction allait être longue et difficile. La France avait besoin de bras. Les immenses dommages posaient la question de leur indemnisation. Leur montant s’élevait selon une estimation de John M. Keynes à 20 milliards de francs or. Mais, tout compte dûment fait, il fallut y ajouter 15 milliards. Se posa également la question de savoir qui devait assurer le paiement de ces réparations. Au lendemain de l’Armistice, les Français étaient convaincus que l’Allemagne devait rembourser l’intégralité du montant du préjudice : « Le boche paiera … » disait-on volontiers. Pour autant, les plus lucides pressentaient que les réparations seraient difficiles à obtenir. De manière générale, l’Europe sortait épuisée de ce conflit, la main d’œuvre ayant été décimée puisqu’on déplorait près de 19 millions de morts. Les matières premières étaient inexploitables, l’outillage inutilisable, et les communications détruites. La belligérance ayant épuisé les ressources du pays, la priorité était à la reconstitution des forces matérielles et sociales, ce qui portait au premier plan les solutions politiques parfois idéologiques. La réédification de l’Europe serait sans aucun doute coûteuse. Voulant dépasser l’affrontement fratricide des peuples, beaucoup aspiraient à la création d’une œuvre pacificatrice. Le « pacte de la Société des Nations » posa, sous l’influence de Wilson, les principes d’un ordre international nouveau. La paix comme but de guerre ! Cette paix retrouvée à Versailles s’avérait-elle avantageuse ? N’était-elle pas imparfaite ? Devait-elle prôner la simple coexistence entre les nations ? La paix révolutionnaire constituait-elle une solution possible ? Comment célébrer ce moment tant attendu par tous les belligérants ? Ces événements considérables ne vont pas sans poser évidemment la question majeure de l’après-guerre, question que l’on pourrait formuler ainsi : « Les conséquences politiques, économiques et sociales de la Grande Guerre ». C’est à ce sujet essentiel que le colloque international qui se tiendra à l’ICES les 14 et 15 novembre – colloque organisé conjointement par le CRICES (centre de recherche de l’ICES) et l’UMR Roland Mousnier (CNRS – Université Paris-Sorbonne) s’efforcera de répondre.

Comité scientifique :

Jean-Paul Bled, professeur émérite à Sorbonne Université
Jean-Pierre Deschodt, HDR, directeur du département Histoire de l’ICES

Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires