© Domaine public
Culture
Charles Quint ou la fin des temps
L'empereur Charles Quint vit une époque qui sait le glorifier, mais ce personnage impénétrable cachait en lui une peur face au tragique de l’histoire. Dans cette émission de Storiavoce, en partenariat avec Atlantico, l'historien Denis Crouzet dresse le portrait psychologique de ce personnage hors du commun. Il est interrogé par Christophe Dickès.
Publié le 21/11/2018
Durée : 42 minutes
Pour profiter des podcasts en intégralité, vous devez être abonné à Atlantico.

Nous sommes le 25 octobre 1555, le vieil empereur Charles Quint s’adresse à la Cour impériale dans son palais bruxellois : « Je me sens maintenant si fatigué, dit-il, que je ne saurais vous être d’aucun secours, comme vous le voyez vous-même. Epuisé et brisé comme je le suis, j’aurais des comptes à rendre à Dieu et aux hommes si je ne renonçais à gouverner. » Dans les anciens royaumes chrétiens, le souverain tenait son pouvoir de Dieu si bien que l’abdication consistait à renoncer à une fonction dont le prince n’était pas le maître. A l’époque moderne, alors que l’homme commençait à dominer la nature, à maîtriser les espaces dans le prolongement des grandes découvertes, se répandait ce sentiment que les espagnols appelaient le desengaño. Le mot exprimait « une distance vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis de ses actes, la conviction d’une insuffisance inhérente à l’état de créature. » (J. le Brun) D’où le renoncement au monde dans le sens quasi biblique du terme, là où se révèle le vrai visage de Dieu. L’auditeur nous pardonnera de commencer cette émission par la fin, c’est-à-dire par l’abdication de Charles Quint et par son retrait du monde. Un monde qui s’en va lui-même puisque la chrétienté n’est plus… Certes, l’empereur Charles Quint vit une époque qui sait le glorifier, mais ce personnage impénétrable cachait en lui une peur face au tragique de l’histoire : « Une épreuve dramatique toujours recommencée, durant laquelle ce qui a été gagné est sous tension d’être perdu, bien vite. ». Ces derniers mots sont de Denis Crouzet. Ils sont tirés de son dernier livre Charles Quint Empereur d’une fin des temps. Un portrait psychologique d’un personnage hors du commun et qui se concentre sur une période décisive de son règne: la bataille de Mülhberg, symbole paradoxal d’une victoire inutile du catholicisme, contre les princes luthériens. Un entretien avec Christophe Dickès.

L’invité: Historien moderniste, Denis Crouzet est professeur à l’université Paris IV-Sorbonne. Spécialiste du XVIe siècle, de la violence et des troubles religieux ainsi que de l’histoire des mentalités et de l’imaginaire, il est l’auteur de multiples ouvrages. Il vient de publier chez Odile Jacob Charles Quint Empereur d’une fin des temps. Denis Crouzet a dirigé entre autres les travaux de Marie Barral-Baron que nos auditeurs peuvent retrouver sur Storiavoce à propos d’Erasme.

Attention, la vidéo ci-dessous est une reprise de l’enregistrement audio. l’image est donc fixe.

Retrouvez le podcast de l'émission sur le site de Storiavoce

Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires