En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 1 heure 24 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 32 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 1 heure 44 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 13 heures 42 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 56 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 15 heures 15 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 59 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 16 heures 49 min
Crise ouverte

Dette américaine : Obama s'inquiète et pousse les Républicains au vote

Publié le 09 octobre 2013
Le président américain a notamment estimé, mardi, qu'un défaut de paiement serait "bien pire" que la paralysie actuelle de l'Etat.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain a notamment estimé, mardi, qu'un défaut de paiement serait "bien pire" que la paralysie actuelle de l'Etat.

Une semaine. Cela fait une semaine que l'Etat américain est complètement paralysé. En cause : l'incapacité pour les Démocrates et les Républicains à trouver un accord sur le budget. Mais pour le moment les négociations n'ont toujours pas avancées. Face à ce constat d'échec, Barack Obama n'en peut plus. Ce mardi, le président américain a une nouvelle fois appelée ses adversaires républicains à voter ce fameux budget. A huit jours de l'échéance d'un éventuel défaut de paiement aux conséquences planétaires, Barack Obama est prêt à faire quelques concessions. Afin d'écarter cette "menace"  d'un défaut de paiement qui serait "bien pire" que la paralysie actuelle de l'Etat, le chef de l'Etat a ainsi laissé la porte ouverte à un accord à court terme. Une fois les votes sur le budget et la dette acquis, il est disposé à négocier sur les dépenses de l'Etat, offrant même de coucher cette promesse sur le papier.

"Écartons la menace qui pèse sur les Américains et nos entreprises, et au travail", a-t-il affirmé lors d'une longue conférence de presse. "Nous ne pouvons pas faire de l'extorsion une composante de notre démocratie. La démocratie ne fonctionne pas ainsi. Et ce n'est pas seulement pour moi, c'est aussi pour mes successeurs", a-t-il martelé en s'adressant directement aux Républicains. Pour rappel, passée l'échéance du 17 octobre, et faute d'un relèvement du plafond légal de la dette (actuellement à 16 700 milliards de dollars) par le Congrès, les Etats-Unis ne pourront plus emprunter sur les marchés obligataires ni rembourser certains créanciers. Une situation que veut à tout pris éviter Barack Obama.

Le blocage parlementaire lié aux négociations sur le budget a totalement paralysé l'administration américaine, mettant au chômage technique 800 000 fonctionnaires. L'économie américaine s'en trouve affectée, le tourisme étant, par exemple, particulièrement touché par le shutdown - les musées et les monuments ne peuvent notamment plus être visités. Mais cette crise de la dette américaine inquiète aussi à l'étranger. En effet, au cours de sa conférence, Barack Obama a reconnu que la crise à Washington rendait les créanciers étrangers "nerveux".  "Ils ne font pas seulement attention à ce que je dis. Ils font aussi attention à ce que fait le Congrès", a-t-il insisté. Dès lors, le monde entier a la date butoir du 17 octobre en tête et espère qu'un accord sera trouvé d'ici là.

 

Vu sur : Lu sur BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires