En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 min 51 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 29 min 59 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 3 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 18 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 19 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 28 min 31 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 1 heure 34 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 7 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 3 heures 22 sec
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 56 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
"Réveil républicain"

Discours sur les séparatismes : associations, école, laïcité... retrouvez les principales annonces d'Emmanuel Macron

Publié le 02 octobre 2020
Emmanuel Macron a présenté les grandes lignes du projet de loi contre les séparatismes, qui vise principalement à lutter contre l'islam politique et l'islam radical. La loi sera présentée au début du mois de décembre en Conseil des ministres, puis en janvier à l'Assemblée nationale.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a présenté les grandes lignes du projet de loi contre les séparatismes, qui vise principalement à lutter contre l'islam politique et l'islam radical. La loi sera présentée au début du mois de décembre en Conseil des ministres, puis en janvier à l'Assemblée nationale.

Emmanuel Macron s'est exprimé ce vendredi 2 octobre depuis la ville des Mureaux sur la lutte contre les séparatismes. Le chef de l'Etat a détaillé lors de son discours cinq piliers de son action contre les "séparatismes". Il est revenu sur cette notion de séparatisme : 

"Ce à quoi nous devons nous attaquer, c'est le séparatisme islamiste. C'est le cœur du sujet [...] Notre horizon est simple : c'est assurer une présence républicaine au bas de chaque tour, au bas de chaque immeuble, là où nous avions reculé". 

Le chef de l'Etat a indiqué que cet "islamisme radical" a "une volonté revendiquée, affichée, une organisation méthodique, pour contrevenir aux lois de la public et créer un ordre parallèle". Emmanuel Macron estime que le "but final" de cette "idéologie" est de "prendre le contrôle complet" de la société, et de "rejeter la liberté d'expression, la liberté de conscience, le droit au blasphème".

Le président de la République est revenu sur la situation actuelle et sur les enjeux de cette question au sein de la société française : 

"Nous avons nous mêmes construit notre propre séparatismes. C'est celui de nos quartiers. C'est la ghettoïsation. [...] Nous avons construit une concentration de la misère et des difficultés et nous le savons très bien. Nous avons concentré les populations souvent en fonction de leur origine, de leurs milieux sociaux. Nous avons concentré les difficultés éducatives, économiques dans certains quartiers de la République. Nous n'avons pas pu suffisamment recréer la mixité. Et surtout, nous n'avons pas réussi à aller aussi vite que ce phénomène en termes de mobilité éducative et sociale. Nous avons créé des quartiers où la promesse de la République n'a plus été tenue. [...] Aujourd'hui, à court terme, il nous faut reconquérir tout ce que la République a laissé faire et qui a conduit une partie de notre ou nos citoyens à être attirés par cet islam radical. Et il nous faut aussi revenir sur nos propres traumatismes et nos propres insuffisances pour en quelque sorte, ouvrir ce livre."

Emmanuel Macron estime que certains "traumatismes" du "passé colonial" de la France n'ont "toujours pas été réglés" :

"Nous voyons des enfants de la République, parfois d'ailleurs, enfants ou petits enfants, de citoyens aujourd'hui issus de l'immigration et venus du Maghreb, de l'Afrique subsaharienne, revisiter leur identité par un discours post-colonial, colonial". 

Emmanuel Macron considère que certains jeunes "tombent dans le piège méthodique de certains qui utilisent ce discours" et qui forment une "haine" contre la République.

Le chef de l'Etat estime que l'islam vit "une crise profonde" partout dans le monde.

"Je veux qu'il n'y ait aucune confusion ni aucun amalgame. Aucune de ces réalités ne doit être écrasée l'une sur l'autre. Mais force est de constater qu'il y a un islamisme radical qui conduit à nier les lois de la République (...). Ce qui est aujourd'hui notre défi, c'est de lutter contre la dérive de certains au nom de la religion, en veillant à ce que ne soient pas visés ceux qui veulent croire en l'islam et sont pleinement citoyens de notre République et au fond, depuis des années."

Le financement des associations sera plus contrôlé : 

"Toute association sollicitant une subvention auprès de l'État ou d'une collectivité territoriale devra signer un contrat de respect des valeurs de la République et des exigences minimales de la vie en société, pour reprendre la formule du Conseil constitutionnel. Si le contrat est rompu, ses responsables devront rembourser, car il est nécessaire que l'argent public ne serve pas à financer les séparatistes. Il sera permis de dissoudre les associations et assumer que, en vertu de nos principes républicains et sans attendre le pire, on puisse dissoudre des associations dont il est établi qu'elles portent des messages qui contreviennent à nos lois et nos principes".

Emmanuel Macron a présenté une nouvelle mesure concernant l'éducation et l'école : 

"Dès la rentrée 2021, l'instruction à l'école sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans. L'instruction à domicile sera strictement limitée, notamment aux impératifs de santé. Les écoles hors contrat feront l'objet d'un encadrement encore renforcé [...] sur le parcours des personnels, le contenu pédagogique des enseignements, l'origine des financements".

Emmanuel Macron a précisé que "l'instruction à domicile" sera désormais "strictement limitée, notamment aux impératifs de santé. C'est une nécessité". Cette mesure doit permettre de s'attaquer au problème des élèves déscolarisés et parfois intégrés dans "des structures qui ne sont nullement déclarées" où des prières ont lieu à la place des cours.

Le chef de l'Etat veut "enseigner davantage la langue arabe à l'école ou dans un périscolaire que nous maîtrisons". 

La formation des imams va évoluer en France également : 

"La première influence qu'on a décidé de réduire en concertation avec les pays, c'est l'organisation même de l'islam consulaire. Nous avons décidé de mettre fin à ce système de manière totalement apaisée avec les pays d'origine et en transition, c'est à dire sur quatre ans en moyenne. Nous allons nous mêmes former nos imams en France. L'islam consulaire nourrit des rivalités, des dysfonctionnements, mais surtout il continue de faire porter ce surmoi post-colonial que j'évoquais par ailleurs avec énormément d'ambiguïtés. Et il ne permet pas à la structuration de cette religion dans notre pays d'avancer comme il faut."

Un label de formation des imams en France va être mis en place avec des certifications, "une charte dont le non-respect entraînera révocation". Ce travail incombera au Conseil français du culte musulman.

Un Institut scientifique d'islamolgie sera créé : 

"Nous soutiendrons à hauteur de 10 millions d'euros les initiatives qui seront prises par la Fondation pour l'islam de France en matière de culture, d'histoire et de sciences. Je pense en particulier au développement des d'études islamiques de haut niveau à l'université. J'ai décidé que nous allons créer un institut scientifique d'islamologie. Nous créerons des postes supplémentaires dans l'enseignement supérieur pour continuer le travail en matière de recherche sur la civilisation musulmane, mais aussi sur le bassin méditerranéen et l'Afrique."

Emmanuel Macron a donc présenté les grandes lignes du projet de loi contre les séparatismes, qui vise principalement à lutter contre l'islam politique et l'islam radical. La loi sera présentée au début du mois de décembre en Conseil des ministres, puis en janvier à l'Assemblée nationale.

Vu sur : Franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 05/10/2020 - 15:44
Il faut leur apprendre ''le français''!
Au lieu de faire apprendre l'arabe aux Français, il vaudrait mieux faire apprendre ''le français'' aux musulmans! Les enseignants du secondaire se plaignent que leurs élèves ne maîtrisent pas ''le français''.. Dans les rues de ma ville, je n'entends pas beaucoup parler ''le français'', il me semble que je suis encore en Algérie: en 1957,je voyais moins de ''femmes voilées'' dans les rues d'Alger que dans les rues de ma ville, ici, en ''Métropole''!..
lasenorita
- 04/10/2020 - 14:07
Les musulmans doivent RESTER dans ''leur'' pays!
Les musulmans ont tué et torturé des milliers de ''civils innocents'' afin que ''leur'' pays soit ''indépendant'', ils ont chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ils ont ''nationalisé'' leurs biens! Le F.L.N. a tué davantage de musulmans que l'armée française! Pendant ''la guerre d'Algérie'', notre armée a tué 150.000 soi-disant ''martyrs'', qui étaient des terroristes, des ASSASSINS, des tortionnaires, des meurtriers tandis que le F.L.N. a tué 200.000 Algériens ''innocents'', qui ne voulaient pas obéir au F.L.N., tels 300 malheureux musulmans à Mélouza le 28 mai 1957,les 2150 Algériens à Michelet, les 330 Algériens tués en Métropole d'avril à octobre 1957,les 150.000 Harkis ''désarmés''.. on retrouvait ces victimes du F.L.N. égorgées, éventrées, émasculées, nez, bouches, oreilles, membres coupés, etc.. Depuis ''l'indépendance'' de l'Algérie:200.000 Algériens ont été tués par d'autres Algériens!. .Les membres du F.L.N. ,qui gouvernent en Algérie, enlèvent, torturent, emprisonnent ceux qui ne les approuvent pas! avec ses ''commandos de la mort'', le F.L.N. gouverne en répandant la terreur parmi la population! En 1956,les mères de mes élèves musulmanes en avaient peur!.
LOTHARINGIEN 31
- 03/10/2020 - 09:22
colonisation
certains , traduits devant les tribunaux , osaient parler de "grand remplacement" .
En fait il faut constater une colonisation de peuplement de notre Pays par des étrangers , majoritairement musulmans, souvent en situation irrégulière (ça ne dure pas , ils sont vite régularisés , obtiennent tous "leurs"droits , et font venir toute la famille grands parents inclus.
La polygamie permet à certains "Français" -ou pas- de pondre 50 ou 60 enfants ( cf articles du JDD) et d'engranger des dizaines de milliers d'euros sans travailler autrement qu'en relevant les compteurs chez leurs épouses ..D'autres reconnaissent à tout de bras ( contre forte rémunération) des enfants qu'ils n'ont pas engendrés , ce qui permet à des dames étrangères d'origine africaine très souvent, de voir l'ouverture de "droits" en tant que mères de jeunes "Français"..
Récemment , dans une rame de métro à Toulouse : une quarantaine de voyageurs , deux européens , ma femme et moi.... On se sent minoritaires dans notre propre pays .
Annonces du métro par h.p. en français et en occitan .. Plus personne ne parle occitan, peu comprennent le français .. Feraient mieux de les faire en arabe ou en oualof ...