En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 20 min 39 sec
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 5 heures 5 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 5 heures 51 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 19 heures 28 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 22 heures 47 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 4 heures 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 22 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 1 jour 55 min
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
Campagne des municipales

Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris

Publié le 27 mai 2020
L’ancienne ministre de la Santé, candidate LREM à Paris, est sortie de son silence, deux mois après ses révélations sur la campagne des municipales et sur le Covid-19. Agnès Buzyn a accordé un long entretien à la rédaction du Figaro.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ancienne ministre de la Santé, candidate LREM à Paris, est sortie de son silence, deux mois après ses révélations sur la campagne des municipales et sur le Covid-19. Agnès Buzyn a accordé un long entretien à la rédaction du Figaro.

Agnès Buzyn, la candidate La République en marche engagée dans la bataille du second tour des élections municipales à Paris face à Rachida Dati et Anne Hidalgo, s’est confiée à nos confrères du Figaro, après un long silence.

En mars dernier, au coeur de la crise du Covid-19, ses confidences auprès de la rédaction du Monde sur la campagne des municipales avaient été très critiquées.

Dans les colonnes du Figaro en ce mercredi 27 mai, Agnès Buzyn évoque son engagement et sa détermination dans la campagne du second tour des élections municipales à Paris : 

"Je suis totalement déterminée. J’ai décidé de maintenir ma candidature par conviction, parce que j’ai toujours souhaité m’engager pour Paris, et pour toutes les personnes qui souhaitent cette troisième voie, à commencer pour tous les électeurs parisiens qui m’ont fait confiance au premier tour. Je ne souhaite pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs. […] Je vais tout faire pour faire gagner. La majorité présidentielle doit peser au Conseil de Paris. Ceux qui souhaitent nous rejoindre sur une plateforme programmatique sont les bienvenus".

Agnès Buzyn regrette ses propos sur la campagne des municipales, relatés dans le Monde en mars dernier :  

"je regrette d’avoir décroché mon téléphone au lendemain du premier tour. Si c’était à refaire, je ne le referais pas. […] J’ai répondu à chaud. Or, tous les hommes et les femmes politiques savent qu’on ne réagit jamais à chaud au lendemain d’une élection! Je comprends que mes propos aient créé de l’émoi et aient pu choquer. Le mot "mascarade" était certainement trop fort - les gens qui me connaissent savent que je suis une femme policée mais que j’ai souvent un langage très direct -. Je m’excuse d’avoir utilisé ce mot. Je voyais que l’épidémie progressait, j’avais l’intime conviction que le second tour ne pourrait pas avoir lieu. Je voyais toutes les tractations commencer pour les fusions de listes et cela me semblait totalement déconnecté de la vie des Français et de ce que nous allions vivre. J’ai été choquée de ces tractations inappropriées, c’est pour cette raison que j’ai utilisé le terme de "mascarade". […] Les Français sont restés sur une impression d’une expression orale malheureuse. J’ai ma conscience pour moi, je sais tout ce que j’ai fait, à quel point j’ai préparé cette crise".

Dans le cadre de la gestion de la crise, Agnès Buzyn a tenu à saluer l’action de son successeur au poste de ministre de la Santé, Olivier Véran : 

"je savais que je serai remplacé par Olivier Véran, qu’il serait immédiatement opérationnel. Je connais ses compétences. La gestion de la crise a montré qu’il est un remarquable ministre".

Agnès Buzyn a également été interrogée sur le sujet sensible de la gestion des masques par le gouvernement : 

"La question des masques est plus complexe qu’une simple question de stocks. Il s’agit de dix ans de succession de décisions d’autorités publiques diverses. La commission d’enquête permettra de mieux comprendre".

Agnès Buzyn évoque également dans cet entretien au Figaor son choix délibéré de se mettre en retrait ces dernières semaines face à la violence de la vie politique : 

"Je connaissais la difficulté de la vie politique, je ne m’attendais pas à la brutalité, à la violence des attaques dont j’ai fait l’objet. J’ai préféré attendre avant de reprendre la parole, à un moment où la peur serait redescendue. C’est la raison de mon silence. J’ai aussi préféré être utile en reprenant mon rôle de médecin à l’hôpital. On m’a reproché de déserter le ministère de la Santé en temps de crise, je ne déserte jamais!".

Agnès Buzyn a confirmé à nos confrères du Figaro qu’elle faisait l’objet d’une protection policière : 

"Hélas oui, car j’ai été menacée sur les réseaux sociaux et j’ai fait l’objet d’agressions verbales et physiques".

Le second tour des élections municipales doit se dérouler le 28 juin prochain. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bérurier74
- 28/05/2020 - 09:22
Encore des aveux extorqués?
Buzyn va "tout faire pour faire gagner" LREM à Paris...
Le premier tour était déjà bien réussi, mais elle peut mieux faire... Chic!
Je voudrais connaître les gogos qui vont voter pour elle. Sans doute les mêmes qui lui porteront des oranges à la Santé...