En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 24 min 31 sec
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 15 heures 50 sec
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 16 heures 37 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 18 heures 8 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 20 heures 17 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 23 heures 22 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 1 jour 5 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 48 min 57 sec
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 15 heures 44 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 17 heures 24 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 18 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 1 jour 16 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 9 heures
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Enquête

Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris

Publié le 24 avril 2019
Le Canard enchaîné révèle ce mercredi 24 avril plusieurs éléments qui pourraient expliquer la cause et l’ampleur du sinistre.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Canard enchaîné révèle ce mercredi 24 avril plusieurs éléments qui pourraient expliquer la cause et l’ampleur du sinistre.

Selon Le Canard enchaîné, qui publie ce 24 avril un article sur les différentes bévues survenues lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris, les pompiers auraient pu arriver plus tôt sur place. D'après les policiers de la brigade criminelle, ils auraient été appelés 35 minutes après la première alerte. Pour cause, le régisseur et un agent de sécurité de la cathédrale, envoyés sur le toit pour vérifier la réalité de l'alerte, se sont trompés d'endroit et n'ont pas détecté de feu. L'incident a donc été qualifié de "fausse alerte" et les fidèles qui avaient commencé à être évacués de la cathédrale sont retournés à leur place… Jusqu’à ce que des sirènes résonnent de nouveau à 18h30. Les deux personnes qui étaient chargées de vérifier l'alerte accusent aujourd'hui l'employé du PC sécurité, géré par la société Elitys, de leur avoir fourni des instructions erronées, affirme Le Canard enchaîné.

La police a également découvert, pendant l'audition des ouvriers, que ces derniers fumaient – malgré l'interdiction stricte – sur les échafaudages. Les enquêteurs auraient en effet retrouvé sept mégots sur place, précise l'hebdomadaire qui évoque d'autres failles de sécurité. En effet, le journal pointe également du doigt la présence d’un seul surveillant au PC sécurité au lieu de deux, comme prévu par le plan anti-incendie établi entre 2013 et 2015, ainsi que l’absence d’agent la nuit.

Des cloches électrifiées

Autre révélation du palmipède : le diamètre des colonnes sèches chargées d'alimenter les lances ne permettait pas de délivrer plus de 200 à 500 litres par minute – le débit pour éteindre un départ d'incendie mais pas un brasier de grande ampleur. Les pompiers ont donc perdu du temps en changeant les lances.

En outre, Le Canard enchaîné affirme que les combles de la cathédrale étaient parcourus de fils électriques, à la demande du clergé malgré les consignes et les interdictions. Trois cloches avaient aussi été électrifiées en 2007. Celles qui abritaient la flèche étaient également électrifiées au début des travaux de rénovation des grandes cloches des beffrois. "Il était clair que c’était du provisoire : tout devait être retiré à la fin des travaux", a confié au Canard enchaîné Benjamin Mouton, architecte en chef des monuments historiques. Cependant, l’électricité n’a jamais été coupée. Selon les responsables de la cathédrale, les cloches auraient même tinté à 18 h 04, douze minutes avant l’incendie, soit 12 minutes avant la première alerte incendie. Si rien ne permet d’affirmer que c’est le court-circuit de ces cloches qui est à l’origine de l’incendie, l’hypothèse est prise très au sérieux par les enquêteurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 28/04/2019 - 15:17
il n'empêche
qu'il y avait eu peu de temps auparavant , la porte de St sulpice en feu, et des dégradations non naturelles dans la basilique de st Denis, Les coïncidences sont toujours suspectes, ça peut aussi être un attentat, que ça puisse être accidentel n'est pas une preuve , c'est pourquoi il faut faire une enquête minutieuse .
Ullman
- 27/04/2019 - 23:33
THÈSE DE L’ACCIDENT
Il m’a été donné d’assister à 2 incendies de même type, dont 1 vraiment de très près ! Accidentels tous les deux.
La façon dont l’incendie de Notre-Dame s’est déroulé paraît complètement compatible avec un accident.
Le très vieux bois est en effet extraordinairement compact, une fois enflammé il brûle néanmoins très bien. Dans le cas de Notre-Dame, ce n’est pas le bois qui s’est enflammé en premier mais la poussière séculaire accumulée sur les poutres et qui présente un ratio surface/volume extrêmement élevé. La chaleur ainsi dégagée permet l’inflammation du bois proprement dit.
Par contre, la présence de mégots (si elle est confirmée) indique que les ouvriers fumaient contre toute prudence et en opposition avec les règles de sécurité : ce n’est pas une erreur mais UNE FAUTE. De même pour l’électricité qui n’était pas coupée alors qu’elle n’aurait pas dû être installée.
C’est couillon de perdre une cathédrale pour ça.
cloette
- 26/04/2019 - 16:39
La fumée jaune
est due à un liquide inflammable qui se nomme la "thermite", sa particularité est de donner une fumée jaune .