En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Réforme
Agnès Buzyn présente le projet de loi santé en Conseil des ministres
Publié le 13 février 2019
La ministre de la Santé Agnès Buzyn va dévoiler ce mercredi le projet de loi santé. Ce texte doit permettre de réformer le système de santé. La fin du numerus clausus et la réforme de la carte hospitalière sont notamment prévus.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de la Santé Agnès Buzyn va dévoiler ce mercredi le projet de loi santé. Ce texte doit permettre de réformer le système de santé. La fin du numerus clausus et la réforme de la carte hospitalière sont notamment prévus.

L’une des mesures phares du gouvernement va être dévoilée ce mercredi. Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé, en février 2018, le projet d’une réforme "globale" du système de santé. Le projet de loi "relatif à son organisation et à sa transformation" arrive donc enfin en Conseil des ministres ce mercredi 13 février. 

Le texte a été rédigé le plus vite possible afin de permettre de réformer rapidement les études de médecine et la carte hospitalière notamment. Le texte sera ensuite examiné en commission des affaires sociales à partir du lundi 11 mars, puis en séance à partir du lundi 25 mars. Le vote devrait intervenir d’ici à l’été prochain.

Ce projet de loi traduit en réalité une partie des mesures du plan "Ma Santé 2022", détaillées en septembre par Emmanuel Macron. Des ordonnances et des décrets pourraient être apportées. Les professionnels de la santé ont exprimé leur inquiétude. 

Le projet de loi santé va donc entériner la fin du "numerus clausus" et du concours pour la rentrée 2020. Ce dispositif limitait le nombre d’étudiants admis en deuxième année de médecine, de dentaire, de pharmacie et  de maïeutique (sage-femme). Les effectifs d’étudiants en deuxième ou en troisième années seront déterminés par les universités, en lien avec les agences régionales de santé, selon leurs capacités et les besoins du territoire. L’objectif affiché serait d’augmenter de 20% le nombre de médecins formés. 

Le projet de loi va également permette au gouvernement de réviser la carte hospitalière par ordonnances. Dans le cadre de ce dispositif, 500 à 600 hôpitaux devraient recevoir d’ici 2022 un label "hôpital de proximité". Ces établissements labellisés seront également réorganisés. Ils se recentreront sur la médecine générale, la gériatrie et la rééducation, avec un peu de radiologie et de biologie.

Le gouvernement s’est engagé à instaurer et à financer 1.000 communautés professionnelles territoriales de santé d’ici 2022. Ces structures doivent permettre de favoriser le travail en équipe des professionnels de santé libéraux avec notamment la prise en charge de consultations sans rendez-vous afin de soulager l’hôpital. Des négociations sont en cours entre l’Assurance maladie et les syndicats de libéraux sur ce dossier. 

Le projet de loi santé doit permettre également d’apporter des aides pour faciliter les débuts de carrière des médecins, pour rendre l’hôpital plus attractif et afin d’améliorer l’accès aux soins. Le dispositif de médecin adjoint, permettant à un interne d’assister un médecin en cas d’afflux saisonnier dans les zones touristiques, sera notamment étendu aux zones en manque de médecins. 

Du côté des établissements de santé, un statut unique de praticien hospitalier sera créé par ordonnance et le concours lié sera supprimé afin de rendre l’exercice mixte (en libéral et à l’hôpital) plus aisé.

Certains médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes diplômés hors de l’Union européenne pourront voir leur situation régularisée d’ici fin 2021 après étude de leur dossier.

Une "plateforme des données de santé" devrait également remplacer l’actuel Institut des données de santé. L’accès à ces données (1,2 milliard de feuilles de soins par an, 500 millions d’actes médicaux, 11 millions d’hospitalisations) sera élargi. Leur champ devrait être étendu aux données cliniques recueillies par exemple par les médecins libéraux. 

Tous les patients pourront ouvrir leur propre espace numérique de santé d’ici le 1er janvier 2022 pour accéder notamment à leur dossier médical partagé à des "applications" ou des "informations de santé référencées". 

Le projet de loi santé dispose de 23 articles. Il sera donc débattu au mois de mars à l’Assemblée nationale. 

Vu sur : BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Acte XIX des Gilets jaunes : pourquoi les médias peinent à trouver le bon dosage en matière de diffusion des images de violence
06.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Caustik317
- 14/02/2019 - 16:25
Omnipraticiens privés
Vous pouvez même donner le diplôme, les jeunes n'iront pas exercer en Lozère. Ce merveilleux métier est devenu un enfer qui rend toute vie personnelle, difficile voire impossible. Charge de travail : 70/75 h par semaine, plus gardes de nuits et WE, plus la comptabilité le dimanche matin. Augmentation illimitée de charges administratives chronophages, dont les caisses de Sécu se débarrassent sur les médecins, alors que l'administratif est leur vocation et que nous les payons pour cela. Charges fiscales délirantes, comme une PME, cout du travail, cotisations URSSAF et niveau d'imposition. Tous comptes faits, lorsque vous payez une secrétaire 100 € , vous devez faire un chèque de 200 €. Les charges sur le travail sont égales au salaire ! C'est bon à savoir, avant de s'engager.