En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Lutte contre la radicalisation
L'isolement des terroristes en prison renforcerait les croyances extrémistes
Publié le 19 décembre 2018
Selon une récente étude australienne, l'approche adoptée dans le cadre de conditions strictes de détention des condamnés pour des actes terroristes serait contre-productive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une récente étude australienne, l'approche adoptée dans le cadre de conditions strictes de détention des condamnés pour des actes terroristes serait contre-productive.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université nationale australienne sur les prisons a révélé que les restrictions strictes imposées aux auteurs d’actes de terrorisme auraient en réalité tendance à cimenter les croyances extrémistes. Séparer et isoler les délinquants terroristes dans les prisons ne fait que renforcer leurs convictions et rendre la réhabilitation plus difficile, selon les résultats de cette étude menée pendant dix ans sur les prisons aux Philippines.

Les conclusions, publiées mardi par Clarke Jones de l’Université nationale australienne, posent des questions sur l’approche adoptée dans certaines prisons. La rédaction du Guardian a également cité le cas de la prison Supermax en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie où les auteurs d’actes terroristes sont généralement exclus de la population carcérale.

L’étude tend vers une approche contrastée avec les choix adoptés à Victoria. Dans ce cas précis les auteurs d’actes de terrorisme sont intégrés à d’autres pour "empêcher que les opinions extrémistes ne se renforcent continuellement de la part de détenus aux vues similaires".

Clarke Jones et son collègue philippin, Raymund Narag, ont passé une décennie à surveiller l’impact des environnements carcéraux les plus pénibles. La plupart des prisonniers radicalisés dans ces environnements sont impactés par l’isolement, la réduction du nombre de visites et la limitation des droits religieux.

L'étude révèle que la ségrégation a tendance à cimenter les croyances extrémistes. 

La dispersion des auteurs d'actes terroristes parmi les autres détenus a remis en question leurs systèmes de croyances, a favorisé une meilleure réadaptation grâce à l'accès aux programmes pénitentiaires et à la formation professionnelle. Ce choix n'a pas conduit à la propagation de la radicalisation, comme on le suppose généralement.

Cette étude s’est concentrée notamment sur deux prisons aux Philippines : le nouveau centre pénitentiaire de Bilibid, qui intègre les auteurs d'actes terroristes à la population en général, et la prison du district de Manille métropolitaine qui sépare les détenus. 

Dans le cadre des 12 à 18 derniers mois de l’étude, une tendance significative à la dégradation des conditions de vie et à un surpeuplement considérable a été constatée. Ces éléments s’expliquent grâce à l’approche radicale adoptée par le gouvernement de Rodrigo Duterte. Sous Duterte, les prisonniers ont été de plus en plus isolés de leurs familles et interdits de prier par grands groupes, vêtus de vêtements religieux et fréquentant des écoles arabes et islamiques.

Clarke Jones a néanmoins précisé que ses conclusions ne préconisaient pas que les prisons assouplissent leurs pratiques d’incarcérations pour les auteurs d'actes terroristes, ou placent les auteurs d'infractions particulièrement à risque ou dangereux avec d'autres.

Les chercheurs proposent en réalité de meilleures façons d'encourager la réadaptation, en donnant aux détenus quelque chose à faire quotidiennement, en les maintenant occupés.

Ces travaux ont été publiés dans un ouvrage intitulé Radicalisation des détenus et recrutement dans les prisons.

Vu sur : The Guardian
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
02.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
05.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
06.
Yassine Belattar claque la porte de LCI à cause d'Eric Zemmour
07.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires