En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© OSCAR DEL POZO / AFP
Historique

Espagne : l'extrême droite fait une percée au Parlement régional d'Andalousie

Publié le 03 décembre 2018
Depuis 1975 et la mort de Franco, aucun parti d'extrême droite n'était parvenu à rentrer dans un Parlement régional d'Espagne.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 1975 et la mort de Franco, aucun parti d'extrême droite n'était parvenu à rentrer dans un Parlement régional d'Espagne.

L'extrême droite gagne des points en Espagne. Comme le rapporte Le Figaro ce lundi 3 décembre, un petit parti d'extrême droite, Vox, a remporté 12 sièges au Parlement régional andalou lors des dernières élections régionales qui se conclues dimanche. Une première depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne après la mort du dictateur Franco en 1975. Pour la gauche, ce scrutin sonne le glas de la fin de leur domination dans la région la plus peuplée du pays.

La gauche prend une claque

Né en 2013, le parti Vox a fait de la lutte contre l'immigration illégale son cheval de bataille. Farouchement opposé à l'indépendantisme catalan, il s'est joint à l'accusation dans le procès des indépendantistes accusés de "rébellion" pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne l'année dernière. Très conservatrice, cette formation politique veut également supprimer l'autonomie des régions pour réaliser des économies et préserver l'unité de l'Espagne. Vox demande également la suppression de la loi contre la violence machiste, estimant qu'elle va trop loin dans le "politiquement correct".

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui dirigeait l'Andalousie, seul ou en coalition, depuis 1982, s'est pris une véritable gifle électorale en enregistrant le pire score de son histoire en Andalousie. Le parti est tombé de 47 à 33 sièges (sur 109), et aucun de ses alliés de la gauche radicale n'a réussi à en obtenir suffisamment pour parvenir à la majorité absolue de 55 sièges sur 109 et ainsi de former un gouvernement. Depuis plusieurs années, le PSOE n'était pas parvenu à faire reculer le chômage et avait été éclaboussé par un scandale visant deux anciens présidents de région, dont l'issue judiciaire devrait être révélée dans les prochaines semaines. Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, a quant à lui crié à l'"alerte antifasciste", appelant les forces de gauche à se mobiliser "pour défendre les libertés, la justice sociale, la fraternité et en fin de compte la démocratie".

Marine Le Pen félicite ses "amis de Vox"

"Les Andalous ont fait l'histoire (...) et se sont débarrassés de 36 ans de régime socialiste", s'est de son côté félicité Santiago Abascal, président du parti d'extrême droite, célébrant son "triomphe". En France, Marine Le Pen a adressé ses "vives et chaleureuses félicitations" à ses "amis de Vox".  C'est une sévère déconvenue pour le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez, à la tête du gouvernement espagnol depuis six mois à peine, avec une minorité de 84 sièges sur 350 à la chambre des députés. Il devrait convoquer des élections législatives dans l'année qui vient.

À droite, le Parti populaire (PP) a remporté 26 sièges, soit sept de moins qu'aux dernières élections de 2015. En revanche, le parti de centre droit Ciudadanos a bondi de 9 à 21 sièges, sans toutefois parvenir à dépasser le PP. En s'alliant, ces deux partis pourraient mathématiquement s'imposer dans une majorité au gouvernement avec 59 sièges. 

Vu sur : Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lima59
- 04/12/2018 - 09:19
Nimporte quoi
Alors maintenant être contre l'immigration illégale c'est être d’extrême droite. Du grand n'importe quoi Atlantico.
Atlantico pensée unique extrême
HOBBES17
- 03/12/2018 - 18:26
12 sièges seulement alors que l'Espagne
ouvre ses portes aux crève la faim, fainéants, incivilisés, islamistes, grosses bites et poules pondeuses
12 sièges c'est vraiment pas beaucoup