En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© AFP
Polémique
Pour Caroline de Haas, "un homme sur deux ou trois est un agresseur"
Publié le 15 février 2018
Cette déclaration dans L’Obs de la cofondatrice du mouvement Osez le féminisme fait du bruit sur les réseaux sociaux.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette déclaration dans L’Obs de la cofondatrice du mouvement Osez le féminisme fait du bruit sur les réseaux sociaux.

Dans une interview accordée à L’Obs, Caroline de Haas a estimé qu'«un homme sur deux ou trois est un agresseur». «Aujourd'hui, il est admis qu'une femme sur deux a été victime de viol, d'agression ou de harcèlement. En revanche, ce qui n'imprime pas, c'est la conclusion qu'il faut en tirer. A savoir qu'un homme sur deux ou sur trois est un agresseur », a expliqué la cofondatrice du mouvement Osez le féminisme. Rapidement, cette phrase a fait le tour de la Toile et a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Le chroniqueur Eric Naulleau a, par exemple, écrit : «Un homme sur deux ou trois est un agresseur, d'après Caroline de Haas. A la louche, hein, à la louche...». L'essayiste Hugues Serraf s’est également moqué de la jeune femme : «Caroline De Haas, statisticienne honoris causa [Grade universitaire conféré à titre honorifique.]»

La féministe socialiste Elodie Janeau a même demandé à Caroline de Haas « quelle étude et/ou enquête » a-t-elle consulté pour avancer de tels chiffres. Face à cette pression, Caroline de Haas a fini par réagir. « Lors d'un échange téléphonique de 45 minutes, je dis au journaliste "1 femme sur 2 victime de violence sexuelle. Dans la majorité des cas, par quelqu'un de leur entourage. Donc ça signifie que les agresseurs sont nombreux. 1 sur 2, 1 sur 3 ? Je ne sais pas. Beaucoup », a-t-elle écrit sur son compte Twitter. 

Lors d'un échange téléphonique de 45 minutes, je dis au journaliste "1 femme sur 2 victime de violence sexuelle. Dans la majorité des cas, par quelqu'un de leur entourage. Donc ça signifie que les agresseurs sont nombreux. 1 sur 2, 1 sur 3 ? Je ne sais pas. Beaucoup"

— Caroline De Haas (@carolinedehaas) 15 février 2018
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/02/2018 - 02:00
Un mec sur deux, ou trois est un vrai mec...
et ça, ça fait peur à De Haas...
Atlante13
- 16/02/2018 - 20:06
Je crois qu'elle fréquente
un peu trop les milieux hétérogènes de certaines populations, ou alors c'est un fantasme personnel qu'elle n'arrive pas a assouvir. Remarquez, quand on la regarde d'un peu plus près... allez, les mecs, un bon geste...
BABOUCHENOIRE
- 16/02/2018 - 16:16
Pourquoi ne peut on pas dire que De Haas rime avec c...asse
ou p.asse. La vérité n'est elle pas toujours bonne à dire ? Pourquoi Se censurer?