En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Rule Britania
Sur France 2, Theresa May défend une fois de plus le "choix des Britanniques"
Publié le 18 janvier 2018
Questionné sur la possibilité d'un second vote ou sur la situation économique de son pays, le Premier ministre britannique a écarté tout nouveau vote.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Questionné sur la possibilité d'un second vote ou sur la situation économique de son pays, le Premier ministre britannique a écarté tout nouveau vote.

C'est une question qui revient souvent dans la bouche des adversaires du Brexit, et une fois de plus, elle a été posée à Theresa May, cette fois par France 2 lors du journal télévisé de 20h. 

La présentatrice du JT a ainsi relayé l'invitation de Donald Tusk qui proposait à Theresa May de changer la donne en proposant à son peuple un nouveau scrutin. Il n'y aura pas de "second vote" a-t-elle répondu, comme à son habitude. Même si elle-même était contre le Brexit lors de la campagne de 2016, elle compte bien poursuivre les négociations de sortie : "J'applique le choix des Britanniques". "Oui, nous faisons partie de l'Europe" a-t-elle reconnu, mais plus de l'Union Européenne. 

Theresa May est revenue sur les accords franco-britanniques qu'elle juge nécessaires en ce qui concerne Calais et la coopération dans le Sahel et a remercié la France pour le prêt de la Tapisserie de Bayeux.

"Le sommet d'aujourd'hui montre la force de la relation entre le Royaume-Uni et la France."

Elle a enfin écarté tout déménagement de la City, à Paris notamment, affirmant que Londres resterait "un des plus grands centres financiers du monde" et que c'était dans l'intérêt de l'Europe que cela reste ainsi. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/01/2018 - 13:16
Fake french médias!
A l’image de Patrick Cohen d’Europe 1, les médias français ne cessent de se comporter comme des partis politiques, et déversent leur propagande pro-immigrationniste et pro-mondialiste, comme de vieux médias socialauds-fascistes d’avant-mur...la cité ne déménagera pas dans Paris-poubelle d’Hidalgomygode, et il n’y aura pas de second vote- contrairement aux déclarations de la mediasphere neo-trotskyste...non crédible!
J'accuse
- 19/01/2018 - 09:43
L'aristocratie contre le peuple
Les "élites" ne désarment jamais: quand le peuple décide contre eux, le peuple doit finir par changer d'avis parce qu'il a forcément tort, et toute la presse dite sérieuse est chargée de relayer leur volonté. Et s'ils n'y arrivent pas de droit, ils s'efforceront de l'obtenir de fait. Le mot "démocratie" n'est pour eux qu'une indispensable duperie, une façon de gouverner au nom du peuple sans avoir à tenir compte de ce qu'il veut réellement.