En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Menace invisible
Tsunami : 20 000 morts Fukushima : zéro mort
Publié le 10 mars 2012
Quand on parle des catastrophes qui ont frappé le Japon en mars 2011, on oublie trop vite les milliers de morts du séisme et du tsunami, estime un éditorialiste du Telegraph.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand on parle des catastrophes qui ont frappé le Japon en mars 2011, on oublie trop vite les milliers de morts du séisme et du tsunami, estime un éditorialiste du Telegraph.

Comme beaucoup d'autres, le journaliste Michael Hanlon, du Daily Telegraph, a regardé les terribles événements qui se sont déroulés au Japon en mars 2011 avec une fascination mêlée d'horreur.

"La première catastrophe naturelle d’une ampleur inouïe à être filmée et diffusée en temps réel dans des millions de foyers a produit des images terrifiantes qui resteront gravées à jamais dans ma mémoire (...) L'image la plus terrible fut celle de cette vague noire, ce raz de marée meurtrier qui a submergé les terres comme un flot de mélasse."

Comme tous les journalistes, Michael Hanlon écrit sur cette catastrophe. Comme il l'avait fait lors du tsunami qui avait dévasté les côtes de l’océan Indien en décembre 2004 (NDLR : plus de 200 000 morts).
 
Puis quelque chose a changé : lorsque la menace autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a commencé à pointer le bout de son nez, plus rien. "

Comme la quasi totalité des journalistes, Michael Hanlon est "captivé par l’angle nucléaire" et focalisé sur le risque d'une fusion du coeur du réacteur. "Nous avions oublié les vraies victimes – les quelque 20 000 personnes qui avaient perdu la vie – au profit d’un sujet nucléaire alarmant."

Dans les semaines qui ont suivi le tsunami, plusieurs pays - dont l’Allemagne, l’Italie et la Suisse  - ont annoncé qu’ils allaient revoir leur position sur le nucléaire civil.  "Tout cela s’est produit dans un climat hystérique et un vide informationnel", souligne-t-il. C'est seulement après un laps de temps assez long que les premiers rapports scientifiques dignes de foi ont émergé au Japon. Montrant notamment "que la centrale de Fukushima Daiichi, bien qu’obsolète, criblée de défauts de conception et frappée par des forces géologiques supérieures aux prévisions du cahier des charges, a remarquablement résisté.
 
 

 

"Les réacteurs ont été détruits, mais les radiations n’ont pas causé de morts à Fukushima Daiichi et ne devraient pas en causer au cours des cinquante prochaines années. Les voix de la science ont été étouffées et, à ce jour, elles n’ont toujours pas été entendues. Il s’en est suivi des souffrances inutiles et d’importants préjudices socio-économiques", explique Wade Allison, professeur émérite de physique à l’université d’Oxford. 

"Personne, à ce jour, n’est mort des suites des fuites radioactives à Fukushima Daiichi. Pourtant, le chiffre zéro a été encore moins cité que celui des 20 000 victimes (du tsunami)", conclut Michael Hanlon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pif
- 13/03/2012 - 19:17
mensonges
3) Les radiations ne tuent pas les gens immédiatement. Elles provoquent de nombreuses maladies et tuent par cancer des années après. A Tchernobyl, les premiers cancers de la thyroïde dus à l’iode 131sont apparus au bout de 3ans. Il ne faut pas attendre 50 ans pour compter les morts comme le prétend cet article négationniste. Entre 1986 et 2004, on estime à 985 000 le nombre de morts dus à la catastrophe de Tchernobyl (source : http://www.strahlentelex.de/Yablokov%20Chernobyl%20book.pdf)."
Pif
- 13/03/2012 - 19:16
mensonges
2) La catastrophe nucléaire a déjà provoqué des centaines de morts directs ou indirects. Cet article les ignore, c’est de la pure désinformation. Le triste décompte des premiers morts dus à la catastrophe nucléaire se fait ici : http://fukushima.over-blog.fr/article-les-premiers-morts-dus-a-la-catastrophe-de-fukushima-72115727.html
Pif
- 13/03/2012 - 19:15
mensonges
« La centrale de Fukushima Daiichi, bien qu’obsolète, criblée de défauts de conception et frappée par des forces géologiques supérieures aux prévisions du cahier des charges, a remarquablement résisté. »
« Les réacteurs ont été détruits, mais les radiations n’ont pas causé de morts à Fukushima Daiichi et ne devraient pas en causer au cours des cinquante prochaines années. »

lit-on dans cet article. C’est complètement faux.

1) La centrale n’a pas « remarquablement bien résisté ». Au contraire, il s’y est produit au moins 4 explosions provoquant de graves pollutions radioactives, et 3 cœurs de réacteur a fondu simultanément, ce qui représente le pire accident nucléaire de tous les temps. Le confinement n’est plus assuré. La nappe phréatique et l’océan pacifique sont contaminés. 8% du Japon est contaminé au césium pour 300 ans. Du plutonium a été répandu dans l’atmosphère.