En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Thibault Camus / POOL / AFP
En deuil
Attentat des Champs-Élysées : un hommage national a été rendu à Xavier Jugelé
Publié le 25 avril 2017
Lors de la cérémonie, François Hollande a notamment interpellé Emmanuel Macron et Marine Le Pen.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de la cérémonie, François Hollande a notamment interpellé Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Ce mardi 25 avril, à 11 heures, la République avait rendez-vous dans la cour d'honneur du 19 août de la Préfecture de police de Paris, au cœur de l'île de la Cité, à quelques pas du palais de justice, pour rendre hommage à Xavier Jugelé, le policier tué jeudi lors de l'attentat des Champs-Élysées. Il était membre de la 32e compagnie de direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris. Il a été élevé à titre posthume au rang de capitaine et fait chevalier de la Légion d'honneur. Ses collègues blessés lors de l'attaque ont été nommés chevaliers de l'ordre national du Mérite.

Parmi les politiques étaient notamment présents à la cérémonie au premier rang : l'ancien président Nicolas Sarkozy, les anciens Premiers ministres Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Raffarin, les présidents de l'Assemblée et du Sénat, Claude Bartolone et Gérard Larcher, la maire de Paris Anne Hidalgo. Les deux qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ont également répondu favorablement à l'invitation de François Hollande d'assister à cet hommage.

"Je souffre sans haine"

Les cloches de Notre-Dame ont retenti peu avant le début de la cérémonie. Une minute de silence a aussi été observée. Elle l'a été également dans les commissariats. Ensuite, le compagnon de Xavier Jugelé avec lequel il était pacsé a tenu un discours émouvant, parfois entrecoupés de sanglots. "Je souffre sans haine", "cette haine, Xavier, je ne l'ai pas parce qu'elle ne te ressemble pas", a déclaré Etienne Cardiles, en s'adressant au policier défunt. "Vous deviez, comme si souvent, assurer la sécurité de cette belle avenue", les Champs-Élysées, a-t-il rappelé Etienne Cardiles. "C'est à cet instant, à cet endroit que le pire est arrivé pour toi et tes camarades (...) un de ces événements que chacun redoute et que tous espèrent qu'il n'arrivera jamais", a-t-il ajouté, évoquant les projets de vacances dont ils avaient discuté le matin de la mort de son compagnon.

Il a également rappelé que la profession des gardiens de la paix est la seule à laquelle fasse allusion la déclaration universelle des droits de l'homme. "La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc constituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée", note l'article 12. Il a conclu son message par un "je t'aime", adressé à son conjoint.  "Restons tous dignes" et "veillons à la paix".

Hollande appelle à "accorder les ressources budgétaires nécessaires" aux forces de l'ordre

Le président de la République a également prononcé un discours. "C'est parce qu'il était policier [que Xavier Jugelé] a été frappé, et c'est en policier qu'il est tombé", a déclaré François Hollande dans une allocution d'environ une demi-heure. "Il est mort sur les Champs-Elysées quand son destin a croisé celui d'un fanatique haineux qui voulait tuer des policiers et perpétrer un carnage", a-t-il poursuivi le chef de l'Etat, appelant à soutenir policiers et gendarmes, qui "ont le droit à notre admiration face au danger". In fine, il a appelé ceux "qui auront à décider pour demain" à "accorder les ressources budgétaires nécessaires" aux forces de l'ordre.

 

 

Vu sur : Lu sur RTL
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 25/04/2017 - 16:37
Hollande n'en fini plus
"fanatique haineux" qui est fan de DAESH ... ça s'appelle un islamiste ! Dans le cas qui nous occupe ce n'est pas tant le manque de budget alloué aux forces de l'ordre qui a pêché mais plutôt le manque de budget accordés à l'administration pénitentiaire : un gars qui manque de tuer 3 personne par balle et qui est en libre circulation c'est un laxisme coupable.