En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Odd ANDERSEN / AFP
Vladimir Poutine Russie
Ami de Moscou

Vladimir Poutine pense que François Fillon "se distingue fortement des hommes politiques de la planète"

Publié le 23 novembre 2016
"Il est capable de défendre son point de vue.", a-t-il remarqué.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Il est capable de défendre son point de vue.", a-t-il remarqué.

Interrogé sur la primaire en France par des journalistes après une réunion au Kremlin consacrée à l'éducation et aux sciences, Vladimir Poutine a déclaré que François Fillon "se distingue fortement des hommes politiques de la planète". Outre, il a loué les qualités du candidat à la présidentielle. C'est un "négociateur ardu, un grand professionnel", a expliqué Vladimir Poutine, voyant dans l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy une "personne respectable". "Au premier abord, il est fermé, réservé mais, malgré ses manières très européennes, il est capable de défendre son point de vue.", a-t-il remarqué. 

Un "ami de Moscou"

"Nous avons travaillé ensemble quand il était chef du gouvernement français. Il y a eu beaucoup de rencontres, nous avons développé des très bonnes relations", a ajouté le président russe. De son côté, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait déclaré mardi que Vladimir Poutine et François Fillon avaient "conservé" ces "bonnes relations".

>>> À lire aussi : Entre la droite version Juppé et celle version Fillon, combien de divisions ?

Toutefois, Vladimir Poutine n'a eu très peu de mots pour Alain Juppé, se contenant de rappeler le passé de Premier ministre de 1995 et 1997 et de ministre des Affaires étrangères de février 2011 à mai 2012 du maire de Bordeaux. "Je salue les déclarations de l'un et de l'autre au sujet de leur intention de restaurer les relations russo-françaises", a-t-il remarqué. 

Quant à la presse russe, elle voit en François Fillon un "ami de Moscou" capable de restaurer les relations entre les deux pays et de lever les sanctions prises à l'encontre de la Russie après l'annexion de la péninsule de Crimée en 2014.

 

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 24/11/2016 - 08:55
Pas anti américain du tout ....
... mais de là à couper les ponts sur les ordres de Washington en 2014, à perdre des milliards d'€ en exportations (marine, agriculture) et ainsi tourner le dos à un ennemi de Daesh c'est un peu court comme raisonnement ...... Certes Poutine n'est pas un démocrate, certes El Assad un dictateur qui a du sang sur les mains mais ainsi va la vie, il faut choisir le moins pire !...
clint
- 23/11/2016 - 19:18
Je n'ai jamais compris cette fascination pour la Russie !
Leurs romans de longs fleuves ennuyeux, leurs cultes orthodoxes des cérémonies sans fin, leurs régimes non démocratiques, même la musique un peu ronflante ! Si j'aime bien la Russie qui parlait français et qui admirait Versailles et notre culture. Bon il y a eu Yalta où De Gaulle n'a pu aller, mais enfin en France on a eu Pétain et non Churchill et on s'est fait envahir comme un rien !
ikaris
- 23/11/2016 - 17:08
hommage appuyé
... ça veut dire que ce n'était pas un laquais de Washington, c'est déjà ça. Il a le tact de pas enfoncer Ali Jupé ... la classe russe.