En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Risposte
Le coup de gueule de la communauté chinoise à Aubervilliers
Publié le 22 août 2016
2000 personnes se sont réunies après la mort d'un Chinois de 49 ans, début août, agressé dans la rue.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
2000 personnes se sont réunies après la mort d'un Chinois de 49 ans, début août, agressé dans la rue.

"Agression : qui sera le prochain ?" Après deux marches silencieuses, la communauté chinoise d'Aubervilliers a sorti les drapeaux, les pancartes et les slogans. Près de 2000 personnes se sont réunies dans cette ville de Seine-Saint-Denis, où la communauté asiatique est importante, pour dénoncer l'insécurité et le racisme dont elles seraient victimes. Le 7 août, un Chinois de 49 ans avait trouvé la mort après avoir été agressé, avec un ami, par des voleurs, en pleine rue. "Tout le monde connaît quelqu’un qui s’est déjà fait agresser" explique ainsi au Monde un des manifestants.

"Les agressions sont fréquentes, mais comme on ne parle pas bien français, on ne porte pas plainte. Et puis on travaille, on n'a pas le temps pour ça" a expliqué un employé dans un bar-tabac à Paris, au Figaro. "Il faut que le ministère de l’Intérieur se saisisse du problème, qu’il y ait des renforts de policiers à Aubervilliers" a insisté de son côté le maire PCF d'Aubervilliers, Mériem Derkaoui. En 2016, 105 plaintes ont été déposées au commissariat, soit trois plus qu'en 2015.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 22/08/2016 - 17:03
C'est de l'info ça ?
Par qui sont agressés les Chinois à Aubervilliers ? Des gangs Mexicains ? Le "milieu" Français ? La maffia ? Des citoyens "Français moyens" ? Des triades venues d'Asie ?
lafronde
- 22/08/2016 - 13:42
Le risque du "vivre ensemble"
Observons les faits : Le Parisien du 9 août 2016. D'abord que la victime a été agressée entre le métro et son domicile. Après le vol, les coups continuent, dont la victime décèdera. C'est un meurtre. Les secours seront avertis une heure après.
Nul part dans la Presse les jours suivants, ne sont décrit les suspects rattrapés par la Police. Cette omerta est funeste pour le citoyen, qui n'est plus informé sur le profil de l'agresseur. Le retard dans l'appel aux secours et à la Police est suspect, c'est un délit, peut-être une complicité. Il concerne les gens présent sur place, dont on connaît le profil-type.
Le "vivre ensemble" s'avère donc très dangereux pour des minorités hors de l'Oumma d'un quartier musulman, régit de fait par la Charia, et pas les lois de la République. Le Maire de la ville n'aide pas ses administrés franco-chinois. Sa police municipale devrait les protéger sur leur trajet travail-domicile. Elle devrait aussi leur permettre de se regrouper, pour qu'ils puissent se défendre. Elle sait, d'après son patronyme que la Charia, loi de fait de sa ville, condamne les non-musulmans à la soumission, à l'impôt islamique, voire à la mort. Quel recours ? Le Consulat de Chine
vangog
- 22/08/2016 - 13:15
Honneur à ces Français d'origine asiatique!
qui ont eu le courage de défiler avec des drapeaux français, pour dénoncer le laxisme de la justice et de l'éducation: "comme on ne parle pas bien français, et qu'on n'a pas le temps pour ça, on ne porte pas plainte..." Cette phrase en dit long sur l'incapacité de la justice française à prendre en charge les plaintes des nouveaux arrivants! Lorsque les patriotes auront rendu son pouvoir au peuple, ces nouveaux arrivants (dont le flux sera tari vigoureusement) devront profiter de cours accélérés de langue française. La justice sera obligée d'enregistrer toutes les plaintes, sans égard pour les statistiques gouvernementales... Les officiers de police judiciaire seront déchargés de leurs procédures administratives chronophages (pourquoi pas, par l'adjonction d'une secrétaire, poste à créer...), et les délais d'attente dans les commissariats seront furieusement raccourcis, afin d'enrayer l'engrenage de cette violence impunie qui a abouti à la mort d'un homme!