En direct
Best of
Best Of
En direct
© Carlo Allegri / Reuters
Prémonitions
Etats-Unis : pourquoi Michael Moore prédit la victoire de Donald Trump
Publié le 24 juillet 2016
Le cinéaste, ennemi juré de George W. Bush, explique sur son site pourquoi le milliardaire sera le prochain président américain.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cinéaste, ennemi juré de George W. Bush, explique sur son site pourquoi le milliardaire sera le prochain président américain.

Si Michael Moore ne se trompe jamais, alors l'élection américaine est tranchée. Le cinéaste, connu pour son film Fahrenheit 9/11 et grand opposant aux conservateurs américains avait prédit, l'été dernier, la nomination de Donald Trump dans le camp Républicain. "J'ai une nouvelle encore plus horrible pour vous" écrit-il sur son site internet "Donald J. Trump va gagner en novembre". Pour affirmer cela, il avance 5 points.

  • La rust belt ou l'effet Brexit : Pour Michael Moore, Donald Trump va se concentrer sur 4 Etats, réputés favorables aux Démocrates (Michigan, Ohio, Pennsylvanie et Wisconsin). Surnommée la rust belt (ceinture de rouille), cette zone regroupe des régions marquées par le déclin de l'industrie. Michael Moore estime que le traité l'Accord de libre-échange nord-américain, mis en place par Bill Clinton en 1994, a largement participé à la délocalisation des usines. Trump va ainsi attaquer sa rivale sur son libéralisme. Il fait ainsi la comparaison avec les promesses d'eurosceptiques britanniques qui ont obtenu le Brexit auprès des populations les plus pauvres. S'il garde les faveurs des Etats traditionnellement conservateurs et qu'il obtient ceux de la rust belt, Donald Trump aura gagné.
     
  • Le dernier combat de "l'homme blanc en colère" : Pour Michael Moore, Donald Trump est aussi la dernière rébellion des hommes blancs "après 240 ans de domination" aux Etats-Unis. Pour lui, la société s'est multiculturalisée et surtout s'est féminisée.
     
  • Le problème "Clinton" avant tout : "Ne nous voilons pas la face. Le principal problème n'est pas Trump mais plutôt Hillary" affirme celui qui s'était promis de ne jamais voter pour elle, après son support à al guerre en Irak. "Elle est très impopulaire et représente la vieille politique (…) l'enthousiasme n'est tout simplement pas là."
     
  • Le spectre Bernie Sanders : Pour le cinéaste, les électeurs de Bernie Sanders voteront bien pour Clinton, en témoignent les derniers sondages sur le sujet. Le problème est davantage le “depressed vote”, c'est-à-dire le fait que celui qui vote à reculons ne cherche pas à se battre pour la campagne et motiver les indécis. Une idée aurait été de faire un ticket à deux femmes "mais Hillary a pris peur (…) c'est le meilleur moyen de tuer le vote des jeunes."
     
  • Ne pas sous-estimer l'électorat : "L'isoloir, c'est un des derniers endroits où il n'y a pas de caméras." Pour Michael Moore, "beaucoup d'électeurs ne voteront pas pour Trump parce qu'ils le soutiennent mais simplement parce qu'ils peuvent le faire." En d'autres termes, l'électeur est imprévisible…
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
07.
Votre mémoire pourra-t-elle être piratée dans le futur ? La réponse est plus inquiétante que vous ne le croyez
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 26/07/2016 - 13:10
Déséquilibres...
Le problème est planétaire et pas uniquement américain ou anglo-saxon.
L'avènement d'internet a offert une tribune inespérée à tous les sociopathes, psychopathes, pervers, manipulateurs,… qu’ils soient individuels ou organisés.

La plupart des personnes déséquilibrées ou en souffrance sociale sont vulnérables aux manipulations des sites de complotisme, conspirationnisme, confusionnisme,…
Ces sites de lavage de cerveau «fleurissent» un peu partout sur la toile et font de véritables ravages dans les consciences.

Aucun contrôle d'objectivité n’est possible sans provoquer des hurlement à la censure… et paradoxalement, à la manipulation.
La meilleure solution, donc, est de viser le long terme, donc l’éducation.
Peu suffirait (une dizaine d’heure par an -exercices compris- chez les ados 13-18) pour mettre les jeunes cerveaux en alerte.
Il est urgent d’organiser un cursus «anti-manipulation» obligatoire qui aiderait nos jeunes à être plus attentifs et à développer un vrai sens de l’objectivité leur permettant de détecter ces manipulations… et même, pourquoi pas, de les combattre.
Fondation pour l'innovation politique
- 26/07/2016 - 10:48
En s’imposant par son style
En s’imposant par son style incisif et sans concession, Donald Trump a de grandes chances d'emporter l'élection présidentielle. Retrouvez l'analyse de TropLibre sur http://goo.gl/vQgx1X
chamouton
- 26/07/2016 - 07:36
A réfléchir
L'analyse de Moore sur les prochaines élections américaines est assez pertinente. Les Américains devront choisir entre 2 candidats dont ils ne veulent pas. Moore prédit la victoire de Trump, et pour étayer son pronostic, il met en avant le problème d'identité, le rejet d'un système, incarné par Clinton, le déclin industriel et le secret de l'isoloir. Chose étrange, on retrouve en France le même scénario. Les média et leurs complices, les organismes de sondages, veulent nous imposer 2 candidats dont les Français ne veulent pas : Hollande et Sarkozy. Il serait bon de réfléchir sur les 4 points soulevés par Moore, car on les retrouve également chez nous. A nous électeurs de ne pas tomber dans le panneau, car, contrairement à nos amis américains, on a la chance d'avoir d'autres candidats pouvant faire le job.