En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 45 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 50 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 52 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 29 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 20 heures 7 min
© REUTERS/Jeff J Mitchell
© REUTERS/Jeff J Mitchell
Mendacium

Irak : la confusion totale de Tony Blair

Publié le 07 juillet 2016
Tony Blair se contredit sur l'Irak, alors que George W. Bush maintient que le monde va mieux sans Saddam Hussein, apprend-t-on ce 7 juillet.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tony Blair se contredit sur l'Irak, alors que George W. Bush maintient que le monde va mieux sans Saddam Hussein, apprend-t-on ce 7 juillet.

Retour en arrière pour Tony Blair ? Après avoir présenté ses excuses en 2015 pour avoir suivi les États-Unis et emmené son pays en guerre contre l'Irak en 2003, l'ex-Premier ministre britannique semble faire volte-face au lendemain d'un rapport très critique sur le sujet, présenté par John Chilcot, président de la commission sur l'engagement du Royaume-Uni en Irak.

Dans son rapport accablant l'ex-locataire du 10 Downing Street, dont la rédaction a duré sept ans, M. Chilcot parle, à propos de l'intervention britannique de 2003, d'une "invasion prématurée sans exploiter jusqu’au bout les options diplomatiques", ou encore de solutions de gestion de l’après-guerre "complètement inadéquates". Le compte-rendu à charge souligne aussi que Tony Blair avait promis à George W. Bush de le suivre "quoiqu'il arrive"

Treize ans plus tard, M. Blair présente à nouveau ses excuses suite à ce rapport, mais se contredit en défendant son action, estimant que cette guerre a, selon lui, rendu le monde "plus sûr".

Une analyse partagée par l'ex-président des États-Unis en charge à l'époque, George W. Bush. D'après son porte-parole officiel Freddy Ford ce mercredi, "Malgré les échecs du renseignement et les autres erreurs qu'il [GWB] a déjà reconnues, le président Bush estime toujours que le monde entier se porte mieux sans Saddam Hussein au pouvoir". Et il ajoute : "il n'y avait pas d'allié plus solide que le Royaume-Uni sous la direction du Premier ministre Tony Blair".

Du côté des responsables actuels, le chef du parti de travailliste auquel appartient Tony Blair, Jeremy Corbyn, qui avait voté contre l’intervention de son pays en Irak, s’est "excusé au nom de son parti pour cette décision désastreuse".

L'administration Obama, quant à elle, exprime discrètement mais sûrement son opposition à la guerre en Irak "contre la terreur" initiée par les États-Unis de 2003 à 2011. Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, indique que le Président Obama a dû "gérer les conséquences de cette décision catastrophique pendant toute sa présidence. D'autres présidents devront faire de même (...). Il est important que les États-Unis (...) tirent les leçons de leurs fautes passées", a-t-il déclaré.

L'Espagne, autre protagoniste visé par le rapport Chilcot, s'était aussi alliée à George Bush, décidant de contribuer à la guerre de 2003. Selon le quotidien El Mundo, le rapport indique qu'à l'époque, Tony Blair et son homologue espagnol Jose Maria Aznar "s’étaient mis d’accord sur une stratégie de communication qui devait montrer qu’ils avaient fait tout leur possible pour éviter la guerre", dans le but "d'afficher qu’ils voulaient éviter le conflit".

Non, estime John Chilcot dans les conclusions du rapport commandé en 2009, qui démontre que l'action militaire n’était pas inévitable à ce moment-là. Après des reports successifs, le document a toujours été poussé par les familles ayant perdu des proches militaires au front.

"Je ne peux que conclure malheureusement que mon fils est mort pour rien", s'insurge le père de l’un des 179 soldats britanniques morts au combat entre 2003 et 2009 dans cette guerre qui a envoyé 45.000 Britanniques au front, et qui a tué des dizaines de milliers d’Irakiens.

"Le monde doit avoir conscience du fait qu’il y a un terroriste dans ce monde et son nom est Tony Blair", a déclaré la sœur d’un soldat mort en 2005.

Du côté des associations, l’ONG Transparency estime que "les erreurs de l’Irak ne doivent jamais se répéter". Amnesty International souhaite que les conclusions du rapport "garantissent que les enquêtes actuelles sur les accusations d’assassinats et de tortures (...) soient véritablement efficaces et solides".

Les avocats des familles de 29 des soldats morts en Irak ont indiqué qu’ils allaient utiliser le rapport pour "servir de base à une action en justice contre Blair, ses ministres ou le gouvernement en général", a déclaré à l’AFP le cabinet McCue and Partners.

Lire aussi : Les enfants de l’Etat islamique : comment l’Irak et la Syrie préparent une nouvelle génération de djihadistes

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 07/07/2016 - 16:23
et dire que ce suiveur malade des USA, Mr Blair
a fait trainer la France dans la merde (et l'Allemagne aussi) car ces deux pays n'ont pas voulu suivre cette aventure irresponsable.
J'étais au RU en 2003 et franchement quel délire de French bashing à l'époque. Chirac et de Villepin ont eu leur seul moment de gloire et de lucidité.
Quant aux soldats britanniques, ils ont fait leurs devoirs et un Etat existe parce qu'il a les moyens d'appliquer par les armes si nécessaire sa politique; En ce sens ils ne sont pas morts pour rien. Le RU est parfois décrié (et je m'y emploie) mais toujours respecté par sa capacité à projeter des forces.
Leucate
- 07/07/2016 - 15:43
Quel est l'objectif d'une guerre ?
Une formule archiconnue dit que la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens. La phase militaire n'est qu'une partie importante mais secondaire du processus.
On part en guerre pour quoi faire ensuite ?
Force est bien de constater qu'à part un jeu de cartes avec les photos de dirigeants irakiens à arrêter, les américains et donc les britiches qui les suivaient n'avaient aucune idée, aucune politique construite sur ce que deviendrait ensuite l'Irak.
L'opération "liberté irakienne" MDR ! a donc pété à la gueule des initiateurs et l'occident en paye toujours les conséquences.