En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Prise de position

Crise des migrants : les 28 limitent les concessions faites à la Turquie

Publié le 18 mars 2016
Après des heures de négociations, les Européens sont tombés d’accord sur les propositions qui seront faites à Ankara.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des heures de négociations, les Européens sont tombés d’accord sur les propositions qui seront faites à Ankara.

Ahmet Davutoglu risque de faire grise mine. Le Premier ministre turc espérait obtenir le maximum des Européens, en échange de l‘endiguement de la crise migratoire, qui part de Turquie. Finalement, les 28 pays de l’UE ont décidé de limiter les concessions, après d’âpres négociations dans la nuit de jeudi à vendredi. Les pays n’ont d’ailleurs pas signé d’accord mais plutôt une ‘’position commune.’’

Parmi les points sensibles, celui de la suppression du visa pour les séjours de moins de 90 jours pour les Turcs. Si elle est toujours prévue pour juin, elle est désormais conditionnée à un ensemble de mesures techniques et politiques indispensables qu’Ankara aura bien du mal à remplir en si peu de temps. L’adhésion de la Turquie à l’Union européenne est aussi un facteur de crispation. Certains Etats, à commencer par Chypre sont prêts à sortir le véto contre l’accord.

Ce sont d’abord trois représentants de l’UE (Donald Tusk, président du Conseil européen, Jean-Claude Juncker, patron de la commission et Mark Rutte, Premier ministre néerlandais qui assure la présidence tournante de l'Union européenne) qui rencontreront le chef du gouvernement turc ce vendredi matin. Les chefs d’Etat se retrouveront probablement dans l’après-midi, en fonction des progrès obtenus.

"Alors que la Turquie accueille trois millions (de migrants), ceux qui sont incapables de faire de la place à une poignée de réfugiés et qui, au cœur de l'Europe, maintiennent des innocents dans des conditions honteuses, doivent d'abord regarder chez eux" a pesté le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 19/03/2016 - 00:07
L'europe donne des milliards à Erdogan
Celui-ci fait une tournée en Afrique de l'Ouest et arrose ces états de quelques largesses (avec l'argent européen) et prone l'islamisation sous couvert d'aide économique. Nos politiques européens sont des anes, même pas capables de jouer une partie de dames, alors, les echecs !!!!!!! n'en parlons pas. Nous pouvons donner directement ces milliards aux états africains, ce serait plus intelligent et nous aurions un retour.
kaprate
- 18/03/2016 - 17:16
On va se faire avoir... On s'est fait avoir...
D'abord Erdogan, qui part avec 6 milliards et on ne sait trop encore quels autres "petits gestes" européens, ne respectera pas cet accord et continuera à faire du chantage. Ensuite, quand je lis " l'adhésion de la Turquie... est aussi une source de crispation" : crispation? Cette seule évocation, avec une telle banalisation; cette actualisation, même discutée, d'une telle option, sonnent dramatiquement prémonitoire...
tubixray
- 18/03/2016 - 16:03
Une raison de plus de rejeter l'Europe ....
Imaginer qu'un état islamique avec un quasi dictateur à sa tête en face partie mais ils sont devenus MALADES ????? Nous devons aussi tolérer les injures de cet homme très peu recommandable à notre encontre ???? Schengen = arrêt d'urgence exigé .