En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Bataille à Washington
Barack Obama fait son choix pour la Cour suprême des Etats-Unis, malgré l'opposition des républicains
Publié le 16 mars 2016
Merrick Garland est le président de la Cour d'appel fédérale de Washington, DC, et est considéré comme un modéré.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Merrick Garland est le président de la Cour d'appel fédérale de Washington, DC, et est considéré comme un modéré.

Barack Obama a pris sa décision. Il va nommer à la Cour suprême des Etats-Unis Merrick Garland, actuellement président de la Cour d'appel du district de Washington, DC. Garland, qui a 63 ans, est considéré comme un modéré et est un juriste respecté. La Cour d'appel fédérale de Washington est une des plus importante du système juridique américain, car elle a juridiction sur nombre de décisions des autorités administratives du gouvernement fédéral américain. Après la Cour suprême même, c'est donc une des cours dont la jurisprudence a le plus d'influence. 

La Cour suprême américaine a neuf juges, nommés à vie, et un sièce est vacant depuis le décès d'Antonin Scalia, considéré comme le plus remarquable des juristes conservateurs de sa génération. Les juges de la Cour suprême sont nommés sur proposition du président et avec approbation du Sénat par majorité simple. Or, la majorité du Sénat est actuellement contrôlée par le Parti républicain, qui a d'ores et déjà déclaré qu'il refuserait toute nomination avant l'expiration du mandat de Barack Obama. L'idée est que la Cour, qui a actuellement un équilibre précaire, avec 4 libéraux, 4 conservateurs, et un modéré, perdrait son équilibre si le conservateur Scalia était remplacé par un juge nommé par Obama ; les républicains préfèrent attendre la nouvelle élection, dans l'espoir qu'un président républicain et un Sénat républicain puissent choisir un juge qui leur plairait. Dans la Constitution américaine, le président a le droit de proposer un juge, mais le Sénat n'a pas d'obligation de prendre en considération la nomination, ou de voter dessus. 

A LIRE AUSSI : Cour suprême : retour sur Antonin Scalia, le juge qui interprétait la Constitution américaine dans son jus de 1787

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
07.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/03/2016 - 23:50
Un gauchiste modéré est toujours un gauchiste...
Il ne faut pas avoir honte!