En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Bataille à Washington
Barack Obama fait son choix pour la Cour suprême des Etats-Unis, malgré l'opposition des républicains
Publié le 16 mars 2016
Merrick Garland est le président de la Cour d'appel fédérale de Washington, DC, et est considéré comme un modéré.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Merrick Garland est le président de la Cour d'appel fédérale de Washington, DC, et est considéré comme un modéré.

Barack Obama a pris sa décision. Il va nommer à la Cour suprême des Etats-Unis Merrick Garland, actuellement président de la Cour d'appel du district de Washington, DC. Garland, qui a 63 ans, est considéré comme un modéré et est un juriste respecté. La Cour d'appel fédérale de Washington est une des plus importante du système juridique américain, car elle a juridiction sur nombre de décisions des autorités administratives du gouvernement fédéral américain. Après la Cour suprême même, c'est donc une des cours dont la jurisprudence a le plus d'influence. 

La Cour suprême américaine a neuf juges, nommés à vie, et un sièce est vacant depuis le décès d'Antonin Scalia, considéré comme le plus remarquable des juristes conservateurs de sa génération. Les juges de la Cour suprême sont nommés sur proposition du président et avec approbation du Sénat par majorité simple. Or, la majorité du Sénat est actuellement contrôlée par le Parti républicain, qui a d'ores et déjà déclaré qu'il refuserait toute nomination avant l'expiration du mandat de Barack Obama. L'idée est que la Cour, qui a actuellement un équilibre précaire, avec 4 libéraux, 4 conservateurs, et un modéré, perdrait son équilibre si le conservateur Scalia était remplacé par un juge nommé par Obama ; les républicains préfèrent attendre la nouvelle élection, dans l'espoir qu'un président républicain et un Sénat républicain puissent choisir un juge qui leur plairait. Dans la Constitution américaine, le président a le droit de proposer un juge, mais le Sénat n'a pas d'obligation de prendre en considération la nomination, ou de voter dessus. 

A LIRE AUSSI : Cour suprême : retour sur Antonin Scalia, le juge qui interprétait la Constitution américaine dans son jus de 1787

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 16/03/2016 - 23:50
Un gauchiste modéré est toujours un gauchiste...
Il ne faut pas avoir honte!