En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© @Anne_Hidalgo
En mémoire
Place de la République, un an après : dernier hommage aux victimes des attentats de 2015
Publié le 10 janvier 2016
La Marseillaise a été entonnée après une minute de silence, une allocution de Victor Hugo a été lue : la journée de commémoration de ce dimanche, à Paris, vient conclure une semaine de célébrations à la mémoire des victimes des attentats de janvier et novembre à Paris, Saint-Denis et Montrouge.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Marseillaise a été entonnée après une minute de silence, une allocution de Victor Hugo a été lue : la journée de commémoration de ce dimanche, à Paris, vient conclure une semaine de célébrations à la mémoire des victimes des attentats de janvier et novembre à Paris, Saint-Denis et Montrouge.

La journée de commémoration prévue ce dimanche 10 janvier, place de la République, à Paris, vient conclure une semaine de célébrations à la mémoire des victimes des attentats de janvier (17 morts) et novembre (130 morts) à Paris, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et Montrouge (Hauts-de-Seine). En un an cette place est devenu un symbole de mobilisation et d'union.

En effet, cette cérémonie intervient près d'un an après une "marche républicaine" partie le 11 janvier de la place de la République et qui avait rassemblé plus d'un million de personnes et des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernements. Les commémorations débutent à 11 heures ce dimanche et s'articulent autour de l'inauguration d'un chêne du souvenir, d'une chanson de Johnny Hallyday, d'une chanson de Jacques Brel reprise par le Choeur de l'armée française, d'une lecture d'un texte de Victor Hugo, de la reprise par le Choeur de l'armée française de la chanson «Le temps des cerises», d'un dépôt de gerbes, d'une minute de silence et de «la Marseillaise».

Une seconde cérémonie est prévue à 17h30, en présence de la maire (PS) de la capitale, Anne Hidalgo, pendant laquelle le chêne et la statue seront illuminés. 

Tout a commencé par des mots forts du Premier ministre : "Nous sommes debout, nous sommes vivants", a déclaré Manuel Valls, sur France 2. "Pour affronter le terrorisme, nous avons besoin de cet esprit de rassemblement que nous avons pu constater le 11 janvier, il y a un an", a-t-il ajouté, avant de préciser que "ceux qui s'écarteront de cet esprit seront condamnés par nos compatriotes".

Puis, le président de la République est arrivé peu de temps après, accueilli par la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo. Un chêne du souvenir a été inauguré par le chef de l'Etat, François Hollande, à la pointe nord-ouest de la place. Sur une plaque y est écrit : "A la mémoire des victimes des attentats terroristes de janvier et novembre 2015, à Paris, Montrouge et Saint-Denis. Ici même, le peuple de France leur rend hommage". François Hollande s'est offert un bain de foule et a notamment été à la rencontre de Lassana Bathily, le "héros" de l'Hyper Cacher. Il a également échangé quelques mots avec Johnny Halliday.

Autre moment marquant, la présence de Johnny Hallyday. Le chanteur a entonné la chanson Un dimanche de janvier. Les paroles sont signées Jeanne Cherhal et saluent notamment la "marche républicaine" géante du 11 janvier 2015. Cette chanson est issue d'un album intitulé De l'amour sorti le 13 novembre, le jour des attentats qui ont ensanglanté Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Enfin, une allocution prononcée par Victor Hugo à son retour d'exil le 5 septembre 1870 a été lue. "Sauver Paris, c'est plus que sauver la France, c'est sauver le monde. Paris est le centre même de l'humanité. Paris est la ville sacrée. Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre humain", avait lancé l'écrivain.

VIDEO. Johnny Hallyday chante son hommage aux victimes des attentats: Sur une petite scène… https://t.co/OJs3OE7H78 by #LExpress #Art

— Florence Bisbal (@florencebisbal) 10 Janvier 2016

Anne-Laure est venue avec un drapeau français sur le dos. "Je voulais représenter mon pays" #commemorations pic.twitter.com/ErCOzdnrrF

— Violaine Jaussent (@ViolaineJ) 10 Janvier 2016

Hommage de la République aux victimes des attentats. Ensemble soyons unis. pic.twitter.com/RhryU2Gkxd

— Leila AICHI (@LeilaAichi) 10 Janvier 2016

République - hommage aux victimes pic.twitter.com/hx0EFoR3LX

— Christophe Parayre (@ParayreC) 10 Janvier 2016

Soyons nombreux à déposer des bougies pour illuminer la place de la République en mémoire des victimes à 17h. pic.twitter.com/DEucbQPyKe

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) 10 Janvier 2016
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 11/01/2016 - 11:35
Sorry pour les fautes
ENTERRER
l'enclume
- 11/01/2016 - 11:33
La parole de vérité
Comme il est écrit dans la bible "laissez les morts enterrez les morts"
Anguerrand
- 11/01/2016 - 09:51
Un hommage qui a fait flop !
Les medias ont oublié de nous informer qu'en dehors des politiques, policiers en civil, préfets, maires, etc il n'y avait pas 200 personnes, meme les caméras aux ordres ne pouvaient cacher les vides dus à l'absence de population. Les français ont bien compris qu'il s'agissait d'une manipulation politique pour Hollande qui espérait gagner qq points dans les sondages comme il y a un an. Il faut croire que les motivations des français il y a un an n'étaient pas celles évoquées par les medias et que ça n'a pas plu à tous.