En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Urgence
Grèce : Tsipras ne veut pas céder, les européens parlent d'un "risque de sortie" de la zone euro
Publié le 15 juin 2015
"Attention, nous arrivons dans une période qui peut être celle de turbulences s'il n'y a pas un accord qui est trouvé" a alerté François Hollande ce lundi matin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Attention, nous arrivons dans une période qui peut être celle de turbulences s'il n'y a pas un accord qui est trouvé" a alerté François Hollande ce lundi matin.

Les réunions du 14 juin entre les négociateurs du gouvernement grec et Bruxelles n'auront finalement pas débouché sur les "réformes contre argent frais" qu'espérait le gouvernement Tsipras.  Pourtant la situation est urgente pour la Grèce, dont les caisses sont désormais vides et qui a jusqu'au 30 juin pour rembourser 1,6 milliards d'euros au FMI. "Malgré quelques progrès, des différences significatives persistent, entre les propositions des Grecs et celles des trois institutions, BCE, FMI et commission. Les discussions reprendront à l’Eurogroupe du 18 juin", a indiqué l'un des porte-paroles de la Commission européenne.

La Commission européenne a également estimé avoir déjà fait des concessions importantes pour éviter un défaut de paiement à la Grèce. Annika Breidthardt, porte-parole de la Commission européenne a déclaré : "Dans l'ensemble, les concessions faites, et la flexibilité qui a été montrée, sont déjà importantes, et ce n'est pas une voie à sens unique".

La Grèce sur le point de sortir de la zone euro ?

Il semblerait que ce risque soit réellement envisageable. C'est en tout cas ce qu'a indiqué le porte-parole du ministre des Affaires étrangères José Manuel Margallo : "Il y a un risque réel de sortie, ce qui ne serait pas bon pour l'Europe et évidemment serait encore pire pour le peuple grec". Face à l'incapacité de la Grèce de trouver un accord avec l'Union Européenne pour régler sa dette, la Grèce s'expose en effet aux réticences des autres gouvernements européens.

François Hollande s'impatiente

En visite au salon de l'aéronautique du Bourget à Seine-Saint-Denis, François Hollande s'est également exprimé sur la situation de la Grèce et s'est dit pressé que la Grèce se décide à s'allier à l'UE : "Nous avons des délais maintenant extrêmement courts. Attention, nous arrivons dans une période qui peut être celle de turbulences s'il n'y a pas un accord qui est trouvé, a-t-il averti. Ce message s'adresse à la Grèce. La Grèce ne doit pas attendre et aller de nouveau dans la discussion avec les institutions. J'aurai sans doute l'occasion avec Mme Merkel de le redire au Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Attention, ne perdons pas de temps, reprenons le plus vite possible la négociation".

Alexis Tsipras appelle "au réalisme"

"Nous attendrons patiemment jusqu'à ce que les institutions se rallient au réalisme", a déclaré Alexis Tsipras au journal Ephimerida ton Syndakton, estimant avoir présenté à ses créanciers un "projet et des contre-propositions documentées". "Certains perçoivent comme une faiblesse notre désir sincère d'une solution et les pas que nous avons faits pour couvrir les différences", a-t-il déclaré, convaincu à son tour que la Grèce a déjà fait de nombreuses concessions. Le Premier ministre grec invite ainsi l'UE et le FMI à "méditer" sur la situation : "Nous ne sommes pas seulement les héritiers d'une longue histoire de lutte. Nous portons aussi sur nos épaules la dignité d'un peuple et l'espoir des peuples d'Europe".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 15/06/2015 - 22:34
Mais enfin,
qu'ils partent!
jc0206
- 15/06/2015 - 15:00
Il serait temps ....
Que les politiques et les médias cessent de nous prendre pour des demeurés avec cette histoire grecque.
vangog
- 15/06/2015 - 14:30
Mais si, mais si, ayez pas peur!
La Troika finira par prêter aux Grecs et les Grecs re-promettront...sans tenir. Seuls les con-tribuables grecs et européens ont interêt à la sortie de la Grèce. Les dirigents grecs et européens n'y ont aucun intérêt électoraliste...et c'est le plus important pour eux!