En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Langue bien pendue
Le Pape évoque le "génocide" des Arméniens
Publié le 12 avril 2015
Lors d'une messe à la mémoire des Arméniens massacrés entre 1915 et 1917, le pape François a parlé de "génocide" des Arméniens, un terme réfuté par la Turquie.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'une messe à la mémoire des Arméniens massacrés entre 1915 et 1917, le pape François a parlé de "génocide" des Arméniens, un terme réfuté par la Turquie.

Cela pourrait bien brouiller les relations entre le Vatican et la Turquie : le pape François a utilisé ce matin dans la basilique Saint-Pierre de Rome le terme "génocide" pour parler du massacre des Arméniens par l'Empire ottoman. Il s'est exprimé à l'ouverture d'une messe à la mémoire des Arméniens massacrés entre 1915 et 1917, concélébrée avec le patriarche arménien Nerses Bedros XIX Tarmouni, avec des éléments du rite catholique arménien et en présence du président du pays, Serzh Sargsyan.

"Au siècle dernier, notre famille humaine a traversé trois tragédies massives et sans précédent. La première, qui est largement considérée comme 'le premier génocide du XXe siècle' a frappé votre peuple arménien", a déclaré le pontife en citant un document signé en 2000 par le pape Jean Paul II et le patriarche arménien. "Les deux autres ont été ceux perpétrés par le nazisme et par le stalinisme. Et plus récemment d'autres exterminations de masse, comme celles au Cambodge, au Rwanda, au Burundi, en Bosnie", a-t-il ajouté.

"Occulter ou nier le mal, c'est laisser une blessure ouverte saigner sans la panser", a-t-il ajouté.

Probablement informée par avance des intentions de François, l'ambassade turc au Saint-Siège a annulé une conférence de presse prévue aujourd'hui.

L'Etat turc continue en effet à refuser l'utilisation du terme "génocide" ou même "déportation" et  utilise les termes de "déplacement" et de "réinstallation". Elle ne fait pas mention du tracé et de la destination des déportations, notamment par le désert syrien où les chances de survie d'une population déportée est proche de zéro.

La Turquie maintient un chiffre de 275 000 victimes arméniennes extrêmement bas comparé aux estimations, généralement comprises entre 850 000 et 1 500 000 morts.

Une vingtaine de pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu ce génocide.

Vu sur : Lu dans Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 13/04/2015 - 09:00
Merci Saint Père
De rappeler certaines vérités historiques à nous, pauvres européens amnésiques en histoire.
Gré
- 12/04/2015 - 18:16
Bien sûr, c'était un génocide
Bien sûr, c'était un génocide ------- Plus encore, c'était la répétition générale de la Shoah. ----- N'oublions pas que les Allemands étaient les alliés de l'empire Ottoman durant la première guerre mondiale et que c'est l'Allemagne qui avait accueilli Talaat Pacha - initiateur du génocide. ---- Ce dernier y a été assassiné et le procès qui a suivi a largement expliqué l'horreur de ce que les Turcs ont, encore aujourd'hui, l'ignominie de nier. ----- Hitler savait donc parfaitement bien la manière dont les Arméniens avaient été rassemblés et déportés. Il savait bien aussi que le monde s'était empressé d'oublier l'affaire et pensait donc pouvoir agir sans soucis ------------ A propos : Israël a seulement reconnu le génocide arménien en 2014. Curieux ...
vangog
- 12/04/2015 - 17:06
Oui, il a raison le pape!
Il ne lui reste plus qu'à évoquer le génocide organisé par les socialo-communistes, et il aura enfin fait le tour des génocides du XXeme siecle...courage!