En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Attention danger
Alcool : les jeunes Français de plus en plus souvent ivres
Publié le 01 avril 2015
En dix ans, la proportion des jeunes âgés de 18 à 25 ans à avoir été ivres une fois dans l'année est passée de 33 à 46 %, selon une étude de l'INPES.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dix ans, la proportion des jeunes âgés de 18 à 25 ans à avoir été ivres une fois dans l'année est passée de 33 à 46 %, selon une étude de l'INPES.

Le chiffre ne cesse d’augmenter. En dix ans, la proportion des jeunes âgés de 18 à 25 ans à avoir été ivre une fois dans l'année est passée de 33 à 46 %, révèle une étude de l'INPES parue alors que l’examen du projet de loi de santé a débuté mardi 31 mars à l’Assemblée nationale. Ce dernier prévoit notamment des dispositions pour réduire les risques d’une consommation d’alcool excessive. Et en dix ans, la part de ces jeunes ayant connu au moins trois ivresses dans l’année a presque doublé : elle est passé de 15 à 29%. François Bourdillon, directeur général de l’Inpes, s'inquiète de ce phénomène est "particulièrement préoccupent". "Les modes de consommation des jeunes se rapprochent de ceux des pays anglo-saxons", relève-t-il.

Cette augmentation de la consommation d’alcool est surtout frappante chez les jeunes femmes, particulièrement les étudiantes. En effet, 28% d’entre elles ont été ivres au moins trois fois dans l’année, contre 19% en 2010 et 8% en 2005. Si les ivresses régulières (au moins dix dans l’année) ne bougent pas chez les étudiants, elles concernent tout de même 38% d’entre eux. Elles touchent par ailleurs 11% des étudiantes, contre 7% en 2010 et 2% en 2005.

La consommation ponctuelle importante d’alcool qui consiste à boire plus de six verres en une fois est également plus forte qu'avant, tout comme la consommation hebdomadaire. Cette dernière reste stable chez les hommes (51%) mais a augmenté de 6% chez les jeunes femmes pour désormais atteindre les 24%. En revanche, seuls 2% des 18-25 ans affirment boire tous les jours. Enfin, le rapport s’inquiète aussi et surtout de l’augmentation du "binge drinking" ou "biture express" pour les francophones. Ce phénomène, qui consiste à boire beaucoup d’alcool très vite, touche aujourd’hui 4 % des 15-24 ans, 10 % des 25-34 ans, et 6 % des 35-44 ans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 01/04/2015 - 12:17
Et combien coûte un
litre de jus de fruit convenable? Même le nectar de fruit est rempli d'eau et coûte bonbon.
lexxis
- 01/04/2015 - 09:24
INCOHERENCE!
A quand des bouteilles de vin ou de spiritueux avec la mention "l'alcool tue, mais pas seulement" avec les photos idoines. De même bien entendu sur les verres des établissements distributeurs! Pourquoi stigmatiser le tabac seulement et rien contre l'alcool?Un petit déficit de courage politique?